Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 avril 2012 1 09 /04 /avril /2012 15:44

À L'ENVERS

 

Version française – À L'ENVERS – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne (Romanesque) – Alla rovescia – Radici nel Cemento

 

 

 

Le monde est vraiment le royaume de l'à l'envers.

 

Voilà une chanson dont le titre paraît dire l'état du monde... dit Lucien l'âne. Il suffit de voir ce qu'ils font aux Grecs pour s'en rendre compte. (REGARDEZ CE QU'ILS FONT AUX GRECS !... C'est ignoble !) D'un côté, les riches qui ne sont même pas effleurés par les mesures assassines prises par le Comité Central du Parti Économiste (C.C.P.E.) et de l'autre, les pauvres qui sont carrément malmenés, rackettés, rançonnés et finalement, détruits. Il y en a qui commencent même à s'autodétruire... Tel ce pharmacien d'Athènes... Mais que feront les riches quand il n'y aura plus de pauvres ? Quand les derniers pauvres seront tous morts ou quasi-morts de misère, d'inanition, de désespoir ?

 

Quand il n'y aura plus de pauvres auxquels extorquer des bribes de plus-value... Alors, les riches s'entretueront et se mangeront entre eux...

 

Ce serait une bonne affaire, dit Lucien l'âne... Mais pourquoi ne le font-ils pas tout de suite ? Ce serait encore mieux...

 

Et puis, à force de créer de la richesse et de la croissance, il n'y aura plus de pauvres, plus de riches non plus et même, plus de vie humaine... De fait, au regard de la galaxie, quelle importance que la vie humaine disparaisse de la planète...

 

C'est une vraie et bonne question... Terriblement philosophique... Mais d'ici là, quel immonde massacre, il y aura encore... L'Europe bavarde ( je te promets une chanson sur le sujet... [[http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=it&id=41045]]) en prenant le thé, en buvant une grande blonde, en sirotant un ouzo dérisoire... Et les bruits de bottes commencent à se faire entendre du côté d'Athènes... Des bottes plus lourdes encore que celles des sbires débordés, des flics grecs qu'on songe à refiler au privé... Seront-ce des colonels comme l'autre fois, un lieutenant comme au Mali, un caporal comme en 1933... Ou simplement, verra-t-on arriver, en Mercédès noire, un costume-croisé avec une cravate des plus discrètes pour étrangler mieux encore ? À l'évidence, si le peuple grec (entends les Grecs pauvres, les pauvres de Grèce) n'est pas d'accord avec leurs sympathiques mesures de restriction, il conviendra de le châtier sévèrement jusqu'à ce qu'il comprenne... Retour à l'habituel : « Enfoncez-vous bien ça dans la tête ! » avec matraques, gaz, prisons, camps...

 

Et après les Grecs, ce sera à qui le tour ? Aux pauvres d'Espagne, d'Italie, d'Allemagne, d'Angleterre, de France ou de partout à la fois ? Et là, on ne parle que de l'Europe...

 

En effet, Lucien l'âne mon ami. Mais la Guerre de Cent Mille Ans, dont ce n'est qu'un épisode, se déroule tout à travers le monde et c'est le même Comité Central du Parti Économiste (C.C.P.E.) qui mène la danse. Le but central de l'opération est d'accroître les profits de quelques-uns en rentabilisant l'entièreté de la planète, jusqu'à ce que mort s'ensuive. C'est contre cela qu'il nous faut nous défendre, contre cette mort par asphyxie qui nous attend, contre ce lent étouffement de la vie au profit du profit, contre cet étranglement par l'économie, la croissance, la richesse... En effet, le monde tourne à l'envers... Au lieu de développer la société au profit des humains, d'organiser le travail au profit des humains, on fait tout le contraire, on exploite les hommes, on vole leur vie, on les contraint au travail pour assurer du profit à quelques-uns. Là est la véritable honte et le poison qui va tuer l'espèce entière.

 

Ce monde qui va à l'envers, il nous faut le remettre dans le bon sens. Pour ce faire, notre tâche est de tisser, comme le faisaient les Canuts [[http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?id=7841&lang=it]], le linceul de ce vieux monde malade de la croissance, de l'avidité des riches, de l'arrogance des puissants, de l'infantilisme du pouvoir et de l'argent et cacochyme (heureusement !).

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

 

Il y a celui de ceux qui ont de l'argent

Il y en a un autre où il en manque tant

Toutes les banques veulent en donner au premier

L'autre, par contre, ne peut même pas l'espérer !

 

Il y a celui qui finit en prison

Et qui n'a jamais fait de mal à personne

Puis au contraire, libre comme le pinson

Le pire criminel pourtant se promène !

 

Il y a celui qui se tape la cloche

Et s'en met plein les poches

L'autre au contraire qui travaille comme une bête

Le soir, n'a quasi rien dans son assiette !

 

J'ai deux amis : un sérieux et compétent

Et l'autre qui a seulement un poussant

Ce dernier est déjà bien installé en ménage

Le premier languit toujours au chômage !

 

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

 

Il y a celui qui voudrait bien s'en aller

Il y a l'autre qui voudrait bien rester.

Au premier, on dit : « Tu dois rester ! »

À l'autre, que dit-on ? « Tu ne peux pas t'en aller »

 

Je vois ceux qui n'ont pas un atome de cœur

Ont des émois qui poussent comme des fleurs

Puis ceux qui sont pris dans des roulis d'amour

Restent seuls toujours nuit et jour !

 

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

Parfois, il semble que le monde tourne à l'envers !

Tout se passe comme si le monde tournait à l'envers !

Repost 0
25 janvier 2012 3 25 /01 /janvier /2012 21:09

JE M'ÉCLAIRE MOINS

 

Version française - JE M'ÉCLAIRE MOINS – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne – Mi illumino di meno – Radici nel Cemento

 

 

L'énergie l'énergie l'énergie qu'est-ce qu'est?
c'est une espèce de magie qui vous fait vivre vous aussi

L'énergie l'énergie l'énergie mais où est-elle ?
Il y en a tant sous terre, il y en a tant à-haut dans le ciel

l'énergie l'énergie mais d'énergie combien il y en a?
Il y en a tant je te l'ai dit, pour l'instant , on la détruit !
Peut-on la gaspiller l'énergie l'énergie l'énergie ?'
Mais regardez un peu cette année, les gars !

 

Le 16 février, chers amis si je ne me trompe pas,

C'est la fête nationale des économies d'énergie,

Et oui, mes chers auditeurs, nous avons un problème:
Les consommations croissent à un rythme frénétique.
Donc Caterpillar a voulu organiser

Une fête nationale, et il vous a même invité,

Il a invité tout le monde à épargner ce jour

Et vous connaissez le slogan de la fête ?

 

Je m'éclaire je m'éclaire je m'éclaire moins

Et à la lueur de ma triste chandelle, je dîne

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

Je m'éclaire je m'éclaire je m'éclaire moins

Épargner nous convient et puis gaspiller n'a pas de sens

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

 

Il ne faut pas laisser l'électroménager sous tension

Ma grand-mère me l'a enseigné, elle ne le laisse jamais

Et puis la machine à laver toujours à charge pleine

Si je la vois à demi vide, j'en fais une crise de panique

Mettez un couvercle sur ces marmites au feu

Jusqu'à ce que l'eau bouille et l'épargne n'est pas mince

Fermez le robinet quand vous vous brossez les dents

Les descendant vous remercient et vous saluent contents !

 

Régler le thermostat et ne pas exagérer

19 degrés devraient suffire

Si on a froid dans la maison, on peut mettre une petite laine

Il est inutile de créer un microclimat tropical!
L'été est par contre on dit qu'on risque

Seulement quand les climatiseurs sont allumés

Mais que se passera-t-il quand un milliard de Chinois ?

Réclamera aussi et non sans raison, l'air conditionné.

 

Je m'éclaire je m'éclaire je m'éclaire moins

Je laisse l'auto à la maison, je vais à vélo ou en train !

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

Je m'éclaire je m'éclaire je m'éclaire moins

Jusqu'à hier, je n'y pensais pas ; aujourd'hui, j'y pense et comment !

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

 

Qui construit sa maison, songe au double vitrage

Dont la dépense initiale avec les intérêts revient

Une autre recommandation fondamentale

Est de ne pas lésiner sur l'isolation

Rappelez-vous d'utiliser des ampoules fluorescentes

Qui durent plus longtemps et sont très pratiques

Et une dernière petite chose à ne pas oublier

Le plus écologique c'est l'énergie solaire !

 

Nous nous ne sommes pas comme ces Américains

Qui se lavent les mains du protocole

Et nous n'approuvons pas ces sympathiques Australiens

Qui sur Kyoto ont répondu: « ...nous y penserons demain ! »

Nous sommes différents...oui! nous sommes Italiens....oui!
Depuis toujours d'épargne, nous sommes des porteurs sains

Et pour ne pas trahir le protocole de Kyoto

Cette année, nous irons nous baigner en Sardaigne.

 

Je m'éclaire je m'éclaire je m'éclaire moins

Caterpillar le chante, les Radici le répètent

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

Gaspiller n'est pas malin, est-ce que vous êtes d'accord ? Qu'en dites-vous ?
Je m'éclaire, je m'éclaire je m'éclaire moins

Les Radici le chantent , Caterpillar le confirme

Je m'éclaire, je m'éclaire d'immensité

Qui gaspille à Rome est une "grive"; à Milan, par contre, c'est un "zizi" !

 

Je ne veux plus penser au plein d'essence

Ma bicyclette est à propulsion musculaire

J'ai enfin dit ça suffit aux augmentations du carburant

Je fais trente kilomètres avec un plat de pâte !

Tout ce gaspillage produit l'effet de serre

Un grave problème pour la planète Terre

Par contre, la consommation intelligente produit l'air propre

Elle améliore la qualité de notre vie !

 

Eh bien oui! J'ai un Kyoto fixé

Dans la tête, et c'est la fête,

La fête nationale de l'épargne énergétique!

 

Eh bien oui! J'ai un Kyoto fixé

Dans la tête, et c'est la fête,

La fête nationale de l'épargne énergétique!

 

...j'ai compris j'ai compris... Peut-on gaspiller l'énergie ?'

Non!!!

Repost 0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 19:43

L'EAU

 

Version française – L'EAU – Marco Valdo M.I. – 2011

Chanson italienne – L'acqua – Radici nel Cemento

 

Cette fois, le groupe Radici nel Cemento a voulu mettre l'accent sur une question cruciale et combien actuelle : l'eau publique.

Dans les dernières années, on assiste à un véritable arraisonnement de biens publics de la part de spéculateurs privés, multinationales et souvent de de politiciens intéressés quand ils ne sont aps directement en collusion ou corrompus.

L'accès à l'eau est un droit universel et ne peut être vendu !

Au travers de textes engagés et décidés, le groupe exhorte à se tenir attentifs et à s'activer pour la défense de l'eau mais aussi de tout autre bien public car le marché sans frein n'a pas de conscience et dévore tout.

 

En effet, dit Lucien l'âne. Une seule solution raisonnable pour assainir l'air de la planète, pour rendre la vie vivable : supprimer les marchés.

 

 

 

L'eau, c'est le sang de la terre

L'eau, c'est la vie, l'eau sourd libre

Et il n'y a rien qui soit plus important sur la planète

Que ce liquide magique qui mêle et remêle

L'eau tourne dans le carrousel de notre vie

Cycliquement évaporée et précipitée

Elle baigne toute chose, la nourrit, puis s'en va,

Deux atomes d'hydrogène et un d'oxygène

C'est ma potion magique

H2O est ce dont j'ai besoin

L'eau me pénètre, me lave et me purifie.

 

Les politiques, les mafieux et les multinationales

Sucent notre sang et celui de la terre

À l'assaut du domaine public, ils vampirisent

Et criminels, ils nagent dans l'or en semant la guerre

Et si l'eau est l'âme du monde

La plus précieuse essence de la vie

Ne laissons pas la faim sans fin

Du dieu argent la dévorer et nous en priver

 

Ding, dong, éveille-toi !

La guerre de l'eau a commencé

Avec les lois des larbins de la propriété privée

Alors, relève la tête, et redresse-toi

Pour cette lutte, on ne prévoit aps de défaite !

C'est l'heure de la rançon,

Et que parte du bas,

la démocratie de l'eau contre leur ignoble chantage !

Dans l'histoire de l'humanité,

Celui qui contrôle l'eau, commande

C'est une question de civilisation,

Nous répondons tous ensemble comme une vague,

C'est une question de droits

On ne peut subir et se taire !

C'est une question de système

Qui demande trop à beaucoup et en traite peu avec des gants

Pour cela,

Éveille-toi ! Lève la tête !

Lutte où tu peux, comme tu peux, à chaque instant,

Défends l'eau publique et ce qui nous reste

De nos droits et de tout bien commun.

Repost 0
8 décembre 2010 3 08 /12 /décembre /2010 10:54

 

RÊVE ALBANAIS

Version française – RÊVE ALBANAIS – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – Sogno albanese – Radici nel Cemento – 1998

 

 

Il s'est acheté une nouvelle espérance

En vendant tout ce qu'il a

Pour un besoin de survie

Pour un destin loin de là.

 

On lui avait parlé d'un peuple ami

Cousin, frère, qui l’accueillera

On lui a parlé de pain et de travail

De maison, de décence et de dignité.

 

Et finalement, une nuit, il s'embarque

Avec sa famille il n'y a pas tant de place

Sur le bateau; les gens s'entassent

Comme si c'était l'Arche qui les sauvera...

 

Et le soleil se lève dans un port italien

Un lieu plus humain où travailler

Et puis, ce peuple amical et fraternel

Et certainement le trahira pas.

 

Tu ne le vis pas qu'ils prient, parlent

Rient et puis, pleurent.

Tu les entendis qui grondent,

Espèrent, vivent , maintenant même sourient

Voici : à présent, ils arrivent !

 

On les a tous mis dans une salle

Très grande, mais sans fenêtre

Ils l'appellent Centre de premier accueil

C'est toujours ainsi pour qui arrive là.

 

Ils l'ont fouillé, fiché, insulté.
Ils lui ont dit qu'il devrait retourner chez lui

Mais lui, il voulait seulement du pain et du travail

Un peu de paix et de dignité.

 

Dans la baraque les gens ne mangent pas

Mieux vaut mourir que retourner

S'ils sont gentils, ils lui donneront quelque chose

Mais tu peux être sûr qu'il retournera...

 

Et ils s'en vont avec les papiers d'expulsion

Quel étrange conception de démocratie

Et quel peuple amical et fraternel

Qui le chasse avec la matraque.

Ne vois-tu pas qu'ils prient, parlent rient et puis, pleurent

Écoute -les comme ils font du bruit, espèrent, vivent, maintenant ils ne sourient plus

Sont-ils si mauvais ou non ?

Repost 0
7 juillet 2010 3 07 /07 /juillet /2010 08:24

FAUSSES PAROLES

 

Version française - FAUSSES PAROLES – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – False parole – Radici nel Cemento – 1996



Parfois, il semble facile de démasquer la démagogie,

D'endiguer les égoïsmes répandus comme valeurs

De creuser jusqu'au fond, de découvrir en un instant

Le faux qui est caché derrière le vrai...

Comprendre est une illusion, la vérité n'est pas enfermée dans quelques mots,

Découvrir, une fausse valeur, facile de tromper et puis mentir,

Tu sais, celui qui se perd en fausse vérité

Se trompe de route et tôt ou tard s'arrêtera.



Lutter, penser, la route exacte pour n'être jamais trompé

Arrêter, lier, faux idéaux et fausses vérités

Chercher à découvrir le vrai caché dans l’histoire;

Ne pas se laisser égarer par de fausses paroles.



L'histoire nous l'a enseigné que l’amour pour les frontières

Apporte seulement racismes, guerres, morts et patrons.

Je ne crois en aucune ligue, je ne suis pas le serviteur d'une nation,

Je crois seulement en moi- même et en l'usage de la raison.

Avoir des besoins réels, y croire et lutter, c’est la vraie valeur

Unir les gens de toutes nations et de toutes couleurs...

Les nationalismes, stupide réalité,

L'ennemi que tu cherches est désormais dans ta ville.



Lutter, penser, car les frontières ne sont certes pas des valeurs

Écouter l'histoire qui est la seule source de vérité

Combattre qui croit dans les distinctions et la supériorité

Ne pas se laisser tromper par de fausses paroles.



Civilisation fort évoluée, répétons-nous avec constance

Moi, je vois une réalité où règne l'ignorance

Mais quelle civilisation, mais quel progrès ?

Xénophobes et racistes sont un signe de régression

La solidarité qu'un jour, nous réclamions

Quand en Europe du Nord et à l'Occident nous émigrions

Nous l'avons déjà perdue de vue

Nous l’avons oubliée

Et peut-être vaut-il mieux dire qu'en nous, elle n'a jamais existé.



Ouvre bien les yeux, ne te laisse pas embobiner

Cherche à comprendre, cherche à voir.

Utilise ton esprit, utilise ta pensée,

Cherche à comprendre, cherche à voir.

Utilise ton esprit, utilise ta pensée,



Fuis toujours le faux et ne fuis pas le vrai

Fuis toujours le faux et ne fuis pas le vrai

Allez vous instruire, allez vous informer

Sur les racistes de l'histoire, il n'y a rien à découvrir

Le manque de bon-sens est peut-être un vide de la mémoire

Mais la foi dans le racisme... C'est l’ignorance de l'histoire

C'est l’ignorance de l'histoire



Ouvre tes yeux et ne l'oublie jamais.



Lutter, penser, la route exacte pour ne jamais se tromper

Arrêter, lier, faux idéaux et fausses vérités

Chercher à découvrir le vrai caché dans l’histoire;

Ne pas se laisser égarer par de fausses paroles.



Lutter, penser, car les frontières ne sont certes pas des valeurs

Écouter l'histoire qui est la seule source de vérité

Combattre qui croit dans les distinctions et la supériorité

Ne pas se laisser tromper par de fausses paroles.



Lutter, penser, la route exacte pour n'être jamais trompé

Arrêter, lier, faux idéaux et fausses vérités

Chercher à découvrir le vrai caché dans l’histoire;

Ne pas se laisser égarer par de fausses paroles.



L'histoire nous l'a enseigné que l’amour pour les frontières

Apporte seulement racismes, guerres, morts et patrons.

Je ne crois en aucune ligue, je ne suis pas le serviteur d'une nation,

Je crois seulement en moi- même et en l'usage de la raison.

Avoir des besoins réels, y croire et lutter, c’est la vraie valeur

Unir les gens de toutes nations et de toutes couleurs...

Les nationalismes, stupide réalité,

L'ennemi que tu cherches est désormais dans ta ville.



Lutter, penser, car les frontières ne sont certes pas des valeurs

Écouter l'histoire qui est la seule source de vérité

Combattre qui croit dans les distinctions et la supériorité

Ne pas se laisser tromper par de fausses paroles.



Civilisation fort évoluée, répétons-nous avec constance

Moi, je vois une réalité où règne l'ignorance

Mais quelle civilisation, mais quel progrès ?

Xénophobes et racistes sont un signe de régression

La solidarité qu'un jour, nous réclamions

Quand en Europe du Nord et à l'Occident nous émigrions

Nous l'avons déjà perdue de vue

Nous l’avons oubliée

Et peut-être vaut-il mieux dire qu'en nous, elle n'a jamais existé.



Ouvre bien les yeux, ne te laisse pas embobiner

Cherche à comprendre, cherche à voir.

Utilise ton esprit, utilise ta pensée,

Cherche à comprendre, cherche à voir.

Utilise ton esprit, utilise ta pensée,



Fuis toujours le faux et ne fuis pas le vrai

Fuis toujours le faux et ne fuis pas le vrai

Allez vous instruire, allez vous informer

Sur les racistes de l'histoire, il n'y a rien à découvrir

Le manque de bon-sens est peut-être un vide de la mémoire

Mais la foi dans le racisme... C'est l’ignorance de l'histoire

C'est l’ignorance de l'histoire



Ouvre tes yeux et ne l'oublie jamais.



Lutter, penser, la route exacte pour ne jamais se tromper

Arrêter, lier, faux idéaux et fausses vérités

Chercher à découvrir le vrai caché dans l’histoire;

Ne pas se laisser égarer par de fausses paroles.



Lutter, penser, car les frontières ne sont certes pas des valeurs

Écouter l'histoire qui est la seule source de vérité

Combattre qui croit dans les distinctions et la supériorité

Ne pas se laisser tromper par de fausses paroles.

Repost 0
6 juillet 2010 2 06 /07 /juillet /2010 08:49

LE PAYS DE POLICHINELLE


Version française - LE PAYS DE POLICHINELLE – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne - Il Paese Di Pulcinella – Radici nel Cemento

 

 

 

O Italia, O Italia mia

Je t'aime de tout mon cœur, je t'aimerai toujours à la folie !

O Italia, Italia bella

Nous ne pouvons pas rester toujours seulement le pays de Polichinelle

 

Voici le pays de la bonne cuisine

Du soleil qui resplendit quand tout le reste part en ruines

Coup de théâtre parfait pour le vieux Pantalon

Qui teint dans son sac la nouvelle génération

C'est la terre du génie populaire

jeté aux orties, puis laissé à macérer

Mais nous reviendrons vite encore plus «pauvres mais beaux »

Si ne s'arrête pas bientôt la fugue des cerveaux.

 

Voici le pays du « la France ou l'Espagne

Tout est bon, du moment qu'on mange ! »

Toujours dévots aux saints du paradis

Mais celui que le saint n'aide pas, est trompé et même moqué

Faillites, péculat, agiotage et concussion,

Vol, faux bilan, fraude fiscale et corruption

la nation se complaît dans ses maux et malgré tout,

La population est en proie à l'apathie.

 

O Italia, O Italia mia

Je t'aime de tout mon cœur, je t'aimerai toujours à la folie !

O Italia, Italia bella

Mais nous ne pouvons rester toujours le pays de Polichinelle !

 


Voici le pays où l'histoire va ainsi :

 

Nous sommes la cour du dernier vrai monarque

Qui veut retourner au latin et mener la barque

Un peuple de saints, de poètes et de penseurs

d'artistes, de savants, de héros et de navigateurs

Qui pendant vingt ans a crié «  eia eia alalà »

A délégué toutes ses responsabilités !

 

Voici le pays où les comptes ne tournent pas rond

Mais où valsent les euros et nous sommes prêts à applaudir

Cette république glorieuse où

Attentats compris et puis

Aussi champions du monde du compromis

Qui contente tout le monde et ne résout rien

Mais n'accuse ni le pouvoir ni celui qui l'a

Notre classe dirigeante est le miroir de la société !

 

Mais si... tu me dis que … tu ne veux rien changé...alors, alors, alors...

 

Que s'en aille la Capraia, que s'en aille la Gorgone

Qu'à l'embouchure de l'Arno se noie toute personne

Qu'érupte l'Etna, se réveille aussi le Vésuve,

Et que la Padanie soit submergée par le déluge,

Que flambent les Pouilles, que s'aride la Basilicate,

Brûle la Calabre et en soit carbonisée

Que revienne Alaric et tous les Wisigoths

Que les villages et les villes … demeurent vides.

Repost 0
19 juin 2010 6 19 /06 /juin /2010 20:54

NOUS SOMMES TOUS DES HOMOSEXUELS

 

Version française – NOUS SOMMES TOUS DES HOMOSEXUELS – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne - Siamo Tutti Omosessuali – Radici nel Cemento – 2008

 

 

Tiens, Lucien l'âne mon ami, et ne va pas y voir une sorte de tentative de rapprochement pour le coup incongru, mais il doit bien y avoir chez les ânes comme chez les humains des homosexuels.

 

Oui, bien évidemment, Marco Valdo M.I., c'est assez universel dans la nature. Comme Junior disait à Sugar : "I guess some like it hot...", « Je subodore que certains l'aiment chaud », et j'ajoute, moi l'âne, que je subodore que certains l'aiment froid. Autrement dit, c'est une question de goût et de gustibus non disputandum. Si tu vois ce que je veux dire ainsi...

 

Je vois très bien et je suis tout-à-fait de cet avis. Et j'aime beaucoup aussi la réplique : « You don't understand, Osgood, I'm a man ! » (« Vous ne comprenez pas Osgood, je suis un homme !) et surtout la réponse d'Osgood : « Well.. nobody's perfect ! ». En effet, elle résume bien l'affaire. «Eh bien... Personne n'est parfait !»

 

Sauf moi, dit Lucien l'âne en partant d'un rire homérique.

 

En effet, dit Marco Valdo M.I., tu es l'âne parfait, le paradigme de l'âne. Mais revenons un instant à la chanson des Radici nel Cemento, qui précisément et justement – je veux dire avec justesse et justice, défend le droit de tout un chacun d'être ou ne pas être : to be or not to be homo. Elle argumente la chose et fort bien. Cela dit, je ne résiste pas à compléter la liste des synonymes désignant l'homo mâle, puisqu'ici, c'est de lui qu'il s'agit. Par exemple, anticoniste, bardache, bougre, chevalier de la manchette ou de la jaquette ou de la jaquette flottante, culiste, empaffé, fif (au Québec), fifi, fiotte, follasse, folle, gomorrhéen, homophile (assez peu homme à filles), pédale, pédé, pédéraste, pédoque, sodomiste, sodomite, tafiole, tante , tantouse, tapette, tafiole, tarlouze, tata, tatasse et sans doute, y en a-t-il d'autres encore.

 

Moi, dit Lucien l'âne en riant, je crois que tu as oublié le mot « gay », qui n'est pas forcément triste. Te souviens-tu, Marco Valdo M.I. mon ami, de l'admirable déclaration de Zazie à propos de son oncle , qui si je me souviens bien, tout en étant un homme de belle stature, tenait le rôle de danseuse étoile en tutu dans une boîte à Pigalle. Te souviens-tu de l'inénarrable : « Mon tonton est une tata » ?

 

Évidemment, comment pourrait-on oublier pareille déclaration ? On peut rire, certes, mais là, en ce qui touche à l'homosexualité, il y a une vraie discrimination et sans vrai fondement, une manière vile et méchante de traiter une partie de l'espèce humaine et pas seulement en paroles. Tu sais, Lucien l'âne, c'est à peine croyable, mais il y a des crétins, des salauds qui vont jusqu'à frapper à mort les personnes homosexuelles – qu'il s'agisse d'hommes ou de femmes, d'ailleurs.

 

Honte à ces goujats, à ces idiots, à ces tenants d'une normalité anormale. Si je les tenais, je te leur ferais passer leur barbarie à coups de sabots dans la tronche; juste assez pour qu'ils ne recommencent plus . Lors donc, tissons, Marco Valdo M.I. mon ami, le linceul de ce vieux monde normal et cacochyme.

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.

 

Je suis homo et alors, pourquoi éclates-tu de rire ?

Je ne vois pas le problème, admettons

Je suis homo, et pourquoi ne peut-on pas

Ce n'est mon problème, si tu crains la différence

Disons que dans ce monde tout le monde est libre de faire

De sa propre vie ce qu'il lui plaît

Et si tu n'es pas d'accord, mon cher, je suis désolé

Mais ça n'y change rien.

 

Je suis homo et alors, pourquoi éclates-tu de rire ?

Je ne vois pas le problème, admettons

Je suis homo, parce que tu es meilleur, toi ?

Si tu en es convaincu, au moins dis-moi pourquoi

Je ne vole pas, je ne salis pas, je ne tue personne

Je ne trompe pas, je ne moleste pas, j'aime avec sincérité

Dès lors, s'il vous plaît que quelqu'un m’explique

Où est l'erreur ?

 

Ce n'est ni un vice, ni une honte

Ce n'est pas un défaut, ni une maladie

Ce n'est pas un délit à mettre au pilori

Personne ne sait dire exactement ce que c'est

Selon moi, c'est un instinct tout-à-fait naturel

Mais un vil préjugé produit cette folie

Appelée homophobie.

 

Tapette pédale enculé inverti

Je connais tout ce répertoire sur le bout des doigts

Tellement j'en ai déjà entendu dans ma vie

Y compris folle, pédéraste et sodomite

L'odeur me plaît que les mâles ont entre les jambes

Me plaît tout ce qu'ils ont dans la culotte

Me plaisent les épaules musculeuses et les flancs étroits

Les formes anguleuses des jeunes hommes

 

Je suis homo et alors, pourquoi éclates-tu de rire ?

Je ne vois pas le problème, admettons

Je suis homo, qu'est-ce que ça peut faire?

Suis-je libre de choisir ? En ai-je la faculté ?

Ou bien veut-on revenir

Aux temps où les gens comme moi prenaient la mer

Expédiés en exil sur une île lointaine

Au nom de la virilité italienne !

 

Son Éminence dit que c'est un péché très grave

Et que je devrais rester dans l'absolue chasteté !

Ce fait, dit-il, il l'aurait trouvé

Dans ce gros livre sacré de plus de trois mille ans

Tout a commencé avec cette interprétation

De cinq ou six versets, peut-être sept, je ne sais

Malgré tout le respect pour votre profession

J'ai quelque doute.

 

Par ailleurs, le sais-tu ? Nous sommes en bonne compagnie

Un sur dix dit qu'il en est

Beaucoup s'ignorent ou ne veulent rien savoir

Car ils ont peur du jugement des gens

D'autres en sont qui ne veulent pas le faire savoir

Car çà leur crée des problèmes au travail, tu sais comme ça va

Mais il est temps de mettre fin à cette hypocrisie

Appelée homophobie.

 

Nous sommes tous homosexuels

Nous sommes tous différents nous sommes tous égaux

Nous sommes tous égaux dans la différence

Et puis, on peut guérir, même de la normalité !

Repost 0
18 juin 2010 5 18 /06 /juin /2010 19:17

MES CRIS

 

Version française – MES CRIS – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson française – Le mie grida – Radici nel Cemento – 1996

 

Sais-tu, Lucien l'âne mon ami, ce qu'est une chaise électrique ?

 

J'en ai bien une idée, ce serait une chaise raccordée à l'électricité... Mais pour quelle raison, cela je l'ignore. Je suppose que ce serait dans les pays froids pour réchauffer l'endroit où l'homme s'assied ou dans les pays chauds, pour le refroidir... Que pourrait-on faire d'autre avec une chaise électrique ?

 

Tu n'y es pas du tout. Comme dans le jeu des enfants, je dirais que tu gèles... Quoique, en effet, elle sert à refroidir celui qu'on y assied... Mais de façon définitive. Bref, c'est un instrument de mort, un appareil assassin, tout comme la jolie veuve du bon docteur Guillotin, dont tu as certainement entendu parler ou que tu as peut-être même vu fonctionner...

 

La guillotine, tu veux dire...

 

Exactement. La chaise électrique, ce serait comme une version étazunienne de la machine à tuer de Guillotin. Tu sais sans doute, Lucien l'âne mon ami, que depuis la plus haute Antiquité, il y a eu de bien curieuses méthodes d'exécution et on en pratique encore de diverses sortes.

 

L'imagination perverse des humains n'a pas vraiment de bornes, dit Lucien l'âne en tremblant de la crinière à la queue.

 

Pas si sûr qu'on en soit arrivé au bout, d'ailleurs. Je crois qu'on pourrait encore inventer bien des choses, bien d'autres tortures. D'ailleurs, la pire des méthodes d'exécution n'est généralement pas recensée... Elle est assez lente, mais redoutable... Elle est aussi bien plus meurtrière. Elle est plus mensongère, car elle veut faire croire qu'elle est source de vie. Tu devines évidemment, je le vois à ton œil pétillant, de quelle méthode je parle...

 

C'est bien évidemment celle qui tue les ânes aussi... dit Lucien l'âne. C'est le travail...

 

En effet, c'est bien lui. D'ailleurs, dans la Rome antique, le travail était bien un supplice entraînant la mort : on infligeait à l'esclave (le travailleur) réticent une peine qui consistait à le lier au tripalium et à le battre sévèrement. Ainsi, le travail est à la fois, une punition, une contention et in fine, un assassinat, généralement, perpétré pour satisfaire la recherche du profit des « employeurs ». Le profit, c'est là que le bât blesse. Le travail est au cœur-même de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres pour leur imposer précisément... le travail.

 

En bonne logique, on devrait l'abolir définitivement, comme toutes les autres formes de la peine de mort... Mais tu as raison, sans le profit, il n'y aurait plus de raison d'exténuer les gens, ni les ânes d'ailleurs. On ne ferait que ce qui est nécessaire et en répartissant les efforts et en partageant les résultats de façon juste et concertée. Pour en arriver là, il faut mettre fin à cet univers d'exploitation... Tissons, Marco Valdo M.I. mon ami, tissons le linceul de ce vieux monde exploiteur, assassin et cacochyme.

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Bonjour, Votre Honneur, je n'ai plus rien à dire

Seulement une poignée de mots, un peu plus d'une morale

Impossible est penser que l'exemple de la mort

Puisse peut-être un jour améliorer l'homme.

C'est toi le juste, c'est toi le vrai, l'unique pensée

Un siège, une seringue, l'arme pour le prisonnier

Il est plus facile d'imaginer la meilleure façon de mourir

Que de découvrir ce qu'est au fond le mal.

 

Ce n'est peut-être pas si facile de décider à mon propos – de ma vie

Tu ne peux avoir l'illusion de ne pas être comme moi, un homicide

Oui, ta loi est assassine, ta loi est comme toi, toute colère

Seulement la colère et ta haine sont le verdict contre moi

Seulement – mes cris

 

Des mains du destin tu as arraché ma mort

Pendue à tes doigts comme un filma vie

Si d'un crime caché, il t'est resté un peu la saveur

Tu auras le pardon de ton seigneur.

 

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

 

Que veux-tu démontrer, que penses-tu enseigner

Que crois-tu obtenir, toi, en m'envoyant à la mort

Une arrivée, une victoire, ton but sans gloire

La honte qui revient encore ?

 

Le cordon ombilical qui me lie à la nature

Ne peut être coupé pour une peur stupide

Par la crainte que ma présence, ma vie est résistance,

Soit motif et cause de tout mal.

 

Ta peine est une défaite pour toi, pas pour moi, pour ton moi

Ma faute est ta faute toi qui ne te demande pas un seul pourquoi – un motif

 

Fais-le à présent couler le sang comme moi avant toi, toi et moi

Nous sommes victimes et assassins; ton credo est absurde comme absurde est le mien.

 

La couleur de la toge qui te couvre de pouvoir

Est la même que celle qui vêtait le bourreau d'autrefois

Si l'histoire se répète, comme aujourd'hui ,je mourrai encore mille fois .

 

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

 

Ce que tu parviens à générer, par ta haine, c'est seulement la haine

Ce que tu parviens à obtenir, par ta punition, c'est seulement la mort

Pauvre homme, tu es seulement homme, tu te crois un dieu

Tu ne peux me nier la vie, la vie...

Repost 0
17 juin 2010 4 17 /06 /juin /2010 07:36

ÉCLAIRS ET TONNERRE

Version française – ÉCLAIRS ET TONNERRE – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – Tuoni e lampi – Radici nel Cemento – 1996





Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les vois

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs, sinon tu les verras

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les entends déjà

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les entendras et tu fuiras


Toi, (...toi) qui ne vois pas les gens qui souffrent et qui pleurent et désespèrent

Toi, (toi...) qui n'entends pas la plainte qui monte de jour et de nuit

Trop de crimes et de méfaits – que tu as accomplis

Ce ne sont pas des mots, ce sont des faits – ce que je dis

Trop de vols et trop de tromperies, homme politique

Çà dure depuis tant d'années, oui, mais tu paieras bientôt

Tu paieras, paieras, paieras, paieras...

Toi qui n'entends pas les hurlements de rage

De l'homme innocent enfermé dans sa cage

Ah...ahah...ahahahahah!!!


Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs sur toi

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs pleure si tu veux

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs sur toi

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs explosions dévastatrices


Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les vois

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs, sinon tu les verras

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les entends déjà

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs tu les entendras et tu fuiras


Toi (toi...) qui caches ta soif de pouvoir sous de bonnes manières

Toi (toi...) depuis toujours dans le luxe et qui e caches

Ce ne sera pas la nature à déchaîner

Toute sa furie, à te faire trembler

Ce ne sera pas plus un dieu ou une religion

Ce sera seulement la rage générée par trop de douleur


Tu paieras, paieras, paieras, paieras...

Toi tôt ou tard tu seras chassé

Ce jour, demain est déjà commencé

Avec la révolte populaire !


Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs sur toi

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs pleure si tu veux

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs sur toi

Éclairs et tonnerre tonnerre et éclairs explosions dévastatrices

Repost 0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 19:52

LA GRANDE MENACE


Version française - LA GRANDE MENACE – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne - Grande minaccia – Radici nel Cemento – 1996


(Tu fonces homme moderne, tu fonces, tu fonces... hue...) Mais où ?

(Si vite, homme moderne, tu fonces, trop vite... hue...) Tu ne te le demandes jamais, jamais...

(Tu fonces homme moderne, tu fonces, tu fonces... hue...) Pourquoi ?

(Si vite, homme moderne, tu fonces, trop vite... hue...) T'arrêteras-tu ?


Ohé... Oh


Une grande menace sur les ciels du monde

La terre tremble et l'homme que fait-il ?

(Grand danger pour l'humanité)

Il ne comprend pas ce qu'il doit faire

Et il s'étonne de devoir payer


Il court tranquille, il a déjà choisi

(science, raison, haute technologie)

Il ne voit pas, il ne croit pas et il n'entend pas

Le drame d'amour tout autour.


Devant tes yeux, autour de nous

Devant tes yeux, autour de nous

Devant moi...


Un grand pouvoir est dans les mains de l'homme

Mais il ne sait... plus qu'en faire

Face à la nature, la puissance du tonnerre

Mais il l'utilise pour détruire

Pour satisfaire – sa grande avidité

Et l'homme occidental – l'appelle civilisation

Mais c'est juste une illusion – qui sait où elle ira

À son autodestruction commencée déjà


Si tu ne me crois pas, homme moderne

Lève la tête, regarde le ciel

Il y a une bombe qui s'éclate au dessus de toi

Dévastation, destruction, faim, mort, soif

Désespoir, confusion, peur, deuil, obscurité


À qui la faute ? – dis-moi, homme d'Occident – À qui la responsabilité ?

À qui la faute ? – de tout ce mal ? Et la responsabilité ?

Dis-moi à qui la faute... – et la responsabilité...

Dis-moi à qui la faute... – et la responsabilité...

Repost 0

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche