Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 17:42

ST PAULI

 

Version française – ST PAULI – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne – St. Pauli – Talco - 2008

 

 

L'album dont est tirée la chanson s'intitule "Mazel Tov" et est littéralement imprégné de références à l'imaginaire yiddish et à la musique klezmer. Le St. Pauli est une équipe de football de la ville de Hambourg, célèbre pour l'orientation politiquement claire de son club de supporteurs bariolé. Il paraît que parmi les supporteur "certifiés" du St. Pauli figure même un administrateur de ce site ... [INSCO]

 

Comme "supporteur certifié" du St. Pauli , je dois dire aussi que la chanson de Talco, dans sa version allemande, est devenue pratiquement l'hymne officiel de l'équipe hambourgeoise; ou est perçue comme tel. [RV]

 

 

Pour ceux que la chose intéresserait : http://fr.wikipedia.org/wiki/FC_Sankt_Pauli

 

Traduit pour la plus grande gloire du Sankt Pauli et de son féroce admirateur.

 

Pour un autre moment footballistique allemand : voir [[39654]] – Le Miracle de Berne.

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

Sur le bord de la piste, un chahut dingue contre le mur de la xénophobie

Des chants collectifs et des couplets pleins d'émotion, chantés en chœur, ballades de vie

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

Voix contre la logorrhée et l'agonie dans l'antre à nouveau fleuri à la périphérie

Chants, ballades de vie, dans le bastion heureux des gradins du San Pauli.

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

 

Sur le bord de la piste, un chahut dingue contre le mur de la xénophobie

Des chants collectifs et des couplets pleins d'émotion, chantés en chœur, ballades de vie

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

Vous dansez sur l'histoire de son glorieux passé, enfants de la mémoire, pirates du St Pauli.

 

 

 

 

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
16 novembre 2010 2 16 /11 /novembre /2010 20:42

 

AU CARNAVAL

Version française – AU CARNAVAL- Marco Valdo M.I. a – 2010

Chanson italienne – Al carneval – Talco – 2010



Quatrième morceau de l’album «  La Cretina Commedia », dédié à Peppino Impastato.



« Les premières représentations du groupe de Peppino, organisé dans le Cercle Musique et Culture, prélude à un projet plus important dans les années qui suivirent – Radio Aut – eurent lieu dans les rues à l'occasion des fêtes du village. Une celle-ci, le Carnaval., Peppino organisa une farce, la l'insinuant dans la foule masquée et mettant en scène une représentation théâtrale, où des paysans et des édiles se plaignaient des patrons, calmés par un prêtre qui prêchait le calme en attente d'une vie meilleure au-delà de la terre. Arrivait alors un fonctionnaire de parti corrompu qui incitait au retour au travail sans se plaindre. « Car le Parti voulait qu'il en soit ainsi »... Puis le mafieux qui faisait taire tout le monde en offrant une tasse de café. Dans les papiers de Peppino, on a trouvé un très beau poème où il parle du Carnaval à Cinisi, de sa signification métaphorique, de la fête de hypocrisie, occasion pour faire circuler l'information en se mêlant à la foule, en libérant toute sa rage face à l'état de choses existant. »



Dans l'esprit exubérant d'un joyeux balthazar

Par l'inspiration accoutré d'un habit de clichés

Dans la ville où c'est toujours carnaval

Au milieu des cimetières remplis par la poudre,

Je veux par désarroi changer d'habitude

Le travestissement du vent.

Et dans la cohue de son train-train quotidien

Lancer des caresses qu'on n'ose pas accepter

Et épouvanter de vérité

Les sentiers déguisés en carnaval.



Au Carnaval

Pour masquer une apparence qui n'est pas

Je veux dépouiller au carnaval

Les monuments d'une paix à rendre

Au carnaval pour taillader

Des rêves en confetti de candide ironie

Pour dispenser ma vie

Parmi les participants d'une vague éternité

Pour conjurer l'omertà nauséeuse

Qui anime les danses et les grognements du carnaval.



Pleuvent des aboiements jamais secourus à fond

Humaine attente de famille ou de qui sait

Des pères disent attendre d'autres mondes

En cultivant de vaines croyances en une autre voie

Frères perdus désormais bienheureux dans la seringue

D'un long carnaval sur un lit de plaisir

En couronnant des parrains et en apaisant

Leur soif de vérité

Dans le réconfort tacite d'un café.

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 22:51

LA CHAISE VIDE

 

Version française - LA CHAISE VIDE – Marco valdo M.I. A – 2010

Chanson italienne – La Sedia Vuota – Talco – 2006

 

 

Regarde, Lucien l'âne mon ami, voici une chanson où l'on conte l'histoire d'un homme qui a tant cheminé, qui a parcouru des chemins déserts, montagneux... et qui fut assassiné... Il s'appelait Ernesto... Toi qui as suivi tant chemin sur les chemins déserts et montagneux... As-tu rencontré cet Ernesto, ce rêveur d'utopie... Qui peut-il bien être ?

 

Oh, mon ami Marco Valdo M.I., j'en ai parcouru des chemins montagneux et déserts... J'y ai rencontré toutes sortes de gens, des gens souvent bien pauvres, bien exploités, qui semblaient porter sur leur dos un monde de douleurs si immense...J'ai couru le monde, j'ai parcouru la terre, j'en ai vu des villes et des campagnes, j'en ai vu des plaines et des montagnes... J'ai entendu les plaintes de bien des peuples et, voici qui va t'intéresser, j'ai souvent entendu parler d'Ernesto... On dit qu'il était médecin, on dit qu'il était généreux, on dit – mais c'est peut-être une légende, qu'il était beau et bien d'autres choses encore... Ernesto parcourait les montagnes d'Amérique latine et il leur parlait de libération, de dignité et d'indépendance... de justice et de liberté aussi. On en a fait un héros, ce n'était pas ce qu'il cherchait. Il cherchait le bien. Il l'a trouvé, je l'ai vu dans ses yeux qui semblaient contenir tout le bleu du ciel. Il avait un surnom qui sautait d'une bouche silencieuse à une oreille avide de l'entendre... Ce n'était plus qu'un murmure, le prononcer était en certains lieux, en ceux où il fut réduit en lambeaux, extrêmement dangereux, c'était un murmure de résistance et il continue à courir le monde... L'Ernesto auquel je pense, était surnommé le Che.

 

 

Si je me souviens bien, lui aussi, à sa manière et au prix de sa vie, tissait le linceul de ce vieux monde avide et cacochyme...dit Marco Valdo M.I. Ora e sempre : Resistenza ! aurait pu être sa devise...

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Messeigneurs , accourez !

J'ai une histoire à vous conter

Je pleure des rêves indignés

N'ayez pas peur de moi

Les cieux ne font pas l'histoire

C'est d'un jour véridique que je veux parler

Regardez à terre dans les rues

Vous y trouverez le pourquoi.

 

Disparu dans des sentiers arides

Il chemine pendant des jours et des nuits

Au milieu de plaintes dans le vide

Dans le tourment et la pauvreté

L'indignation est une idée qui s'enflamme

Parmi les débris des fausses barrières

Ernesto a le regard sûr

Et il grandit avec la vérité.

 

Ici dans les villes les gens crient, crient

On y a enlevé avec la haine, le soleil de la vérité

Mais dites-le encore à qui ne sait pas

Ici, il y a le chagrin d'un homme mort pour la liberté.

 

Et vous du haut qui prêchez

Amollis d'éphémères mythes

Qui bradez l'amour et la vie

Pour les dépouilles de l'idiotie

Mon rêve pleure ses fils

Et ne retrouve pas les idéaux trahis

Il marche parmi les gens le long des chemins de l'utopie.

 

Mais où est le soleil, porteurs de la démocratie ?

Nous vous avons vu le jeter dans la boue là avec notre utopie

Nous vous crions, traîtres de la vérité

Sur notre envolée jetée dans la boue, se redresse notre cité.

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 16:12

 

TOUS ACQUITTÉS

Version française – TOUS ACQUITTÉS – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – Tutti assolti – Talco – 2004

 

La chanson de Talco se réfère plus précisément à la dramatique condition des ouvriers de la pétrochimie de Marghera (157 morts... au moins et de très nombreux cancers) et au procès qui en 2001, en première instance, conduisit à l'acquittement de tous les dirigeants et des entreprises impliquées.

Les ouvriers sont conduits à la morts pour le plus grand profit du capital...

 

C'est vrai dans les mines, c'est vrai dans la chimie, c'est vrai dans l'industrie métallurgique, c'est vrai chez Éternit... C'est vrai aussi chez les cols blancs... Suicides, dépressions, accidents cardiaques...

Partout, à tous les étages, on meurt du travail.

 

Mais quand donc cessera ce massacre ?

 

 

 

Derrière les remparts du progrès et de la propriété

Dans la justice, un homme cherche sa liberté
Mais la justice est insensée et absurde utopie

Engoncée dans les fauteuils de la finance et de l'économie

La civilisation se corrompt, les familles épuisées,

La rage et le poing fermé, elles suivent de près la vérité

Les rêves lacérés dans un tribunal

Deux fois tués par le capital international.

 

Les sirènes sonnent

Les ouvriers vont à la mort

Magistrats et profiteurs

Le voient mais font semblant de ne pas savoir

Le patron se réjouit

Loue son impunité

Mais celui qui glisse sur le corps des personnes

Jamais ne sera à l'abri.

 

[parlé]

 

« Marghera 2 novembre, un voile de sang descend sur les rues, la dignité de 160 travailleurs foulée par les seigneurs du travail. Pour combien de temps encore les chaînes de la mort tiendront-elles encore notre justice ? Combien de vies encore à pourrir derrière l'immunité des porcs seigneurs des affaires ? »

 

Sonnent les sirènes

Les ouvriers vont à la mort

Mais il y a ceux qui n'oublieront pas

Ces fabriques de la mort

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 13:08

60 ANS
Version française – 60 ANS – Marco Valdo M.I. – 2010
Chanson italienne – 60 Anni – Talco



Ah, Lucien l'âne mon ami, voici une chanson à clefs ou à tout le moins, une chanson pour laquelle il faut deux ou trois compléments d'explication... Je te dis tout de suite qu'à mon sens, le personnage qui parle n'est autre que le peuple italien lui-même...

J'imagine bien, dit Lucien l'âne, et j'aimerais au moins que tu me dises le sens de certains mots que je ne trouve pas au dictionnaire courant... Je ne parle pas des allusions à des personnages politiques précis... Mais de ces mots qui ont l'air tout à fait communs... comme piduiste, lupara, ou qualunquiste... qu'à mes yeux, tu n'as pas véritablement traduits comme tu l'aurais dû.

Tu as raison, Lucien mon ami l'âne, d'abord dans ta distinction entre les allusions à tel ou tel personnage et les noms communs. Pour ces derniers, je ne les ai pas traduits, dis-tu, comme j'aurais dû. Je sais bien que ce n'est pas un reproche, mais quand même... Je vais prendre la peine d'y répondre comme si c'en était un. Je n'ai pas traduit ces mots... Tout simplement car on ne peut les traduire; ils n'ont pas d'équivalents en français. Voilà qui complique singulièrement les choses... et dans ce cas, la meilleure solution est de conserver le mot et de l'importer tel quel en français. C'est le cas de nombre de mots italiens; par exemple : spaghetti, macaroni, tartufo, tifosi... ou d'autres langues comme bistro, caméra, matador... Comme ils n'avaient pas d'équivalents, il a bien fallu les utiliser tels quels ou légèrement transformés. C'est le cas ici de qualunquiste, de squadriste et de piduiste. Alors, on y va : qualunquiste – littéralement : je m'enfoutiste, mais il a un sens précis en politique en Italie (et sans doute ailleurs), c'est le n'importe quoi, la débrouille, le n'importe comment du moment qu'on arrive au pouvoir et quand on y est arrivé, on y reste. C'est à la fois, l'arrivisme, l'opportunisme, le populisme et ensuite, toutes les dérives qu'on peut voir et celles qu'on ne peut pas voir. Et bien, je n'ai pas de mot pour ça. Donc, j'ai francisé le mot italien. Squadriste est aussi un mot très précis et politique : c'est en fait un de ces nervis fascistes, un membre d'une bande de cogneurs, de tueurs fascistes... Quant à piduiste, il renvoie au même univers des zones noires du pouvoir en Italie : c'est un membre de la Loge P2, une loge maçonnique dévoyée par des arrivistes et des gens malades de la richesse et du pouvoir. Si tu veux des noms, il te faudra lire l'actualité présente en Italie... Tu en trouveras plein de ces gens-là aux premières pages des journaux... En clair – et provisoirement, il faut l'espérer – ceux-là tiennent le haut du pavé. C'est en fait ce système et ce régime du « n'importe quoi pourvu que je reste au pouvoir » que dénonce cette chanson.

Et la lupara ?, demande l'âne Lucien. Tu ne m'as rien dit de la lupara...

C'est normal, on ne parle jamais de la lupara... Je veux dire, on n'en parle pas dans le pays où elle est utilisée... Mais si je devais traduire ce mot, je devrais dire « fusil à canon scié » ou quelque chose du genre... Cependant, çà n'aurait pas le même sens, la même connotation disons sociale, politique ou de menace. C'est en quelque sorte l'instrument de travail des tueurs mafieux... C'est donc aussi une manière de dénoncer la mafia et ses méthodes criminelles et crapuleuses. Alors, on garde le mot lupara...

Décidément, dit Lucien l'âne, ce monde est encore plus tordu, plus en décomposition et plus cacochyme que je ne le pensais.. Viens, mon ami Marco Valdo M.I., il nous faut aller lui tisser son linceul.

En Sicile, comme ailleurs, conclut-il, Ora e sempre : Resistenza !

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane




J'ai soixante ans de deuils et de prisons
Désormais ravagé par ce capital anonyme
Piégé dans un lager de flics et de maçons
De bombes et d'assassins sans patronymes
J'ai payé des fautes de prêtres et de parrains
Et des prisons et des ghettos remplis d'idées
Des rêves trahis envolés des fenêtres
Et des dogmes corrompus protégés à Hamamet.

J'ai pleuré votes et idéaux vendus à un Américain
J'ai échangé mon dieu contre le pouvoir d'un démochrétien
Je vis l'erreur et la haine qualunquiste
Tirer dans le ventre de l'utopie
Et la horde funeste du germe centriste
Croître sur la pourriture de la bourgeoisie

J'ai vu encore des juges ingrats
Payer cher leur dignité
Et des templiers ivres avec leurs écus croisés
Tomber dans la fosse de l'immunité
Tu as baisé les mains de puissants piduistes
De riches ploutocrates, de fauteurs de guerre
Tu as acheté mes votes à la lupara et aux pots de vin
Tu as sucé la vie aux ouvriers et aux étudiants

Quand le silence est une douleur assoupie dans un idéal sourd
Quand le spectre des anciens tourments résonne au loin
Je revois le mal dans les yeux brillants
De haine squadriste et de noire nostalgie
Je revois Scelba et la pieuvre fasciste
Le long des enseignes de la police.



Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 13:00

LE PAS DU SOURDINGUE

Version française – LE PAS DU SOURDINGUE – Marco Valdo M.I. a – 2010

Chanson italienne – Il Passo del Caciurdo – Talco

 

Là dans les latrines des jours sans gloire

Des nuits noires bercent le sommeil de l'indécence

Une ombre s'avance balourde et sans mémoire

Elle marche pas à pas derrière le mal de indifférence

 

Depuis les égouts de la race, rampe imperturbable

Entre des consciences inertes qui ne demande pas le pourquoi

Un vieux chemin funeste et fils du passé

D'un fantoche qui brame une histoire qui n'existe pas


Non, il n'y a pas de quoi rire

Ils marchent les déchets d'une histoire qui n'existe pas

Non, il ne doit pas rire

Le sourdingue qui veut aller à reculons

Certes, vous autres messieurs n'ont aucune considération

Au guignol qui ne sait pas marcher en avant

Combien de fois encore caresserez-vous l'illusion

De vivre au jour sans veiller la nuit

Ne dormez pas bêtement ! C'est le pas du sourdingue

Avec ses loques sales de haine, il veut faire le nettoyage

Il rit et se déguise, c'est toujours son pas de sourdingue

Il souille vos rêves du présent et veut s'en aller à reculons.

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
7 février 2010 7 07 /02 /février /2010 12:51

TESTAMENT D'UN BOUFFON

Version française – TESTAMENT D'UN BOUFFON – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – Testamento Di Un Buffone – Talco

 

 

Fables épuisées et vides de mélancolie

Brouillard qui noie jours et solidarité

Nous dit-on sont nuages et utopie précaires

Mais là dans la métropole s'enfonce la réalité.

 

Sans filtres dans les rues promène le bouffon

Il saute par dessus les débris d'une ville désormais sourde

Il n'y a pas d'espace pour des plaintes ni modération

Pour celui qui a déchiré ses valeurs pour une tranquillité aveugle

Ne courez pas, ne fuyez pas

Un jour ne peut vivre sans son utopie

Ne courez pas, ne fuyez pas

Vous soldez votre lâcheté dans le néant du bien-être

Parmi les vols désespérés des fantômes et des faux jours

Ne courez pas, ne fuyez pas

Réveillez-vous paillasses avant ou ensuite

Comment vous feriez sans rêves

 

Certes un bouffon ne tiendra pas compagnie

Au vieillard qui ne sait plus parler avec ses rêves

Pour qui la caravane est désormais partie

Le prix de son orgueil est de s'enfoncer dans l'erreur

Mais dans les fauteuils armés du je-m'en-foutisme

Traîne une litanie vide d'idées sans identité

Ils disent « Un peu d'opportunisme ne sera pas plus mal »

Merci mais je refuse, j'ai mon intégrité trop à cœur


Mesdames, messieurs, les spectateurs

Un autre train est reparti

Je vous laisse le testament d'un amour qui a suivi sa vie

Avec le sourire, je repartirai en votre compagnie

En avant approchez-vous et qu'il n'y ait de honte dans le cœur de personne

Regardez regardez ne fuyez pas

Il y a ici, un bouffon armé de poésie qui danse encore avec ses rêves

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
4 février 2010 4 04 /02 /février /2010 22:20

LA CROISADE DU DICTATEUR BLANC

 

 

Version française – LA CROISADE DU DICTATEUR BLANC – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – La Crociata del Dittatore Bianco – Talco

 

2000 est le nouveau millénaire

Année de grande commémoration

Année d'engagement et de réflexion

Il y a celui qui veut rendre la conscience claire

Et part en un voyage glorieux

Pour guérir les péchés capiteux

La croisade de la rédemption

Le bain sacré de la religion

Le dictateur à l'habit blanc

Tout maculé d'immoralité

S'approche du mur des lamentations

Et demande pardon à l'humanité

D'être resté passif face

À tant de sang versé pour rien

Sans égard pour qui est à ses côtés

Et pleure encore ses gens.

 

Parmi des scénarios de haine et de violence

De mensonges, d'injustices et de douleur

Parmi des idéaux réprimés dans le sang

La mémoire est le pire ennemi

De celui qui a attaqué la vie de l'homme

En embrenant son identité

Le remords n'en aura pas de trêve

Le souvenir n'en aura pas pitié

 

Il prêchait ses commandements

La voie juste pour l'âme pure

Pas d'avortement dans ses enseignements

Ni l'amour différent contre nature

Le bienfaiteur propose au pauvre

Mon credo est ta guérison

Mais il éteint la fureur du vice

Entre les griffes de l'Inquisition !

 

 

 

 

 

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
29 novembre 2009 7 29 /11 /novembre /2009 22:44

TARENTELLE DU DERNIER BANDIT


Version française – TARENTELLE DU DERNIER BANDIT – Marco Valdo M.I. – 2009
Chanson italienne – Tarantella dell'ultimo bandito – Talco


Entre les plaies noires de la vanité
D'une terre à la brune
Avec le soleil qui atterrissait
En mastiquant l'avenir.
Rino atteignit ses vingt ans
Et un sentier d'affamé
De récits dans les vallées
Du bandit partisan.

Puis vint le temps de qui ne sait plus
Sur les épaules de l'oubli
Du cirque de l'histoire
noyé par l'usure.

Mère terre essuie les yeux
De celui qui sema longtemps
Son avenir dans les échos
D'un passé partisan.

Au début de l'oubli
Qui ensorcèle le sommeil depuis longtemps
Je chante le temps du murmure
Dans le cœur d'un vieux partisan
Âge misérable à renier
Mendiant d'avenir
Dans l'ère niée d'un sol trahi
En rallumant la gloire de la mémoire
Avec la tarentelle du dernier bandit
Je chante la tarentelle du dernier bandit.

Mère terre essuie les yeux
De celui qui sema longtemps
Son avenir dans les échos
D'un passé partisan.

Au début de l'oubli
Qui ensorcèle le sommeil depuis longtemps
Je chante le temps du murmure
Dans le cœur d'un vieux partisan
Âge misérable à renier
Mendiant d'avenir
Dans l'ère niée d'un sol trahi
En rallumant la gloire de la mémoire
Avec la tarentelle du dernier bandit
Je chante la tarentelle du dernier bandit.

 

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article
10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 21:25

LA CARAVANE

Version française - LA CARAVANE – Marco Valdo M.I. – 2009

Chanson italienne – La Carovana – Talco



« Entrez, entrez » dans la crue réalité

Où un lamento désarmé m'a touché

Éveille-toi marionnette, voici là

Sur le gouffre de la mondanité

Ici dans la boue d'une fausse réalité

Qui vend encore l'or même quand c'est de la boue

Dort le temps abandonné à la lâcheté

Du qualunquisme occidental.

Je pars suivre une utopie

Que des regards épuisés ne verront pas

Je crains que ta démocratie

Avec le feu supporte pas la liberté.

Il est peut-être tard, mais je m'en vais

Recoudre les vides de votre hypocrisie

Dans ma ville, la caravane vient

Apportant la solidarité.

 

Vous, rêveurs, faites comme moi

Pour faire un saint, il n'y a pas besoin de dieu

Solidarité, moi, je m'en vais là

Pour réparer les vides de votre fausseté.

Ici il y a encore une ville

Elle se coule dans l'innocence

J'ai suivi une ville

Parmi les ruines d'un monde submergé.
Ici , il y a encore une ville.

Ma ville.

Ils disent ma vérité

Menteuse, irrévérente et extrémiste.

Tout, mais je ne peux tolérer

Qu'une conscience soit aveugle, car elle a cessé de crier

Peuples et villes fracassés

Par le fantôme de la guerre et de l'économie

Dans ma ville, j'apporte l'humanité

Aux journées mutilées de votre civilisation.

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Talco
commenter cet article

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche