Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 janvier 2022 1 24 /01 /janvier /2022 18:12

 

Mémoires d’un Rat militaire

 

 

Chanson française – Mémoires d’un Rat militaire Marco Valdo M.I. – 2022

 

 

 

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

 

 

 

LA ZINOVIE

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays ; Épisode 17 : La Région


 

Épisode 18

 

 

 

 

 

DÉPART À LA GUERRE

Konstantin Vassiliev - 1974

 

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

 

Dans ce voyage en Zinovie, comme tu le sais, Lucien l’âne mon ami, on entend toutes sortes de voix, on capte des discours, des dialogues, des monologues, des ruminations, des échos, des remembrances.

 

J’avais remarqué tout ça, dit Lucien l’âne. C’est d’ailleurs un peu étrange, mais il est vrai qu’en voyage, on fait des rencontres insolites, on est interpelé par des inconnus en mal de confidences. J’ai toujours connu ça. Certaines gens gardent malgré eux sur leur conscience des secrets fort lourds qu’ils ne peuvent dévoiler à personne de leur entourage et qu’ils révèlent – pour se soulager, je pense – à l’anonyme de passage. Évidemment, on peut proposer la confession, mais c’est un procédé moins sûr.

 

De fait, reprend Marco Valdo M.I., la confession est chose délicate et sujette à précautions, surtout dans les pays comme la Zinovie où la dénonciation tient du sport collectif. Bon, tout ça pour dire que ces mémoires d’un rat militaire, qu’il aurait mieux valu appeler « mémoires d’un rat quand il était militaire », comme Pipo, héros de « La Guerre de Pipo », sont comme leur intitulé le laisse présager une débondade, un débondage irrépressible.

 

Soit, dit Lucien l’âne, je comprends de quoi il s’agit, en général, mais il faudrait quand même un peu préciser les détails de ces souvenirs soudain jaillissants.

 

Je vais, dit Marco Valdo M.I., d’abord situer le personnage. Au vu de son surnom « le rat », on peut aisément imaginer qu’il devait être – aux yeux de ses contemporains – assez répugnant et c’est le cas, en effet. Ici, il est seulement question du début de sa vie et de son engagement comme militaire. On notera en passant que la chanson précise qu’il avait rejoint l’armée dès avant la guerre. Il n’est pas clair s’il entendait faire carrière comme militaire ou s’il avait simplement devancé l’appel, faute de poursuivre des études. Toujours est-il qu’il fit la guerre à l’arrière dans un poste de commandement – comme commissaire politique. De son propre aveu, c’était un endroit beaucoup plus sûr, plus confortable et plus agréable que le front. On y bénéficiait d’un bon logement, d’une bonne nourriture, de bonnes femmes.

 

C’est assez classique dans les armées, dit Lucien l’âne.

 

À propos de bonnes femmes, continue Marco Valdo M.I., je laisse la chanson révéler ses mystères et ce qui s’en est suivi.

 

Voyons voir ça, dit Lucien l’âne, et tissons le linceul de ce vieux monde guerroyant, guerrier, martial, belliqueux, belligérant, bellifère, belliciste, boutefeu, toujours prêt à remettre ça et cacochyme.

 

 

Heureusement !

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

Moi, je viens de cette froide savane ;

Je suis né dans une pauvre cabane.

Enfant, on m’appelait le rat.

À l’Institut, on me nomme comme ça.

Je ne suis pas un imbécile,

J’ai fini l’école secondaire.

Avant la guerre, déjà, j’étais militaire

Service dur, combat facile.

Tous les jours, tous les mois,

Dans la boue, la touffeur et le froid,

Lit au carré, fusil nettoyé, au pas,

J’étais le meilleur des soldats.

 

Ah, c’était le bon temps, la guerre !

Tout était net, tout était clair.

Épreuves, sacrifices héroïques,

C’était une époque magnifique.

Aucun doute, aucune hésitation

L’ennemi se trouvait devant,

On tenait nos positions.

On mangeait bien au restaurant :

Pain frais, viandes, crèmes,

On buvait tant qu’on voulait ;

Les femmes aussi pullulaient.

On était des hommes, quand même !

 

Au régiment, je partageais mon logement

Avec un capitaine fort séduisant.

Il ramenait des filles encore et encore ;

Il en voulait cinq cents, il visait un record.

J’avais une camarade, une cuisinière

Avec qui je copinais pépère.

Le capitaine dit : une seule, c’est pas assez.

À la guerre faut profiter.

Un soir, ma jeune secrétaire est venue ;

Avant, elle voulait se marier ;

Au matin, elle s’est pendue.

Dans une lettre, elle a tout raconté.

 

Qui disait : les pucelles sont sans danger ?

Ce fut toute une affaire ;

On m’a sermonné,

Puis, comme c’était la guerre,

On enterra cette histoire.

Quand c’est fini, c’est tout,

Sauf dans ma mémoire.

Alors, je bois comme un trou.

Les jeunes d’aujourd’hui ont tout reçu :

Tout ce qu’on a payé de notre chair,

Qu’au prix de notre peau, on a défendu.

Ils ont tout sans rien faire et pour pas cher.

 

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.

Présentation

  • : CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche