Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2022 2 18 /01 /janvier /2022 18:40

 

La Région

 

Chanson française – La Région Marco Valdo M.I. – 2022

 

LA ZINOVIE
est le voyage d’exploration en Zinovie, entrepris par Marco Valdo M. I. et Lucien l’âne, à l’imitation de Carl von Linné en Laponie et de Charles Darwin autour de notre Terre et en parallèle à l’exploration du Disque Monde longuement menée par Terry Pratchett.
La Zinovie, selon Lucien l’âne, est ce territoire mental où se réfléchit d’une certaine manière le monde. La Zinovie renvoie à l’écrivain, logicien, peintre, dessinateur, caricaturiste et philosophe Alexandre Zinoviev et à son abondante littérature.

 

 

Épisode 1 : Actualisation nationale ; Épisode 2 : Cause toujours ! ; Épisode 3 : L’Erreur fondamentale ; Épisode 4 : Le Paradis sur Terre ; Épisode 5 : Les Héros de l’Histoire ; Épisode 6 : L’Endémie ; Épisode 7 : La Réalité ; Épisode 8 : La Carrière du Directeur ; Épisode 9 : Vivre en Zinovie ; Épisode 10 : Le But final ; Épisode 11 : Les nouveaux Hommes ; Épisode 12 : La Rédaction ; Épisode 13 : Glorieuse et grandiose Doussia ; Épisode 14 : Le Bataillon des Suicidés ; Épisode 15 : Les Gens ; Épisode 16 : Jours tranquilles au Pays

 

 

Épisode 17

 

 

 

TOUT VA BIEN CHEZ NOUS

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dialogue Maïeutique

 

 

 

Sans doute, Lucien l’âne mon ami, la région – c’est le titre de la chanson – est une notion floue, un concept vague, une entité éminemment élastique et d’une certaine manière, assez insaisissable.

 

Oui, dit Lucien l’âne, mais il suffit de dire son nom pour qu’on la situe et qu’on puisse en évaluer les contours, le relief, l’hydrographie, en situer les villes, les villages, les routes, les chemins de fer, les ports, les aéroports, que sais-je ? En déterminer la population et même, grosso modo, le climat. Dans l’ensemble, c’est généralement assez clair.

 

Généralement, c’est le cas de le dire, répond Marco Valdo M.I., vu que la région – après la grandiose révolution avait hérité du nom d’un général, puis, après qu’on l’eut déclaré félon et fusillé, de celui d’un autre général – son exécuteur, lequel a depuis été lui aussi effacé. Donc, à l’heure présente, pour ce qui est de cette région de Zinovie, c’est toute une histoire, car on ne peut ni la nommer, ni la situer. C’est un fantôme géographique, un ectoplasme historique ; c’est tout juste si on peut croire à son existence. Et pourtant, elle existe, elle est bien réelle et pour ce que j’en sais, elle n’est seule dans son genre.

 

Soit, dit Lucien l’âne, mais en vérité, je ne comprends pas bien de quoi elle vit cette région.

 

Je vais te résumer l’affaire, dit Marco Valdo M.I. ; d’abord, rappelons qu’une région, au sens où on l’entend ici, c’est une partie d’un ensemble plus grand ; le plus souvent, une partie d’un pays, d’un État, comme c’est le cas ici. Pour celle qui nous occupe, elle n’a pas de nom, elle est anonyme par destination. Elle n’apparaît nulle part sur les cartes, elle n’a pas d’histoire, on ne peut l’identifier. On la traverse sans la voir. Tout ça volontairement, obligatoirement, car c’est une région militaire nimbée par le secret d’État.

 

C’est tout ce que tu peux m’en dire ?, demande Lucien l’âne.

 

Certes non, répond Marco Valdo M.I. ; la chanson nous apprend bien d’autres choses à son sujet.

— Elle a connu la glorieuse révolution ;

— Son nom, quand elle a pu en avoir, était celui d’un héros du moment ; elle en a changé plusieurs fois.

— On y a créé un conscientorium afin de soigner la conscience politique des gens ;

— Elle fut antérieurement une région rurale prospère et elle vit à présent dans la disette alimentaire.

— On y trouve un camp de prisonniers en plus du conscientorium et de ses cinquante mille pensionnaires.

— les pensionnaires, les prisonniers et les jeunes de la région sont contraints au travail local.

 

Oh, dit Lucien l’âne, il y a en effet de quoi la cacher.

 

Selon ce qu’en dit la chanson, dit Marco Valdo M.I., on la camoufle très bien, mais on y a construit une petite ville, entièrement pensée – n’y sont tolérés que des habitants fiables – pour donner une belle image aux visiteurs étrangers. Celle-là, on peut la voir, la visiter et même, rencontrer ses habitants.

 

Eh bien, dit Lucien l’âne, en confidence, de mes propres oreilles, j’ai entendu dire que ce genre de choses existent ailleurs, mais je n’y suis jamais allé dans ces pays ; quant à la Zinovie, comme toi, je la découvre. Cela dit, tissons le linceul de ce vieux monde menteur, camouflard, misérable, malheureux et cacochyme.

 

 

Heureusement !

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

 

Nul ne se souvient plus du nom

Ancestral et vénérable de notre région,

Son nom d’avant la glorieuse révolution ;

Ni du nom d’un général de grand renom,

Dont notre région hérita ;

Fusillé, son justicier lui succéda.

Depuis, on vit dans la nouvelle ère.

Tache blanche sur les cartes routières,

Néant traversé par le chemin de fer,

Notre région est zone militaire,

Plus personne ne vient là ;

Son nouveau nom est un secret d’État.

 

Si notre pays voyait dans un autre pays

Traiter les habitants comme ici,

Il s’indignerait à grands cris.

Chez nous, on édifie le paradis.

Pour ménager cet avenir radieux,

On aménage un présent précautionneux.

Les autorités écrivent notre histoire,

En grande part forcément illusoire.

Comme les discours n’arrivent pas

À soigner la conscience publique,

On a créé de vastes sanatoriums politiques,

Ce sont les conscientoriums de notre État.

 

Nos chefs sages et bien aimés

Ont réparti toute l’humanité

Équitablement en deux parts :

Nous, d’un côté ; le reste, autre part.

Nous, le concentré du meilleur,

On surpasse ce qui se fait ailleurs.

L’absence de viande, le manque de blé ;

La disparition des patates et des choux.

Tout va bien chez nous.

Nos dirigeants l’ont décidé :

L’élan du peuple, de la région, la solidarité

Vont multiplier par cinq la production de tout.

 

Avant la révolution grandiose,

Notre région produisait plein de choses :

Du beurre, de la viande, des patates, du blé.

Il y avait à manger ; c’était un pays agricole arriéré.

C’est maintenant une région industrielle.

On a un camp, des usines, on produit du papier,

Des calculatrices, des avions, des poubelles.

On fait travailler les jeunes et les prisonniers,

Et les cinquante mille pensionnaires

De notre conscientorium exemplaire.

On a bâti une ville modèle de l’autre côté

Qu’on fait visiter aux étrangers.

Partager cet article
Repost0
Published by Marco Valdo M.I.

Présentation

  • : CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche