Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2024 5 01 /03 /mars /2024 19:18

 

 

Les saintes Guerres
 

 

Chanson française – Les saintes Guerres – Marco Valdo M.I. – 2024

 

 

 


 

 

LA ZINOVIE

est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.

La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


 


 

Épisode 192


 

 

 

 

 

PLAGE DE L’AVENIR RADIEUX

 

 

Dmitriy Innokentyevich Berezovskiy – 2006

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

 

Ah, dit Lucien l’âne, il y aurait des saintes guerres et des guerres saintes et dans le fond, pourquoi pas ?, à condition d’en connaître la différence. Peux-tu me l’expliquer ?

 

Évidemment, Lucien l’âne mon ami, rien de plus simple. Sûrement que je peux t’expliquer ce qui distingue la guerre sainte de la sainte guerre. La Guerre Sainte – car on y met généralement la majuscule ; c’est une guerre majuscule – est une guerre déclarée par une religion. En fait, elle est plutôt déclarée par les religieux d’une religion donnée à l’encontre de tous les autres qui ne croient pas comme eux, même s’ils croient au même Dieu. Elle est dite Sainte, car elle est sanctifiée par le Dieu de la religion des religieux ad-hoc et de plus, par la voix autorisée des autorités compétentes. La Guerre Sainte n’est donc pas une simple guerre.

 

Soit, dit Lucien l’âne, mais qu’en est-il de la sainte guerre ?

 

Pour la sainte guerre, reprend Marco Valdo M.I., c’est simple, c’est une autre affaire. Il n’y a pas besoin de Dieu ou de religion pour la désigner, même s’il n’est pas gênant qu’ils s’en mêlent ; ça rajoute à la sainteté de la chose. Elle est ainsi nommée pour signifier son importance (ce n’est donc plus n’importe quelle guerre banale) et sa sacralisation par le pouvoir, par le régime, par l’État, le Guide, l’Armée… Bien que sainte, c’est une guerre séculière.

 

Voilà qui est dit, opine Lucien l’âne. Mais quoi d’autre dans la canzone ?

 

Comme à l’ordinaire, confie Marco Valdo M.I., la canzone se décline en quatre douzains. Le premier énonce la folie du Guide qui se prend pour un prophète et sanctifie le Guide sous la houlette du Patriarche de l’Église de la religion locale, avec qui il est « cul et chemise ».

 

« Comme en Iran, le Guide se prend

À son tour, pour un prophète.

Le Patriarche, complice, entend

Béatifier le Guide, auréoler sa tête. »

 

Bref, constate Lucien l’âne, l’éternelle alliance du sabre et du goupillon.

 

Le deuxième, reprend Marco Valdo M.I., met en scène une nouvelle venue, une comédienne de passage qui dit avoir eu foi en la bonne foi du Guide, en être revenue quand la guerre spéciale a éclaté. Elle repart « avant qu’il ne soit trop tard », sans doute, craint-elle de finir en prison ou dans un camp ou un cimetière. Elle dit notamment :

 

« Au début comme beaucoup,

J’ai cru le guide de bonne foi.

On ne m’y reprendra pas.

C’est un menteur, c’est un fou. »

 

Le troisième douzain détaille les promesses – on dirait un discours électoral – du guide et de ses supporteurs. On notera particulièrement les « trains à l’heure » qui sont une rengaine éternelle des dictateurs, même si la réalité de cette assertion est des plus évanescente. On y retrouve aussi notre vieil ami le Veilleur qui vient mettre en garde contre les illusions qu’on peut se faire après la disparition du Guide.

 

« Un nouveau guide au guide succédera,

Dit le Veilleur, et tout recommencera.

Si on ne casse pas ce cercle vicieux,

Des siècles encore, nous, on ramera. »

 

Ah, dit Lucien l’âne, ce n’est donc pas qu’une histoire de Guide.

 

Bien sûr, reprend Marco Valdo M.I., sa disparition ne suffit pas, même si c’est incontestablement un premier pas. Et le dernier douzain est celui de la Grand-Mère qui évoque les filles de Perse dans leur confrontation avec les vestales pelues, qu’on nomme là-bas imam, ayatollah, mollah, etc. Je te cite la fin très poétique :

 

« Grand-Mère dit : le jour viendra

Où le régime de Dieu s’effondrera.

Alors, dans les rues, les filles danseront

Et les oiseaux, à nouveau, chanteront. »

 

Que voilà une fin poétique et réjouissante, dit Lucien l’âne. Alors, tissons le linceul de ce vieux monde sacré, satané, secoué, sanctifié, saint et cacochyme.

 

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Comme en Iran, le Guide se prend

À son tour, pour un prophète.

Le Patriarche, complice, entend

Béatifier le Guide, auréoler sa tête.

Pas étonnant, dit le trouvère,

Le Guide et lui, c’est cul et chemise :

Les mêmes mœurs de gangsters.

Au tour suivant, c’est partie remise,

Il bénira les impériales affaires.

Du Guide, il fera un saint patron,

À toutes les saintes guerres,

Il donnera de bonnes raisons.

 

La comédienne vient et dit :

Au début comme beaucoup,

J’ai cru le guide de bonne foi.

On ne m’y reprendra pas.

C’est un menteur, c’est un fou.

Revenue volontairement au pays,

Régler mes affaires, je repars

Avant qu’il ne soit trop tard.

Quand la guerre spéciale a éclaté,

De ma belle confiance,

Il n’est plus rien resté

Qu’une ineffable défiance,

 

Le guide prophétique et ses suiveurs

Promettent de nouveaux trottoirs,

Des routes, des poubelles, des miroirs,

Des avions sûrs et des trains à l’heure.

Sans doute, quand la guerre finira,

Le pays sera ruiné et qui survivra verra,

À la condition de vivre vieux,

L’avenir radieux briller de mille feux.

Un nouveau guide au guide succédera,

Dit le Veilleur, et tout recommencera.

Si on ne casse pas ce cercle vicieux,

Des siècles encore, nous, on ramera.

 

En Iran, les vestales pelues pullulent ;

Ces prophètes n’ont pas peur du ridicule.

Les filles en cheveux, têtes nues,

Narguent les patrouilles dans les rues.

Les filles de Perse ne croient pas

Au monde radieux de l’au-delà.

Les filles n’ont d’arme que l’innocence

De celles qui ont de la conscience.

Grand-Mère dit : le jour viendra

Où le régime de Dieu s’effondrera.

Alors, dans les rues, les filles danseront

Et les oiseaux, à nouveau, chanteront.

 

 

 

LA ZINOVIE


 

Tous les épisodes précédents sont accessibles ici :


 

 

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ;

 

 

Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie ; Épisode 73 : La Banalité ; Épisode 74 : La Ligne de Conduite ; Épisode 75 : Les Femmes de Zinovie ; Épisode 76 : La Légende ; Épisode 77 : Le Devoir sacré ; Épisode 78 : Les nouveaux Soldats ; Épisode 79 : Bruit de Fond ; Épisode 80 : Une résistible Ascension ; Épisode 81 : La Zone interdite ; Épisode 82 : Les Pommes ; Épisode 83 : La Normalité ; Épisode 84 : L’Autorisation ; Épisode 85 : L’Exclusion ; Épisode 86 : Quelle Affaire ? ; Épisode 87 : Le Vase vide ; Épisode 88 : Introspection ; Épisode 89 : Le Pays gris ; Épisode 90 : Tout un Style ; Épisode 91 : L’État unique ; Épisode 92 : Le Veilleur de Nuit ; Épisode 93 : Le Questionnaire ; Épisode 94 : Le Roi des Rats ; Épisode 95 : Si tu veux la Paix ; Épisode 96 : Les Vieilles et la Guerre ; Épisode 97 : L’Étoile filante ; Épisode 98 : La Guerre nécessaire ; Épisode 99 : Les Méditations ; Épisode 100 : La Guerre des Boutons ; Épisode 101 : Hurler avec les Loups ; Épisode 102 : Les Cantines éternelles ; Épisode 103 : L’Homme debout ; Épisode 104 : Les Nouveaux Cerisiers ; Épisode 105 : La Logique du Soldat Mort ; Épisode 106 : Les Fuites ; Épisode 107 : Les Ratures ; Épisode 108 : Les Lombrics philosophiques ; Épisode 109 : Les Réservistes ; Épisode 110 : La Logique de la Paix ; Épisode 111 : Le Citoyen et le Régime ; Épisode 112 : Les Ennemis extérieurs ; Épisode 113 : L’Oiseau de Feu ; Épisode 114 : Le Rêve du Guide ; Épisode 115 : Le Bourbier atomique ; Épisode 116 : L’Exilé ; Épisode 117 : La Journée ordinaire ; Épisode 118 : Les Commandeurs ; Épisode 119 : Sainte et Martyre ; Épisode 120 : La Patrie en Danger ; Épisode 121 : Les Églantiers sauvages ; Épisode 122 : Le Temps restant ; Épisode 123 : L’Invincible Armée ; Épisode 124 : L’Explorateur ; Épisode 125 : La Mémoire ; Épisode 126 : Souvenirs du Vieux Temps ; Épisode 127 : La Pauvreté chaleureuse ; Épisode 128 : Du Village à la Ville ; Épisode 129 : À l’École de la Capitale ; Épisode 130 : Le meilleur Élève ; Épisode 131 : Le Rire doux ; Épisode 132 : Les belles Jambes ; Épisode 133 : La Guerre et la Paix ; Épisode 134 : Le Moyen Âge ; Épisode 135 : Roman ; Épisode 136 : L’Aventure guerrière ; Épisode 137 : L’Âme de la Guerre ; Épisode 138 : Les Illusions perdues ; Épisode 139 : Contes et Mécomptes ; 140. Les Apories ; 141. Les Bâtisseurs de l’Avenir radieux ; 142. Les Écrevisses ; 143. La Fin des Ascèses ; 144. En aparté ; 145. Le beau Voyage ; 146. La Marche de l’Histoire ; 147. Les Morts froids ; 148. L’Industrie de la Guerre ; 149. Les Fruits mûrissent ; 150. Les Faux Pas ; 151. Les Soldats ; 152. Les Mamelles de la Guerre ; 153. Le Trouvère ; 154. Les Pillards ; 155. La sainte Reddition ; 156. Amiral, on coule ; 157. L’Art naïf ; 158. Les Filles de là-bas ; 159. Les Oies cendrées ; Épisode 160 : Les Grondements ; 161. L’État de Guerre ; 162. Comme autrefois ; 163. Traîtres à la Nation ; 164. Les Journalistes ; 165. Le Clown sénile ; 166 : Exils ; 167 : Écoutez les Gars ; 168. L’Acide nostalgique ; 169. Les Chaussettes roses ; 170. La Régurgitation ; 171 : Parlez-moi de la Paix ; 172 : Les Hybrides de la Foi ; 173 : L’Espace infini du Temps ; 174 : Les Chiens enragés ; 175 : Les Lombrics de Darwin ; 176 : Gare au Gorille en Zinovie ; 177. Le Dictateur ; 178. L’Éternité ; 179 : L’interminable Victoire ; 180. Les trois Rosiers ; 181. Les Obus ; 182. Les Fils sont partis ; 183. Les Émules d’Attila ; 184. Le Joueur de Pipeau, le Guide et les Vestales pileuses ; 185. La Statue tend le Bras ; 186. Le chouette Boulot ; 187. Un Camp, c’est un camp ; 188. Les Feux du Carnaval ; 189. Le Mystère ; 190. La Boulimie universelle ; 191 : Les Pissenlits

PLAGE DE L’AVENIR RADIEUX    Dmitriy Innokentyevich Berezovskiy – 2006

PLAGE DE L’AVENIR RADIEUX Dmitriy Innokentyevich Berezovskiy – 2006

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
27 février 2024 2 27 /02 /février /2024 18:29

 

 

 

Les Pissenlits
 

 

Chanson française – Les Pissenlits – Marco Valdo M.I. – 2024

 

 


 

 

LA ZINOVIE

est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.

La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


 


 

Épisode 191


 

 

 

 

 

LES PISSENLITS

 

Piotr Belov – 1987

 

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique


 


 

Comme sans doute, Lucien l’âne mon ami, tu le sais, le pissenlit est une plante, originaire d’Eurasie, qui pousse à peu près partout et jusque dans le grand Nord. À sa vie, on connaît trois époques : la verte, c’est son enfance et sa jeunesse ; la jaune, c’est l’âge de sa splendeur et de sa maturité ; la blanche, c’est sa vieillesse où sa tête se couvre de blanches aigrettes. Ces akènes résistent tant qu’elles peuvent sur la tige mouvante, font le dos rond et un jour, trois petits tours et puis, s’en vont… au gré du vent qui les emporte. Ainsi, elles retombent mourantes, mais elles sèment alors les nouvelles racines de résistance et de révolte ; ainsi, elles sont innombrables et increvables. Ces pissenlits à y regarder de près sont des gens.


 

Oh, dit Lucien l’âne, je le connais le pissenlit. Ce n’est pas pour rien qu’on l’appelle dents de lion ; d’autres disent dandelion. Mais si on comprend bien maintenant le pourquoi de ces pissenlits, que raconte la canzone ?


 

Eh bien, dit Marco Valdo M.I., ces pissenlits ne sont autres que ces millions d’êtres humains – hommes, femmes, enfants, vieux et jeunes – qui sont passés à la trappe des camps et des prisons des Guides et là-bas au pays des ours, les morts se suivent et se ressemblent. Le Guide et ses services ont beau mettre un rideau noir sur cette vérité, elle percole de petit mot en petit mot. Pourtant, comme le dit la canzone, il y a cette multitude à l’effroyable inertie qui sait et ne veut pas savoir.


 

« En Zinovie, inerte, indifférente,

Aveugle, sourde, muette est la multitude. »


 

La Zinovie est un pays d’aveugles et comme on sait,


 

« Au pays des aveugles,

Les borgnes sont dangereux.

Chacun chez les aveugles,

Voit s’éteindre ses yeux. »


 

Oui, dit Lucien l’âne, au pays des aveugles, quand on discerne un borgne ou il s’exile, ou on l’exile ou on l’assassine.


 

Et pour finir, poursuit Marco Valdo M.I., Grand-Mère rapporte fidèlement les messages des filles de Perse et d’Iran, qui cette fois font bon compte aux hommes qui comme elles, près d’elles, avec elles font front face au régime totalitaire qui les étrangle de plus en plus. Et ment, ment, ment pour donner tort au réel et magnifier ses doctrinales imbécillités.


 

Ah, dit Lucien l’âne, méfiez-vous des doctrinaires, il n’y a pas pire engeance. Comme je le dis toujours : « La peste soit des religions et des religieux ». Alors tissons le linceul de ce vieux monde borgne, boiteux, cagneux, ventriloque et cacochyme.


 

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane


 

 

 

 

Comptez-vous cinq, par cinq de front.

Rang un, rang deux, rang trois…

Tout autour était tellement froid,

Les pissenlits faisaient le dos rond.

Et pendant ce temps-là, sifflait le vent.

Le revenant dit : « C’est la chanson du camp.

À propos, ils ont rendu son corps.

Et il en reste tant des oubliés là-bas ;

On les abandonne à la taïga, ces morts.

C’est dur de mourir loin de chez soi. »

Je me méfie des coups du sort, dit le soldat.

Enfin, jusqu’ici, j’ai vu venir la mort.

 

En Zinovie, le pire dans notre histoire,

C’est ce pesant silence, ce rideau noir

Posé en permanence sur la vérité

Et cette connivence pour l’ignorer.

Nous ici, on cause, on cause,

C’est tout ce qu’on peut faire,

Cependant, c’est déjà quelque chose.

On ne peut vraiment pas se taire.

Ni, dit le trouvère, faire le gros dos.

La fille avait écrit des petits mots,

Des vers, des petites phrases anodines ;

Ils ont arrêté et condamné cette gamine.

 

En Zinovie, inerte, indifférente,

Aveugle, sourde, muette est la multitude.

Moi, dit l’ex-exilé, ça m’épouvante

Un tel aveuglement, d’une telle mutitude.

Rien voir, rien entendre, rien dire,

Comme au pays des singes, ou pire.

Certes, dit le trouvère, rien n’est parfait

Et le conteur, dans sa sagesse, disait :

« Au pays des aveugles,

Les borgnes sont dangereux.

Chacun chez les aveugles,

Voit s’éteindre ses yeux. »

 

 

Grand-Mère dit : Les filles de Perses

Pour être de bon compte racontent

Comment les hommes affrontent

Et malgré eux aussi traversent

Ces trous noirs de l’inconscience.

Comme déjà, ils excluent leurs consœurs,

Ils chassent les professeurs.

Les étudiants disparaissent,

Et les vagues des secrets d’État

Emportent les corps dans l’au-delà.

Ainsi là aussi la totalisante totalité

Enferme et déforme la réalité.

 

 

 

LA ZINOVIE


 

Tous les épisodes précédents sont accessibles ici :


 

 

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ;

 

 

Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie ; Épisode 73 : La Banalité ; Épisode 74 : La Ligne de Conduite ; Épisode 75 : Les Femmes de Zinovie ; Épisode 76 : La Légende ; Épisode 77 : Le Devoir sacré ; Épisode 78 : Les nouveaux Soldats ; Épisode 79 : Bruit de Fond ; Épisode 80 : Une résistible Ascension ; Épisode 81 : La Zone interdite ; Épisode 82 : Les Pommes ; Épisode 83 : La Normalité ; Épisode 84 : L’Autorisation ; Épisode 85 : L’Exclusion ; Épisode 86 : Quelle Affaire ? ; Épisode 87 : Le Vase vide ; Épisode 88 : Introspection ; Épisode 89 : Le Pays gris ; Épisode 90 : Tout un Style ; Épisode 91 : L’État unique ; Épisode 92 : Le Veilleur de Nuit ; Épisode 93 : Le Questionnaire ; Épisode 94 : Le Roi des Rats ; Épisode 95 : Si tu veux la Paix ; Épisode 96 : Les Vieilles et la Guerre ; Épisode 97 : L’Étoile filante ; Épisode 98 : La Guerre nécessaire ; Épisode 99 : Les Méditations ; Épisode 100 : La Guerre des Boutons ; Épisode 101 : Hurler avec les Loups ; Épisode 102 : Les Cantines éternelles ; Épisode 103 : L’Homme debout ; Épisode 104 : Les Nouveaux Cerisiers ; Épisode 105 : La Logique du Soldat Mort ; Épisode 106 : Les Fuites ; Épisode 107 : Les Ratures ; Épisode 108 : Les Lombrics philosophiques ; Épisode 109 : Les Réservistes ; Épisode 110 : La Logique de la Paix ; Épisode 111 : Le Citoyen et le Régime ; Épisode 112 : Les Ennemis extérieurs ; Épisode 113 : L’Oiseau de Feu ; Épisode 114 : Le Rêve du Guide ; Épisode 115 : Le Bourbier atomique ; Épisode 116 : L’Exilé ; Épisode 117 : La Journée ordinaire ; Épisode 118 : Les Commandeurs ; Épisode 119 : Sainte et Martyre ; Épisode 120 : La Patrie en Danger ; Épisode 121 : Les Églantiers sauvages ; Épisode 122 : Le Temps restant ; Épisode 123 : L’Invincible Armée ; Épisode 124 : L’Explorateur ; Épisode 125 : La Mémoire ; Épisode 126 : Souvenirs du Vieux Temps ; Épisode 127 : La Pauvreté chaleureuse ; Épisode 128 : Du Village à la Ville ; Épisode 129 : À l’École de la Capitale ; Épisode 130 : Le meilleur Élève ; Épisode 131 : Le Rire doux ; Épisode 132 : Les belles Jambes ; Épisode 133 : La Guerre et la Paix ; Épisode 134 : Le Moyen Âge ; Épisode 135 : Roman ; Épisode 136 : L’Aventure guerrière ; Épisode 137 : L’Âme de la Guerre ; Épisode 138 : Les Illusions perdues ; Épisode 139 : Contes et Mécomptes ; 140. Les Apories ; 141. Les Bâtisseurs de l’Avenir radieux ; 142. Les Écrevisses ; 143. La Fin des Ascèses ; 144. En aparté ; 145. Le beau Voyage ; 146. La Marche de l’Histoire ; 147. Les Morts froids ; 148. L’Industrie de la Guerre ; 149. Les Fruits mûrissent ; 150. Les Faux Pas ; 151. Les Soldats ; 152. Les Mamelles de la Guerre ; 153. Le Trouvère ; 154. Les Pillards ; 155. La sainte Reddition ; 156. Amiral, on coule ; 157. L’Art naïf ; 158. Les Filles de là-bas ; 159. Les Oies cendrées ; Épisode 160 : Les Grondements ; 161. L’État de Guerre ; 162. Comme autrefois ; 163. Traîtres à la Nation ; 164. Les Journalistes ; 165. Le Clown sénile ; 166 : Exils ; 167 : Écoutez les Gars ; 168. L’Acide nostalgique ; 169. Les Chaussettes roses ; 170. La Régurgitation ; 171 : Parlez-moi de la Paix ; 172 : Les Hybrides de la Foi ; 173 : L’Espace infini du Temps ; 174 : Les Chiens enragés ; 175 : Les Lombrics de Darwin ; 176 : Gare au Gorille en Zinovie ; 177. Le Dictateur ; 178. L’Éternité ; 179 : L’interminable Victoire ; 180. Les trois Rosiers ; 181. Les Obus ; 182. Les Fils sont partis ; 183. Les Émules d’Attila ; 184. Le Joueur de Pipeau, le Guide et les Vestales pileuses ; 185. La Statue tend le Bras ; 186. Le chouette Boulot ; 187. Un Camp, c’est un camp ; 188. Les Feux du Carnaval ; 189. Le Mystère ; 190. La Boulimie universelle ;

 

LES PISSENLITS   Piotr Belov – 1987

LES PISSENLITS Piotr Belov – 1987

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
24 février 2024 6 24 /02 /février /2024 16:47

 

 

La Boulimie universelle
 

 

Chanson française – La Boulimie universelle – Marco Valdo M.I. – 2024

 

 

 


 

 

LA ZINOVIE

est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.

La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


 


 

Épisode 190


 

 

 

 

 

 

 

L'INVALIDE SUR LA PLACE

 

Yury Alekseevich Epishin – 1976

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique


 


 

D’abord, Lucien l’âne mon ami, commençons par une mise au point à propos du titre qui, je le vois à ton regard perdu et à tes oreilles en points d’interrogation, t’intrigue. J’admets d’ailleurs qu’il y a de quoi.


 

Eh oui, répond Lucien l’âne, tu ferais bien de m’éclaircir tout ça, car il est pour le moins ambigu. Alors que peut être une boulimie universelle ?


 

Certes, dit Marco Valdo M.I. ; donc, une telle boulimie peut être l’envie irrépressible de manger de tout, de manger tout ou, et c’est probablement dans ce dernier sens qu’il faut la comprendre : celui d’avaler l’univers entier. Voici ce que dit exactement la chanson :


 

« Le Guide vise la gloire éternelle

Et pire, sa boulimie est universelle. »


 

Évidemment, il faut entendre boulimie dans son sens commun et pas au sens spécifique très spécialisé de la médecine.


 

Oh, dit Lucien l’âne, pour moi, « boulimie » est facile à comprendre. C’est la faim du bœuf, une faim énorme, insatiable.


 

Exactement, reprend Marco Valdo M.I., à condition de la prendre au sens figuré puisque c’est quand même le guide qui tient le rôle de bœuf suralimenté. Bref, le Guide est boulimique et ne peut s’empêcher de vouloir conquérir. C’est un désirant sans fin. Celui qui dit ça est un inconnu, qui apparaît dès le début de la chanson ; il revient d’exil avec la conviction qu’il faut tout changer, bouleverser la vie en Zinovie, car :

« Ce pays, en son ventre encore fécond,

Nourrit le tænia le plus furibond. »


 

Et puis, demande Lucien l’âne, qui sont les autres intervenants et que racontent-ils ?


 

Ensuite, répond Marco Valdo M.I., c’est au tour du trouvère de faire le bilan de cette guerre et de constater que le Guide ne s’en porte pas plus mal.


 

« Plus ça dure, plus le Guide est grand,

Plus magnifique est son destin.

Plus l’Église sur lui répand l’encens... »


 

Enfin, pour parler de la Zinovie, il y a le soldat qui accuse le Guide de perpétuellement mentir :


 

« Notre guide a le nez de Pinocchio,

Il s’allonge ; sûr, il atteindra la Lune. »


 

Il l’accuse nettement de faire de la guerre l’instrument de son maintien au pouvoir et d’être une vraie catastrophe pour la population de Zinovie et pour les générations suivantes :


 

« Il met la population et sa descendance,

Pour plus d’un siècle dans l’indigence. »


 

Il a parfaitement raison ce soldat, dit Lucien l’âne. Ce Guide est une vraie catastrophe à visée universelle. Mais peut-être, va-t-on entendre Grand-Mère nous parler des filles d’Iran ?


 

Exactement, dit Marco Valdo M.I., c’est ainsi que finit la canzone. Elle dit ainsi :


 

« Filles de Perse, femmes d’Iran, dit Grand-Mère,

Depuis tant de temps subissent une vie amère.

Elles survivent en glissant entre les murs

De ce régime détestable, méchant, obscur. »


 

Enfin, Grand-Mère rapporte l’abominable interdiction que les religieux font aux femmes de chanter seule. C’est dire si la voix humaine, le moindre souffle vivant les effraye.


 

« Seule, la femme ne peut chanter ;

Sa voix, ses cheveux sont bannis ;

Les sons, les émois sont interdits.

Les oiseaux ont le cœur désenchanté. »


 

C’est l’horreur là-bas, dit Lucien l’âne, et dans bien des pays sous influence religieuse. Je vais encore me répéter, mais c’est vraiment nécessaire : « La peste soit des religions et des religieux ». Alors, tissons le linceul de ce vieux monde boulimique, dévoreur, affamé, famélique et cacochyme.


 

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane


 

 

 

 

Moi, dit l’inconnu, je rentre d’exil.

Deux ans à l’étranger, le temps de souffler,

De penser, de réfléchir à notre réalité

Et de comprendre mon devoir, dit-il.

Enfin, on ne peut plus tergiverser :

Il faut changer, tout bouleverser.

Le Guide vise la gloire éternelle

Et pire, sa boulimie est universelle.

Ce pays, en son ventre encore fécond,

Nourrit le tænia le plus furibond.

Il nous déconsidère de son grand air,

Dévore tout et se repaît de notre chair.

 

Ah, depuis ces dix ans de guerre,

Dit le trouvère, ici, c’est la galère.

En plus, on n’en voit pas la fin.

Plus ça dure, plus le Guide est grand,

Plus magnifique est son destin.

Plus l’Église sur lui répand l’encens,

Du reste, ils font bien les choses :

Des hommes, ils ramène les restes

Dans de grandes boîtes bien closes.

Ils posent un drapeau, saluent d’un geste,

Une médaille, un bouquet, quelques propos,

Une pension, de l’argent, jamais trop.

 

Le soldat dit : Au front, on se passe le mot,

Notre guide a le nez de Pinocchio,

Il s’allonge ; sûr, il atteindra la Lune.

Le sage chinois dira : « Comprenez :

Quand le doigt montre la Lune,

Le Guide voit le bout de son nez. »

Avec ses amis, il se pavane, il est très fier.

Il affirme son génie et sa puissance,

Pour ce grand chef, hors la guerre,

Tout le reste est sans importance.

Il met la population et sa descendance,

Pour plus d’un siècle dans l’indigence.

 

Filles de Perse, femmes d’Iran, dit Grand-Mère,

Depuis tant de temps subissent une vie amère.

Elles survivent en glissant entre les murs

De ce régime détestable, méchant, obscur.

Seule, la femme ne peut chanter ;

Sa voix, ses cheveux sont bannis ;

Les sons, les émois sont interdits.

Les oiseaux ont le cœur désenchanté.

Les vestales poilues sont criminelles,

Quand les femmes se libèrent de leur mari,

Par la gorge, ils pendent les filles aussi.

La honte de ces religieux est éternelle.

 

 

LA ZINOVIE


 

Tous les épisodes précédents sont accessibles ici :


 

 

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ;

Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie ; Épisode 73 : La Banalité ; Épisode 74 : La Ligne de Conduite ; Épisode 75 : Les Femmes de Zinovie ; Épisode 76 : La Légende ; Épisode 77 : Le Devoir sacré ; Épisode 78 : Les nouveaux Soldats ; Épisode 79 : Bruit de Fond ; Épisode 80 : Une résistible Ascension ; Épisode 81 : La Zone interdite ; Épisode 82 : Les Pommes ; Épisode 83 : La Normalité ; Épisode 84 : L’Autorisation ; Épisode 85 : L’Exclusion ; Épisode 86 : Quelle Affaire ? ; Épisode 87 : Le Vase vide ; Épisode 88 : Introspection ; Épisode 89 : Le Pays gris ; Épisode 90 : Tout un Style ; Épisode 91 : L’État unique ; Épisode 92 : Le Veilleur de Nuit ; Épisode 93 : Le Questionnaire ; Épisode 94 : Le Roi des Rats ; Épisode 95 : Si tu veux la Paix ; Épisode 96 : Les Vieilles et la Guerre ; Épisode 97 : L’Étoile filante ; Épisode 98 : La Guerre nécessaire ; Épisode 99 : Les Méditations ; Épisode 100 : La Guerre des Boutons ; Épisode 101 : Hurler avec les Loups ; Épisode 102 : Les Cantines éternelles ; Épisode 103 : L’Homme debout ; Épisode 104 : Les Nouveaux Cerisiers ; Épisode 105 : La Logique du Soldat Mort ; Épisode 106 : Les Fuites ; Épisode 107 : Les Ratures ; Épisode 108 : Les Lombrics philosophiques ; Épisode 109 : Les Réservistes ; Épisode 110 : La Logique de la Paix ; Épisode 111 : Le Citoyen et le Régime ; Épisode 112 : Les Ennemis extérieurs ; Épisode 113 : L’Oiseau de Feu ; Épisode 114 : Le Rêve du Guide ; Épisode 115 : Le Bourbier atomique ; Épisode 116 : L’Exilé ; Épisode 117 : La Journée ordinaire ; Épisode 118 : Les Commandeurs ; Épisode 119 : Sainte et Martyre ; Épisode 120 : La Patrie en Danger ; Épisode 121 : Les Églantiers sauvages ; Épisode 122 : Le Temps restant ; Épisode 123 : L’Invincible Armée ; Épisode 124 : L’Explorateur ; Épisode 125 : La Mémoire ; Épisode 126 : Souvenirs du Vieux Temps ; Épisode 127 : La Pauvreté chaleureuse ; Épisode 128 : Du Village à la Ville ; Épisode 129 : À l’École de la Capitale ; Épisode 130 : Le meilleur Élève ; Épisode 131 : Le Rire doux ; Épisode 132 : Les belles Jambes ; Épisode 133 : La Guerre et la Paix ; Épisode 134 : Le Moyen Âge ; Épisode 135 : Roman ; Épisode 136 : L’Aventure guerrière ; Épisode 137 : L’Âme de la Guerre ; Épisode 138 : Les Illusions perdues ; Épisode 139 : Contes et Mécomptes ; 140. Les Apories ; 141. Les Bâtisseurs de l’Avenir radieux ; 142. Les Écrevisses ; 143. La Fin des Ascèses ; 144. En aparté ; 145. Le beau Voyage ; 146. La Marche de l’Histoire ; 147. Les Morts froids ; 148. L’Industrie de la Guerre ; 149. Les Fruits mûrissent ; 150. Les Faux Pas ; 151. Les Soldats ; 152. Les Mamelles de la Guerre ; 153. Le Trouvère ; 154. Les Pillards ; 155. La sainte Reddition ; 156. Amiral, on coule ; 157. L’Art naïf ; 158. Les Filles de là-bas ; 159. Les Oies cendrées ; Épisode 160 : Les Grondements ; 161. L’État de Guerre ; 162. Comme autrefois ; 163. Traîtres à la Nation ; 164. Les Journalistes ; 165. Le Clown sénile ; 166 : Exils ; 167 : Écoutez les Gars ; 168. L’Acide nostalgique ; 169. Les Chaussettes roses ; 170. La Régurgitation ; 171 : Parlez-moi de la Paix ; 172 : Les Hybrides de la Foi ; 173 : L’Espace infini du Temps ; 174 : Les Chiens enragés ; 175 : Les Lombrics de Darwin ; 176 : Gare au Gorille en Zinovie ; 177. Le Dictateur ; 178. L’Éternité ; 179 : L’interminable Victoire ; 180. Les trois Rosiers ; 181. Les Obus ; 182. Les Fils sont partis ; 183. Les Émules d’Attila ; 184. Le Joueur de Pipeau, le Guide et les Vestales pileuses ; 185. La Statue tend le Bras ; 186. Le chouette Boulot ; 187. Un Camp, c’est un camp ; 188. Les Feux du Carnaval ; 189. Le Mystère

L'INVALIDE SUR LA PLACE   Yury Alekseevich Epishin – 1976

L'INVALIDE SUR LA PLACE Yury Alekseevich Epishin – 1976

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
19 février 2024 1 19 /02 /février /2024 16:31

 

Le Mystère
 

 

Chanson française – Le Mystère – Marco Valdo M.I. – 2024

 

 

 

LA ZINOVIE

est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.

La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


 


 

Épisode 189


 

 

 

 

 

LA PEUR

 

 

Edvard Munch - 1897

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

Le Mystère, dit Lucien l’âne, de quel mystère peut donc parler cette canzone ?

 

Pour aller tout droit au but, Lucien l’âne mon ami, je vais te révéler le mystère tel qu’il est révélé dans la canzone elle-même. Il s’agit de comprendre – c’est le mystère, pourquoi en Zinovie, on n’a pas encore liquidé le Guide, sa smala, ses sbires, sa cour, ses marionnettes, son archiprêtre et tutti quanti ; bref, sa bande de gangsters. Le soldat ajoute que même si lors de cette liquidation, il y avait des morts parmi les braves gens en révolte, ces derniers seraient de toute façon nettement, abyssalement moins nombreux que ceux qui sont tués au front et dans les camps du chef du Guide et de son régime terriblement oppressif et répressif.

 

En effet, dit Lucien l’âne, quand on fait ce calcul élémentaire, il y a là un insondable mystère. Pourquoi tous ces gens dont on envoie à l’abattoir les parents, les enfants, les frères, les oncles et même des femmes, pour massacrer des gens : hommes, femmes, enfants, bébés, vieillards et être massacrés eux-mêmes, ne se révoltent-ils pas ?

 

Eh bien, Lucien l’âne, la raison est clairement établie dans la canzone : c’est la peur, que le Guide impose obstinément, car des « gens sans peur » sont la terreur du Guide ; il ne pourrait rester au pouvoir plus de quelques heures. Juste le temps de le dégager à grands coups de pied dans le fondement et de l’amener devant le tribunal du monde, où tout un chacun, Guide y compris, sait qu’il serait condamné sans rémission possible. Ainsi celui qui vient de mourir dans un camp au-delà du cercle arctique, dont parle dès le début de la canzone, le trouvère, dit tout haut : "Arrêtez d'avoir peur!" et le trouvère ajoute ce que tous pensent : qu’après avoir échoué à l’empoisonner, ils (le Guide et ses malfrats) l’ont tué à petit feu, comme ils en tuent bien d’autres secrètement.

 

« Il est mort au camp.

Ils l’ont usé jusqu’à la mort,

Jour après jour, heure après heure,

Et il résistait souriant encore pourtant. »

 

Un autre mystère, dit Lucien l’âne, dont j’aimerais entrevoir l’explication, c’est de savoir comment, pourquoi il y a dans l’univers des gens aussi bassement crapuleux, aussi follement criminels que le Guide ?

 

Là aussi, reprend Marco Valdo M.I., la canzone répond à ton interrogation. Pour elle, tout vient d’une maladie qui s’appelle la mégalomanie. Retiens bien son nom, car elle sévit partout. C’est la maladie infantile des Guides.

 

« La mégalomanie est une maladie profonde ;

Dangereuse, elle menace le monde.

Comme dans son antre, une bête,

Dans un trou de mentale déficience

Chez l’humain, elle s’installe dans la tête.

Elle efface la morale et la conscience.

Le cerveau de lui-même se vide,

C’est la maladie infantile des Guides. »

 

Pour conclure, un nouveau venu – le Voyageur – s’interroge lui aussi :

 

« Au fait, dit le voyageur de passage,

C’est quoi ce vrai moyen-âge,

Cette vraie dictature, ce faux État ? »

 

Oui, dit Lucien l’âne, plus on en entend à propos de l’état de la Zinovie, plus je constate que l’État se dissout en une singulière coterie de brigands.

 

Ce n’est pas tout cependant, dit Marco Valdo M.I., la canzone parle aussi de l'Iran, par la bouche de Grand-Mère qui rapporte des nouvelles des filles de Perse. Sans entrer dans les détails de la canzone, je souligne que là-bas aussi sévit la mégalomanie.

 

« La mégalomanie des vestales pileuses

Alimente les pieuses paroles venimeuses.

Là aussi, c’est l’empire de la peur. »

 

D’ailleurs à voir comment elle se répand dans le monde, on peut carrément parler d’épidémie. Mais depuis des années, les filles de Perse ne se laissent pas faire et pourraient montrer la voie de la résistance partout où elle s’impose.

 

« Les filles en ont assez des barbons

Un irrésistible mouvement venu du cœur

Les pousse à lever les yeux et à dire non. »

 

Voilà qui est réjouissant et redonne confiance en l’humaine nation, conclut Lucien l’âne. Alors, tissons le linceul de ce vieux monde engourdi, anesthésié, peureux, tricheur et cacochyme.

 

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

Le trouvère dit : « Il est mort au camp.

Ils l’ont usé jusqu’à la mort,

Jour après jour, heure après heure,

Et il résistait souriant encore pourtant. »

En Zinovie, il n’y a plus de légalité

Et encore moins de légitimité.

Aujourd’hui, ici ; demain, ailleurs.

Je vois tout de mon œil de Veilleur.

Mémoire, je note tout, je ne dis rien.

Anonyme, je pars, je vais, je viens.

Je vis cette nuit dans la clandestinité

Pour mener mon combat caché.

 

Il disait : « Arrêtez d’avoir peur ! »,

Des gens sans peur ! C’est leur vraie terreur.

Nous, dit le soldat, chacun à son tour,

Par millier, depuis sept cent jours.

On meurt là-bas, on n’a pas le choix ;

Pour eux, les cadavres ne comptent pas.

Combien faut-il ici de morts pour liquider

Le Guide, sa bande et ses affidés ?

Comparé aux morts de sa foutue guerre,

Très peu, un millième, une poussière.

Alors, pourquoi on ne le fait pas ?

Tout le mystère est là.

 

La mégalomanie est une maladie profonde ;

Dangereuse, elle menace le monde.

Comme dans son antre, une bête,

Dans un trou de mentale déficience

Chez l’humain, elle s’installe dans la tête.

Elle efface la morale et la conscience.

Le cerveau de lui-même se vide,

C’est la maladie infantile des Guides.

Ainsi, le Guide règne sur tout ça.

Au fait, dit le voyageur de passage,

C’est quoi ce vrai moyen-âge,

Cette vraie dictature, ce faux État ?

 

En Iran, dit Grand-Mère, ils effacent

Les femmes de Perse et tuent la vie.

Ils traquent les cheveux, la peau des filles.

Ils sèment partout, toujours, la menace.

En prison, ils torturent, ils battent, ils violent ;

Ils éliminent sans laisser de traces.

La mégalomanie des vestales pileuses

Alimente les pieuses paroles venimeuses.

Là aussi, c’est l’empire de la peur.

Les filles en ont assez des barbons

Un irrésistible mouvement venu du cœur

Les pousse à lever les yeux et à dire non.

 

 

 

 

 

 

LA ZINOVIE


 

Tous les épisodes précédents sont accessibles ici :


 

 

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ;

Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie ; Épisode 73 : La Banalité ; Épisode 74 : La Ligne de Conduite ; Épisode 75 : Les Femmes de Zinovie ; Épisode 76 : La Légende ; Épisode 77 : Le Devoir sacré ; Épisode 78 : Les nouveaux Soldats ; Épisode 79 : Bruit de Fond ; Épisode 80 : Une résistible Ascension ; Épisode 81 : La Zone interdite ; Épisode 82 : Les Pommes ; Épisode 83 : La Normalité ; Épisode 84 : L’Autorisation ; Épisode 85 : L’Exclusion ; Épisode 86 : Quelle Affaire ? ; Épisode 87 : Le Vase vide ; Épisode 88 : Introspection ; Épisode 89 : Le Pays gris ; Épisode 90 : Tout un Style ; Épisode 91 : L’État unique ; Épisode 92 : Le Veilleur de Nuit ; Épisode 93 : Le Questionnaire ; Épisode 94 : Le Roi des Rats ; Épisode 95 : Si tu veux la Paix ; Épisode 96 : Les Vieilles et la Guerre ; Épisode 97 : L’Étoile filante ; Épisode 98 : La Guerre nécessaire ; Épisode 99 : Les Méditations ; Épisode 100 : La Guerre des Boutons ; Épisode 101 : Hurler avec les Loups ; Épisode 102 : Les Cantines éternelles ; Épisode 103 : L’Homme debout ; Épisode 104 : Les Nouveaux Cerisiers ; Épisode 105 : La Logique du Soldat Mort ; Épisode 106 : Les Fuites ; Épisode 107 : Les Ratures ; Épisode 108 : Les Lombrics philosophiques ; Épisode 109 : Les Réservistes ; Épisode 110 : La Logique de la Paix ; Épisode 111 : Le Citoyen et le Régime ; Épisode 112 : Les Ennemis extérieurs ; Épisode 113 : L’Oiseau de Feu ; Épisode 114 : Le Rêve du Guide ; Épisode 115 : Le Bourbier atomique ; Épisode 116 : L’Exilé ; Épisode 117 : La Journée ordinaire ; Épisode 118 : Les Commandeurs ; Épisode 119 : Sainte et Martyre ; Épisode 120 : La Patrie en Danger ; Épisode 121 : Les Églantiers sauvages ; Épisode 122 : Le Temps restant ; Épisode 123 : L’Invincible Armée ; Épisode 124 : L’Explorateur ; Épisode 125 : La Mémoire ; Épisode 126 : Souvenirs du Vieux Temps ; Épisode 127 : La Pauvreté chaleureuse ; Épisode 128 : Du Village à la Ville ; Épisode 129 : À l’École de la Capitale ; Épisode 130 : Le meilleur Élève ; Épisode 131 : Le Rire doux ; Épisode 132 : Les belles Jambes ; Épisode 133 : La Guerre et la Paix ; Épisode 134 : Le Moyen Âge ; Épisode 135 : Roman ; Épisode 136 : L’Aventure guerrière ; Épisode 137 : L’Âme de la Guerre ; Épisode 138 : Les Illusions perdues ; Épisode 139 : Contes et Mécomptes ; 140. Les Apories ; 141. Les Bâtisseurs de l’Avenir radieux ; 142. Les Écrevisses ; 143. La Fin des Ascèses ; 144. En aparté ; 145. Le beau Voyage ; 146. La Marche de l’Histoire ; 147. Les Morts froids ; 148. L’Industrie de la Guerre ; 149. Les Fruits mûrissent ; 150. Les Faux Pas ; 151. Les Soldats ; 152. Les Mamelles de la Guerre ; 153. Le Trouvère ; 154. Les Pillards ; 155. La sainte Reddition ; 156. Amiral, on coule ; 157. L’Art naïf ; 158. Les Filles de là-bas ; 159. Les Oies cendrées ; Épisode 160 : Les Grondements ; 161. L’État de Guerre ; 162. Comme autrefois ; 163. Traîtres à la Nation ; 164. Les Journalistes ; 165. Le Clown sénile ; 166 : Exils ; 167 : Écoutez les Gars ; 168. L’Acide nostalgique ; 169. Les Chaussettes roses ; 170. La Régurgitation ; 171 : Parlez-moi de la Paix ; 172 : Les Hybrides de la Foi ; 173 : L’Espace infini du Temps ; 174 : Les Chiens enragés ; 175 : Les Lombrics de Darwin ; 176 : Gare au Gorille en Zinovie ; 177. Le Dictateur ; 178. L’Éternité ; 179 : L’interminable Victoire ; 180. Les trois Rosiers ; 181. Les Obus ; 182. Les Fils sont partis ; 183. Les Émules d’Attila ; 184. Le Joueur de Pipeau, le Guide et les Vestales pileuses ; 185. La Statue tend le Bras ; 186. Le chouette Boulot ; 187. Un Camp, c’est un camp ; 188. Les Feux du Carnaval

 LA PEUR    Edvard Munch - 1897

LA PEUR Edvard Munch - 1897

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
18 février 2024 7 18 /02 /février /2024 11:16

JE SUIS UNE

 

 

Version française - JE SUIS UNE – Marco Valdo M.I. - 2024

Chanson italienne – Io son’ unaLaura Betti 1959

 

Écrite par Fabio Mauri (1926-2009) et Franco Nebbia (1927-1984).

Arrangement et orchestration de Piero Umiliani (1926-2001)

 

Interprétée par Laura Betti dans le disque "Laura Betti avec l'orchestre de Piero Umiliani".

(1960)

 

 

 

 

 

 

LA DAME AUX MŒURS TARIFÉES

 

Georges Koutsandréou - 2006

 

 

Petit dialogue maïeutique

 

Deux mots, mon ami Lucien l’âne, à propos de cette chanson, juste pour dire que j’en ai établi les deux versions françaises, une pour chacune des deux versions italiennes.

 

A priori, dit Lucien l’âne, c’est toujours une bonne idée de proposer des versions françaises de textes d’une autre langue. C’est même une des raisons de notre participation aux Chansons contre la Guerre.

 

En effet, dit Marco Valdo M.I., et maintenant, moi qui fais souvent des parodies de chansons, c’est-à-dire que j’en donne des versions parfois fort différentes de l’originale, comme d’ailleurs le fait aussi Ventu, je reste perplexe quant à déterminer quelle version est préférable à l’autre. Ce sont toujours simplement deux canzones pour le prix d’une.

 

C’est toujours ça de gagné, dit Lucien l’âne ; mais de quoi elles causent ?

 

Oh, dit Marco Valdo M.I., l’une comme l’autre sont la complainte d’une dame aux mœurs tarifiées. Elle y raconte sa vie d’une manière suffisamment ironique pour qu’on comprenne le désarroi de son existence. Dans les deux versions ça finit mal. Mais elle persiste : « Oui, je sais, j’ai de la chance. »

 

Certes, ça peut toujours être pire, dit Lucien l’âne ; mais quel triste destin. Moi, je le trouve exemplaire et intemporel, car des vies pareilles, j’en ai croisées tant dans mes pérégrinations. Alors, tissons le linceul de ce monde mercantile, brutal, vénal, idiot et cacochyme.

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 


JE SUIS UNE – VERSION I
 

 

À la morgue, j’ai passé toute la nuit ;

Puis, Charlotte à son enterrement, j’ai suivi.

Pendant deux jours, j’ai bu du café ;

Ce matin, à cause des coups, j'ai saigné.

 

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

Petite, je tenais debout avec une béquille ;

Petite, il me manquait l'œil droit ;

Je n'étais pas jolie, on se moquait de moi ;

Ils me disaient désastreuse fille.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

À dix-huit ans, au jardin d'enfants.

Chez Montessori, à vingt ans.

J'ai eu d’étranges amours :

Les ballilas m’épinglaient sur leur tambour.

 

Oui, je sais, j’ai de la chance.

La la la la... jamais la fortune ne m'abandonne.

Je suis une qui sait vivre.


À minuit de chez moi, ils m'ont chassée ;

Mes savates, ils m'ont volées.

À l'aube, ils m'ont prise et enfermée ;

Au Tanganyka, ils m'ont expédiée.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

Le gorille du zoo veut m'épouser ;

Rusée et je ne me laisse plus enchanter.

Personne ne m'invite jamais aux fêtes,

Je reste dans mon coin et je regarde.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

Dans une fusée, par hasard, je suis montée ;

Vers Mars, les astronautes m'ont trouvée ;

Par l'écoutille, ils m'ont expulsée ;

Je danse dans l'espace, une rumba endiablée.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

La la la la... jamais la chance ne m'abandonne.

Je suis une qui sait vivre.

La la la la la... la chance ne m'abandonne pas

La vie est la vie, qu’y puis-je, moi ?
 

 

JE SUIS UNE – VERSION II



À la morgue, j’ai passé toute la nuit ;

Puis, Charlotte à son enterrement, j’ai suivi.

Pendant deux jours, j’ai bu du café ;

Ce matin, à cause des coups, j'ai saigné.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

Petite, j'avais une béquille.

Un sein, c’est trop peu pour une fille,

On se moquait, je n'étais pas belle ;

La nonne infirme, on m’appelle.

Oui, je sais, j’ai de la chance.


Mes parents assassinés par les nazis ;

Me tuer, les franquistes ont failli.

Fascistes, idioties et douleurs mêlées,

Sur leurs tambours, les balillas m'ont violée.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

La la la la... jamais la chance ne m'abandonne.

Je suis une qui sait vivre.

 

Ils m'ont chassée de chez moi à minuit ;

À neuf heures, ils m'ont passé les menottes,

Embarquée avec cinq ou six mignottes.

Ce jour-là, le jus de mes os a coulé.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

Contre un mur, un camion m'a écrasée ;

Ainsi, par accident, en enfer, je suis arrivée.

Là, le chef est un diable terroriste ;

Moi, en enfer, sans arrêt, je résiste.

Oui, je sais, j’ai de la chance.

 

La la la la... jamais la chance ne m'abandonne.

Je suis une qui sait vivre.

La la la la la... la chance ne m'abandonne pas.

La vie est la vie, qu’y puis-je, moi ?


 

LA DAME AUX MŒURS TARIFÉES   Georges Koutsandréou - 2006

LA DAME AUX MŒURS TARIFÉES Georges Koutsandréou - 2006

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 15:48

Sur blogspot

samedi 1 octobre 2022

Petit Manuel de Survie
 

 

 

Petit Manuel de Survie

 

 

Chanson française — Petit Manuel de Survie — Marco Valdo M.I. — 2022

 

 

 

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

 

 

 

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64. Que faire ?; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; 071. Épisode : Un Conflit avec l’Étranger ;

 

Épisode 72

 

 

 

 

 

 

 

 

LES ENFANTS DU CORBEAU

 

Ioulia Iakovliéva — 2019

 

 

 

Où les enfants recherchent leurs parents disparus

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

Encore une étape, encore un épisode de ce voyage en Zinovie, dit Lucien l’âne, quelle histoire !

 

Oui, mon ami, dit Marco Valdo M.I., tout simplement, car il se passe plein de choses en Zinovie. Et puis, il importe véritablement de le savoir, de savoir ce qui s’y passe vu de l’intérieur, par les voix du peuple, par les mots des gens d’autant que la vie en Zinovie est une drôle de vie.

 

Pour ce qu’on en a appris jusqu’ici, dit Lucien l’âne, la chose est déjà évidemment évidente. Un drôle de pays avec un drôle de régime doit forcément engendrer pour ceux qui y vivent une drôle de vie et les doter d’une aptitude particulière pour y mener tant bien que mal leur propre existence.

 

C’est bien ça, répond Marco Valdo M.I., à tel point qu’un Zinovien a eu l’idée — c’est la première voix de la chanson — de proposer un petit manuel de survie aux gens de Zinovie — c’est-à-dire à toute la population à l’exception du Guide, des Guidons, des dirigeants, de leurs sbires et de leurs affidés. C’est l’objet des deux premières strophes et comme on peut s’y attendre, il s’agit d’une série de conseils que je t’invite à découvrir. J’ajoute cependant que d’une certaine façon, on aurait pu l’intituler : Manuel élémentaire de résistance en milieu hostile.

 

Ça m’a l’air fort intéressant, dit Lucien l’âne. Et ensuite, pour le reste, qu’y a-t-il ?

 

Ensuite, résume Marco Valdo M.I., il y a deux autres voix qui racontent de toutes autres choses. Une relate comment elle a échappé à la corvée de la figuration forcée pour saluer avec l’enthousiasme populaire de rigueur le passage d’un cortège (automobile) de personnalités officielles. La dernière voix fait état des résultats de la récolte forcée des pommes de terre, des carottes et des choux par une équipe de citadins « volontaires ».

 

Voyons tout ça, conclut Lucien l’âne, et tissons le linceul de ce vieux monde sans grande signification, plein de voix et de discorde et cacochyme.

 


Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Petit manuel de survie

Pour la vie en Zinovie :

Ni en douce, ni ouvertement

Ne dénoncez personne aux autorités ;

Ne collaborez pas avec les dirigeants ;

Défilez-vous de tout sans hésiter ;

Sous aucun prétexte, ne vous laissez

Embrigader dans leurs entreprises,

Pour un salaire minable, elles vous avilissent.

Elles ne visent qu’à vous abaisser,

Ne vous souciez ni de l’État, ni de la Cause,

Ni l’une, ni l’autre, ne valent grand-chose.

 

Faites comme si vous étiez un d’eux,

Convaincu des idéaux radieux.

Toujours réagissez avec un humour serein,

Avec patience, avec retenue, avec bonté.

Saluez les gens avec cordialité,

N’enviez personne, ni rien.

Ne revendiquez pas de place à leur table,

Ne participez qu’à l’inévitable.

Et tenez pour négligeable

Ce qui est réputé formidable

Vivez comme si tout ça pour vous

Ne valait pas un clou.

 

Qui étaient ces personnalités ? Mystère.

Des dirigeants, des chefs, des militaires ?

Qui venaient d’où ? Qui allaient où ?

À la vérité vraie, nous, on s’en fout.

On nous a envoyés sur le boulevard

À rester là, sur le trottoir, l’air réjoui,

Saluer le passage d’on ne sait qui.

Le cortège est passé tellement en retard.

J’étais déjà rentré chez moi manger.

On m’a demandé pourquoi

Je n’étais pas au bon endroit ;

J’ai dit : on a oublié de me noter.

 

Les trains ne sont jamais arrivés ;

Le chemin de fer est débordé.

La récolte est minable comme tout ;

Extraordinaire, disent les chefs et les journaux.

Le monde des patates, des carottes et des choux

Par ordre, s’est noyé en tas sous les eaux

Dans ces « dépôts provisoires en attendant »,

Destinés à durer éternellement.

La grandiose récolte laissée sur place

A pourri avant l’arrivée des glaces.

On aurait mieux fait de laisser les paysans

S’occuper des cultures comme avant

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 15:44
 
Sur blogspot
dimanche 2 octobre 2022
RÉPRESSION-DÉPRESSION
 
RÉPRESSION-DÉPRESSION

 

Version française — RÉPRESSION-DÉPRESSION — Marco Valdo M.I. — 2022

d’après la traduction italienne de Riccardo Venturi — Repressione. Depressione. — 2e chanson grecque — ΚαταστολήKaterina Gogou / Κατερίνα Γώγου1978


Chanson sans musique
Tirée du recueil “Ιδιώνυμο”, 1978

 

 

 

 

 

 

OPHÉLIE

Paul Steck — 1894

 

 

 

En italien (comme en français), la différence subtile entre “répression” et “dépression” est confiée à la consonne initiale. En grec, ce n’est pas nécessaire : καταστολή signifie les deux à la fois, et le grec outre qu’intrinsèquement sacré, est aussi une langue très lucide. En fait, il faut beaucoup de clarté pour comprendre que la répression et la dépression ne sont que les deux faces d’une même pièce, qui interagissent et sont cause et effet de l’autre ; la répression et la dépression dérivent toutes deux d’un ancien verbe signifiant « soumettre » ou « envoyer sous », κατα-στέλλω. Inculquer la dépression comme une forme extrême, efficace et décisive de contrôle, qui brise notre dernière défense sociale en faisant de nous des zombies en costume, des morts parmi les morts. Quelque chose, en effet, qui nous subjugue. Non, Katerina Gogou n’est jamais rassurante, comme ne peut jamais être rassurant celui qui décrit avec une extrême lucidité l’abîme et nos saisons en enfer. En 1978, deux de ses recueils de poèmes sont sortis : Τρία κλικ αριστερά, que nous avons déjà vu plusieurs fois, et cet Ιδιώνυμο ('Proprement dit') pour les éditions Kastanioti, un petit volume illustré par l’auteur elle-même. [RV].

 

 

Là où parmi elles, je distingue rasés, les creux

Que les gens nomment ordinairement les yeux,

Pousse une petite croix funéraire

Et une femme dépressive avec des lunettes noires

Avec en main, une laisse lascive,

M’y suit dans mes dernières heures,

Les grandes eaux lugubres des forces obscures

M’appellent à passer sur l’autre rive…

Morts brutalement dans leurs costumes, tombent

Dans les eaux des corps gonflés des tombes

Et à mon crâne s’accrochent, pétales de pierre,

Là où ma chevelure commence. Ils veulent vivre.

Ils ont faim, ils ont faim,

Ils ont tous faim…

À coups de dents, ils mettent en morceaux

Ma dernière défense sociale,

Ce que les gens appelaient mon cerveau

Et sans manger, sans pleurer, je m’affale ;

Je n’ai pas peur, je ne vois pas, je ne parle pas, je ne fuis pas, je ne résiste pas.

Je suis l’autarcique et phosphorescente, des morts, la proie

Je m’en vais au-delà.

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 15:41

 

Sur blogspot

jeudi 6 octobre 2022

La Banalité
 

 

 

La Banalité

 

 

Chanson française — La Banalité — Marco Valdo M.I. — 2022

 

 

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

 

 

 

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ; Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 6: Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; 071. Épisode : Un Conflit avec l’Étranger ; 072 : Petit Manuel de Survie ;


 

 

Épisode 73

 

 

 

 

PIERRE LE GRAND,

 

LE DÉBUT DE L’AUTOCRATIE

Ilia Zorkine — 2022

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

Ah, dit Lucien l’âne, pourquoi donc cette chanson s’intitule « La Banalité ».

 

Tout simplement, dit Marco Valdo M.I., à cause d’une réflexion faite par une des voix anonymes de la chanson, qui dit ceci :

 

« La vie serait d’une profonde tristesse,

Sans les marquis, sans les princesses

Une vie sans légendes, sans contes,

D’une insondable banalité, en fin de compte. »

 

En fait, comme toujours, il m’a fallu choisir un titre et il est rare qu’il y en ait un et un seul qui permette de caractériser l’ensemble des propos d’une chanson de ce voyage. La preuve en est que je suis généralement obligé de décomposer mon commentaire.

 

Oui, j’avais remarqué, répond Lucien l’âne. Et cette fois-ci ?

 

C’est pareil, répond Marco Valdo M.I. ; cette fois-ci, on pourrait décomposer en deux commentaires. Une partie (la première) raconte la Zinovie ; elle évoque les « grandes répressions et les camps de concentration » et les « millions de morts » ; ensuite, les ambitions démesurées du Guide actuel, en ça aussi, fidèle successeur des glorieux anciens bâtisseurs d’empire et du rêve qui depuis longtemps sert de justification au pouvoir.

 

« Les plus lointains de nos glorieux ancêtres

Avec génie, ont rêvé et conçu la Zinovie

Comme un grand empire et le meilleur être

Capable d’organiser pour toute l’humanité, la vie.

Dans l’égalité commune, tous bénéficieraient

De la justice et du bonheur d’être ensemble,

De travailler, de se distraire ensemble ;

Tous s’aideraient, tous s’aimeraient. »

 

Enfin, comme disait ma grand-mère, si tu ne crois pas celle-là, dépêche-toi de la croire quand même, car autrement, on t’en fera croire une autre.

 

Je vois, dit Lucien l’âne ; encore l’avenir radieux.

 

Oui, reprend Marco Valdo M.I. ; cependant, la dernière partie est décapante ; elle révèle le peu d’illusions qu’entretiennent les voix anonymes sur la réalité de ce rêve magnifique. Je te laisse découvrir tout ça.

 

Je m’y mets à l’instant, dit Lucien l’âne, et ensemble, tissons le linceul de ce vieux monde fallacieux, faux, fourbe, hypocrite, menteur, mensonger, insidieux, bancal, saugrenu et cacochyme.

 


Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

En Zinovie, il y avait autrefois

Des ducs, des princes et des rois.

Ils profitaient à n’y pas croire,

On se raconte encore leurs histoires.

Pour servir et meubler les arrière-plans,

Des esclaves, des serfs, des paysans

Formaient le terreau de la nation

Et vivaient leur vie sans illusion.

La vie serait d’une profonde tristesse,

Sans les marquis, sans les princesses

Une vie sans légendes, sans contes,

D’une insondable banalité, en fin de compte.

 

Question histoires, en Zinovie,

On est servi pour la vie.

Grâce aux grandioses répressions,

Grâce à nos camps de concentration,

On peut nourrir toute une littérature

Sur la révolution et sa grandiose nature.

Que serait la France sans Napoléon ?

Que serait l’Égypte, sans les pharaons ?

En Zinovie, plus y a de morts –

Dans nos camps de concentration, ;

Il y en a eu plus de cinquante millions –

Plus le pouvoir du Guide est fort.

 

La Zinovie, hors frontières, compte à peine ;

Elle se contracte, elle rétréit à l’extérieur.

De son palais, le Guide la voit souveraine.

Normal, il vit replié à l’intérieur.

Les plus lointains de nos glorieux ancêtres

Avec génie, ont rêvé et conçu la Zinovie

Comme un grand empire et le meilleur être

Capable d’organiser pour toute l’humanité, la vie.

Dans l’égalité commune, tous bénéficieraient

De la justice et du bonheur d’être ensemble,

De travailler, de se distraire ensemble ;

Tous s’aideraient, tous s’aimeraient.

 

La question est : cela est-il possible ?

Ce serait compter sans la complexité

Sans les grands nombres et les individualités

Et la loi historique de l’impossible.

Le monde est bien trop compliqué

Pour permettre un idéal aussi simplifié ;

Plus on tente de l’approcher,

Plus on s’embrouille dans la réalité.

On fait pourtant de notre mieux,

Plus on veut y voir,

Plus on voit le brouillard.

C’est à désespérer de l’avenir radieux.

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
15 février 2024 4 15 /02 /février /2024 15:38

Sur blogspot

mercredi 5 octobre 2022

LA SOLITUDE
 

 

LA SOLITUDE

 

Version française — LA SOLITUDE — Marco Valdo M.I. — 2022

D’après la traduction italienne — LA SOLITUDINE — Gian Piero Testa — 2013

d’une chanson grecque — Η μοναξιάKaterina Gogou / Κατερίνα Γώγου — 1981

Texte : Katerina Gogou
Musi
que : Kiriàkos Sfetsas
Dis
que : « Sto dromo/Per la strada », 1981

 

 

 

 

 

MARCHÉ PUBLIC à ATHÈNES
 

Panayiotis Tetsis – 1985 circa

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Je me suis mis en tête de traduire autant que possible du recueil de poèmes de Catherine Gogou, " Τώρα να δούμε εσείς τι θα κάνετε/Adesso vediamo cosa farete voi (Poesie 1978 — 2002) (À présent, voyons ce que vous ferez vous) ", publié cette année 2013 par les éditions Kastaniotis, Athènes, et que je possède en version électronique par un heureux coup du sort. Comme je le fais souvent, je commence par les textes mis en musique, ou accompagnés de musique, comme dans le cas de Gogou ; et au fur et à mesure que j’en trouve un qui me semble bon pour notre site, je l’envoie, en espérant qu’il intéressera les visiteurs. La question de savoir si, en fin de compte, il conviendra de réunir les morceaux qui sont séparées pour le moment, sera décidée en temps voulu par les consuls. (gpt)

 


 

 

La solitude…

N’a pas les yeux couleur d’inquiétude

De l’amour troublé.

Elle n’erre pas languide et apathique

Se traînant dans des discothèques

Et des musées gelés.
Elle n’a pas de cadres jaunes du “bon” vieux temps.

De boules de naphtaline dans les coffres de grand-maman,

De rubans violets et de chapeaux de paille surannés.

Elle n’écarte pas les jambes avec des rires étouffés,

Un regard bovin, des soupirs sifflants…

Et des dessous troublants.

 

La solitude

A la couleur des Pakistanais, la solitude

Et on la mesure carreau par carreau,

Morceau par morceau

Au pied de la cheminée.

Par tous les temps,

La tête de sueur trempée,

Dans la file d’attente, elle attend patiemment :

Burnazi — Ag. Varvara — Kokkinia

Toumba — Stavroupoli — Kalamaria.

Elle expire en criant, elle enchaîne les maisons.

Elle s’empare des moyens de production,

Met fin à la propriété.

Le dimanche, elle rend visite aux prisonniers,

Dans la cour, le criminel et le révolutionnaire ont la même allure.

Vendue et acheté: argent, argent, souffle par souffle.

À proximité de la place Klotziàs, au marché aux esclaves.

Au matin, elle se lève.

C’est une putain dans les maisons de mauvaise vie.

C’est le dernier tour de garde de la sentinelle,

Et le dernier kilomètre de la ROUTE NATIONALE — CENTRE

Pour la viande pendue à un crochet de la Bulgarie.

 Son sang se tarit et elle ne peut rien d’autre,

Car ils vendent son peuple,

Elle danse pieds nus un zebekiko sur la table,

Tenant dans ses mains gonflées

Une hache bien aiguisée.

 

La solitude,

Notre solitude, dis-je. Celle dont je parle

Dans nos mains, est une hache,

Au-dessus de vos têtes, elle tourne,

Tourne, tourne, tourne.

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.
14 février 2024 3 14 /02 /février /2024 17:43

 

Les Feux du Carnaval



 

 

Chanson française – Les Feux du Carnaval – Marco Valdo M.I. – 2024

 

 

 

 

LA ZINOVIE

est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.

La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.


 


 

Épisode 188


 

 

 

LA COSTAUDE DE LA BASTOCHE

 

Clovis Trouille – 1934

 

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

Mon ami Lucien l’âne, je suppose qu’au cours de ta longue existence, tu as souvent rencontré des cirques, des foires et des fêtes foraines, étant toi-même par ricochet, un animal forain.

 

Si tu veux, Marco Valdo M.I. mon ami. Aristote disait lui-même que l’homme est un animal politique et je ne vois donc aucune difficulté à me voir sous la désignation d’animal forain, autrement dit, d’animal itinérant. Cela convenu, je me demande ce que vient faire ici cette étrange épithète.

 

Eh bien, répond Marco Valdo M.I., comme on va le découvrir, la chanson elle-même est très foraine dès le début où elle peint le Guide de Zinovie en lutteur de foire militaire, en une sorte de Costaude de la Bastoche.

 

« À force de prendre des poses guerrières,

Des airs de lutteur de foire militaire,

Le Guide va nous mettre à dos l’univers. »

 

En somme, dit Lucien l’âne, le Guide serait une sorte de leveur de fonte se trémoussant sur tous ses écrans et à l’exposition colossale. Ils en font tout un plat en Zinovie de cette vieille attraction.

 

Dès lors, reprend Marco Valdo M.I., le Guide fait le gros bras, roule des mécaniques sur les tréteaux de la grande foire et pendant ce temps, le ciel de la capitale s’enflamme :

 

« ...bombant le torse ;

Comme pour le Corse, tout se corse.

Les flammes au-dessus de la capitale,

Ce sont les feux du Carnaval. »

 

Il y a là une atmosphère de carnaval et les feux éclairent un monde factice où le Guide en émule du professeur Pangloss crie et répète : « Tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ».

 

Le pire, dit Lucien l’âne, c’est qu’il y en a pour le croire, mais le triomphalisme a ses limites.

 

En effet, dit Marco Valdo M.I., et c’est ce que monte le deuxième couplet. Les choses ne se font pas comme le Guide l’avait espéré et une drôle d’odeur se répand dans l’air du pays :

« Un drôle d’air plane sur le pays.

Tout ça sent le roussi ».

 

Tout ça, malgré les efforts de propagande qui frappent les enfants jusque dans les écoles qu’on inonde de fariboles :

 

« Aux enfants, ils expliquent tout :

La patriotique grande guerre,

Les raisons d’avoir raison malgré tout

Et toutes les raisons d’être tous fiers. »

 

Les élèves qu’on nourrit au lait de l’autosuggestion :

 

« On leur apprend à regarder dans le miroir

Pour voir un héros de la grande Histoire. »

 

Voilà, dit Lucien l’âne, qui démonte la méthode de la toute puissante et envahissante propagande. C’est digne de l’analyse de Serge Tchakhotine, qui en son temps (celui du Grand Guide) avait décrit : « Le viol des foules par la propagande politique ». Tout un programme…

 

Ensuite, Lucien l’âne mon ami, lucide, le trouvère s’interroge sur la durée probable de cette farce macabre :

« Au train où vont les choses,

Ça pourrait encore durer longtemps.

Un million de morts ou deux,

Est-ce assez pour satisfaire les dieux ? »

 

et il voit très clairement que la seule façon d’en sortir est que les gens de Zinovie prennent en mains leur destin et bazardent le Guide et sa bande aux poubelles de l’Histoire.

 

« Il est encore temps ! C’est à nous les vivants

D’éteindre les incendies du président,

De mettre fin à ce délire ardent. »

 

Je pense comme lui, dit Lucien l’âne, que c’est aux Zinoviens de mettre fin au règne de la bêtise. Mais si j’ai bien suivi, il reste un couplet.

 

Eh oui, continue Marco Valdo M.I., c’est Grand-Mère qui reparaît pour faire connaître le bilan, pour faire état de l’état de l’État religieux qui opprime les filles de Perse et les marie dès 13 ans pour repeupler l’Iran en mal d’enfants et qui va à vau l’eau sous leur houlette perverse.

 

« Ils marient les filles de treize ans.

C’est légal. C’est inscrit dans la loi,

C’est conforme aux enseignements.

La Perse maigrit, elle manque de gras,

Elle perd ses campagnes, elle perd ses paysans.

Elle perd ses eaux, elle se vide déjà. »

 

Restons-en là, dit Lucien l’âne, et tissons le linceul de ce vieux monde propagandiste, crédule, croyant, dupe, candide et cacochyme.

 

Heureusement !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

Les hourras, les femmes, les fleurs,

Les beaux défilés des beaux vainqueurs

On partait en cortège, bombant le torse ;

Comme pour le Corse, tout se corse.

Les flammes au-dessus de la capitale,

Ce sont les feux du Carnaval.

À force de prendre des poses guerrières,

Des airs de lutteur de foire militaire,

Le Guide va nous mettre à dos l’univers.

Vous parlez d’un aller triomphant,

Déjà deux ans, dit le soldat, maintenant,

Qu’on est là-bas qu’on s’enterre.

 

 

C’est un pari pas vraiment réussi ;

Un drôle d’air plane sur le pays.

Tout ça sent le roussi,

Le trouvère dit alors : sans attendre,

Il nous faudra ramasser les cendres.

À l’école de chez nous, dit la mère,

Aux enfants, ils expliquent tout :

La patriotique grande guerre,

Les raisons d’avoir raison malgré tout

Et toutes les raisons d’être tous fiers.

On leur apprend à regarder dans le miroir

Pour voir un héros de la grande Histoire.

 

Évidemment, dit le trouvère,

Il y en a qui malgré tout espèrent.

On peut toujours voir la vie en rose ;

En réalité, on ne sait pas vraiment

Ce que nous réserve le printemps.

Au train où vont les choses,

Ça pourrait encore durer longtemps.

Un million de morts ou deux,

Est-ce assez pour satisfaire les dieux ?

Il est encore temps ! C’est à nous les vivants

D’éteindre les incendies du président,

De mettre fin à ce délire ardent.

 

Grand-Mère dit : Vous savez, là-bas,

Ils marient les filles de treize ans.

C’est légal. C’est inscrit dans la loi,

C’est conforme aux enseignements.

La Perse maigrit, elle manque de gras,

Elle perd ses campagnes, elle perd ses paysans.

Elle perd ses eaux, elle se vide déjà.

La Perse a besoin de beaucoup d’enfants,

L’Iran religieux a besoin de futurs soldats.

Le pays a besoin de beaucoup de mamans.

Les filles ne veulent pas de ce futur-là ;

Et les dents du présent rongent le temps..

 

 

 

 

 

 

LA ZINOVIE


 

Tous les épisodes précédents sont accessibles ici :


 


Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région ; Épisode 18 : Mémoires d’un Rat militaire ; Épisode 19 : L’inaccessible Rêve ; Épisode 20 : La Gastronomie des Étoiles ; Épisode 21 : Le Progrès ; Épisode 22 : Faire ou ne pas faire ; Épisode 23 : Le Bonheur des Gens ; Épisode 24 : La Sagesse des Dirigeants ; Épisode 25 : Les Valeurs d’Antan ; Épisode 26 : L’Affaire K. ; Épisode 27 : L’Atmosphère ; Épisode 28 : La Nénie de Zinovie ; Épisode 29 : L’Exposition colossale ; Épisode 30 : La Chasse aux Pingouins ; Épisode 31 : Le Rêve et le Réel ; Épisode 32 : La Vérité de l’État ; Épisode 33 : La Briqueterie ; Épisode 34 : L’Armée des Chefs ; Épisode 35 : C’est pas gagné ; Épisode 36 : Les Trois’z’arts ; Épisode 37 : La Porte fermée ; Épisode 38 : Les Puces ; Épisode 39 : L’Ordinaire de la Guerre ; Épisode 40 : La Ville violée ; Épisode 41 : La Vie paysanne ; Épisode 42 : La Charrette ; Épisode 43 : Le Pantalon ; Épisode 44 : La Secrète et la Poésie ; Épisode 45 : L’Édification de l’Utopie ; Épisode 46 : L’Ambition cosmologique ; Épisode 47 : Le Manuscrit ; Épisode 48 : Le Baiser de Paix ; Épisode 49 : Guerre et Paix ; Épisode 50 : La Queue ;

Épisode 51 : Les Nullités ; Épisode 52 : La Valse des Pronoms ; Épisode 53 : La Philosophie spéciale ; Épisode 54 : Le Pays du Bonheur ; Épisode 55 : Les Pigeons ; Épisode 56 : Les Temps dépassés ; Épisode 57 : La Faute à la Contingence ; Épisode 58 : Guerre et Sexe ; Épisode 59 : Une Rencontre en Zinovie ; Épisode 60 : La Grande Zinovie ; Épisode 61 : La Convocation ; Épisode 62 : Tatiana ; Épisode 63 : L’Immolation ; Épisode 64 : Que faire ? ; Épisode 65 : Ni chaud, ni froid ; Épisode 66 : Le Congé éternel ; Épisode 67 : À perdre la Raison ; Épisode 68 : Les Sauveurs de l’Humanité ; Épisode 69 : L’Eau qui dort ; Épisode 70 : Le Régime en Place ; Épisode 71 : Un Conflit avec l’Étranger ; Épisode 72 : Petit Manuel de Survie ; Épisode 73 : La Banalité ; Épisode 74 : La Ligne de Conduite ; Épisode 75 : Les Femmes de Zinovie ; Épisode 76 : La Légende ; Épisode 77 : Le Devoir sacré ; Épisode 78 : Les nouveaux Soldats ; Épisode 79 : Bruit de Fond ; Épisode 80 : Une résistible Ascension ; Épisode 81 : La Zone interdite ; Épisode 82 : Les Pommes ; Épisode 83 : La Normalité ; Épisode 84 : L’Autorisation ; Épisode 85 : L’Exclusion ; Épisode 86 : Quelle Affaire ? ; Épisode 87 : Le Vase vide ; Épisode 88 : Introspection ; Épisode 89 : Le Pays gris ; Épisode 90 : Tout un Style ; Épisode 91 : L’État unique ; Épisode 92 : Le Veilleur de Nuit ; Épisode 93 : Le Questionnaire ; Épisode 94 : Le Roi des Rats ; Épisode 95 : Si tu veux la Paix ; Épisode 96 : Les Vieilles et la Guerre ; Épisode 97 : L’Étoile filante ; Épisode 98 : La Guerre nécessaire ; Épisode 99 : Les Méditations ; Épisode 100 : La Guerre des Boutons ; Épisode 101 : Hurler avec les Loups ; Épisode 102 : Les Cantines éternelles ; Épisode 103 : L’Homme debout ; Épisode 104 : Les Nouveaux Cerisiers ; Épisode 105 : La Logique du Soldat Mort ; Épisode 106 : Les Fuites ; Épisode 107 : Les Ratures ; Épisode 108 : Les Lombrics philosophiques ; Épisode 109 : Les Réservistes ; Épisode 110 : La Logique de la Paix ; Épisode 111 : Le Citoyen et le Régime ; Épisode 112 : Les Ennemis extérieurs ; Épisode 113 : L’Oiseau de Feu ; Épisode 114 : Le Rêve du Guide ; Épisode 115 : Le Bourbier atomique ; Épisode 116 : L’Exilé ; Épisode 117 : La Journée ordinaire ; Épisode 118 : Les Commandeurs ; Épisode 119 : Sainte et Martyre ; Épisode 120 : La Patrie en Danger ; Épisode 121 : Les Églantiers sauvages ; Épisode 122 : Le Temps restant ; Épisode 123 : L’Invincible Armée ; Épisode 124 : L’Explorateur ; Épisode 125 : La Mémoire ; Épisode 126 : Souvenirs du Vieux Temps ; Épisode 127 : La Pauvreté chaleureuse ; Épisode 128 : Du Village à la Ville ; Épisode 129 : À l’École de la Capitale ; Épisode 130 : Le meilleur Élève ; Épisode 131 : Le Rire doux ; Épisode 132 : Les belles Jambes ; Épisode 133 : La Guerre et la Paix ; Épisode 134 : Le Moyen Âge ; Épisode 135 : Roman ; Épisode 136 : L’Aventure guerrière ; Épisode 137 : L’Âme de la Guerre ; Épisode 138 : Les Illusions perdues ; Épisode 139 : Contes et Mécomptes ; 140. Les Apories ; 141. Les Bâtisseurs de l’Avenir radieux ; 142. Les Écrevisses ; 143. La Fin des Ascèses ; 144. En aparté ; 145. Le beau Voyage ; 146. La Marche de l’Histoire ; 147. Les Morts froids ; 148. L’Industrie de la Guerre ; 149. Les Fruits mûrissent ; 150. Les Faux Pas ; 151. Les Soldats ; 152. Les Mamelles de la Guerre ; 153. Le Trouvère ; 154. Les Pillards ; 155. La sainte Reddition ; 156. Amiral, on coule ; 157. L’Art naïf ; 158. Les Filles de là-bas ; 159. Les Oies cendrées ; Épisode 160 : Les Grondements ; 161. L’État de Guerre ; 162. Comme autrefois ; 163. Traîtres à la Nation ; 164. Les Journalistes ; 165. Le Clown sénile ; 166 : Exils ; 167 : Écoutez les Gars ; 168. L’Acide nostalgique ; 169. Les Chaussettes roses ; 170. La Régurgitation ; 171 : Parlez-moi de la Paix ; 172 : Les Hybrides de la Foi ; 173 : L’Espace infini du Temps ; 174 : Les Chiens enragés ; 175 : Les Lombrics de Darwin ; 176 : Gare au Gorille en Zinovie ; 177. Le Dictateur ; 178. L’Éternité ; 179 : L’interminable Victoire ; 180. Les trois Rosiers ; 181. Les Obus ; 182. Les Fils sont partis ; 183. Les Émules d’Attila ; 184. Le Joueur de Pipeau, le Guide et les Vestales pileuses ; 185. La Statue tend le Bras ; 186. Le chouette Boulot ; 187. Un Camp, c’est un camp

LA COSTAUDE DE LA BASTOCHE   Clovis Trouille – 1934

LA COSTAUDE DE LA BASTOCHE Clovis Trouille – 1934

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.

Présentation

  • : CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche