Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
19 décembre 2010 7 19 /12 /décembre /2010 20:15

MÊME FUTUR

 

Version française – MÊME FUTUR – Marco Valdo M.I. – 2010

Chanson italienne – Stesso Futuro – Piero Pelù – 2002


Je suis dedans moi aussi … moi

Je suis dedans moi aussi... moi... moi... moi

Je suis dedans moi aussi... et nous avons le même...

Je veux décider moi aussi... car nous avons le même futur...

Le même futur...

 

Hé, toi, seigneur de tout

Tu es seulement esclave de celui qui t'y a mis

Symbole et preuve vivante de tous ceux qui

Usent du monde par le muscle et les gants... yo... yo... yo...yo...

Je suis dedans moi aussi... moi

Je suis dedans moi aussi... et nous avons une seule nature

Je suis dedans moi aussi... et nous avons le même futur

Je veux décider moi aussi.

 

Jamais na na nanna

Moi à ces conditions

Toi avec tes compromis

Nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes.

 

Nous dans la classe des mondes possibles

Nous sommes certainement parmi les plus difficiles

Symboles et preuves vivantes aussi de tous ceux qui

Traitent avec les autres par les muscles et les gants.

 

Moi à ces conditions

Toi avec tes compromis

Nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes.

Moi à ces conditions

Toi avec tes compromis

Nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes.

 

Na na nanna

Jamais na na nanna nanna

Si nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes... hou !

 

Je suis dedans moi aussi... ah!...

Je suis dedans moi aussi... oh!...

Je veux décider moi aussi... eh !
Je suis dedans et basta !

 

Moi à ces conditions

Toi avec tes compromis

Nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes.

Moi à ces conditions

Toi avec tes compromis

Nous parlons du futur de nos fils et de nous-mêmes.

 

Jamais nana nanna nanna...

Souviens-toi nous avons la même nature

Et nous avons le même futur...

Souviens-toi nous avons la même nature

Et nous avons le même futur...

 

 

UNE NATURE UN FUTUR

UNE NATURE UN FUTUR

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Piero Pelù
commenter cet article
30 septembre 2009 3 30 /09 /septembre /2009 20:35

GRAND ESPRIT

Version française – GRAND ESPRIT – Marco Valdo M.I. – 2009

Chanson italienne – Grande Spirito – Piero Pelù – 2009



Le CD est une collection de dix morceaux musicaux interprétés par dix artistes différents sur des événements dramatiques marquants de l'histoire du dix-neuvième et du vingtième siècles, en partant du génocide des Indiens d'Amérique jusqu'à arriver à la tragédie de l'immigration des peuples africains.

Au CD musical est joint un livre dans lequel chaque écrit sous forme de poésie, récit ou essai est relié à un des morceaux musicaux.


La nuit a posé ses grandes mains

Sur la vallée

Entre les grandes roches

La neige descend lentement.


Dort le village, dorment les chevaux,

Dorment les hommes après la longue chasse,

Ils dorment sur le corps chaud des femmes

Dorment les bambins à côté des chiens

Dorment les anciens et les chamans.

L'été reviendra sur ces montagnes.


Chassent les loups, glissent les serpents

Longue est la nuit peuplée de lamentations,

La lune immense monte à l'orient.

La neige tombe sur le village et sur les tentes.

Dorment les anciens et les chamans.

Le printemps arrivera avec ses bisons,

L'été reviendra sur ces montagnes,

L'automne changera toutes les couleurs.

 

Et puis de nouveau le ciel de l'enfer

Tout cela

Dans l'éternité.


Mais cette nuit, Corbeau Rouge a fait un rêve,

Des hommes blancs descendaient du ciel

Sur des chevaux noirs

Avec la bouche en feu

Et la neige fondait sous le sang.

Cette nuit, Corbeau Rouge a fait un songe,

Grand Esprit protège mes gens

Corbeau Rouge a fait un songe,

Grand Esprit protège mon cerveau.

 

En avant cavaliers pas de prisonniers, n'épargnez personne

Tuez-les un à un, jeunes et vieux, ils sont tous pareils,

Femmes et enfants et tous les animaux.

Je veux les entendre grogner comme des chiens

Je veux les voir nager dans le sang

Je veux les voir danser dans les flammes.

 

Aucune pitié, nous nous sommes la civilisation

Aucune pitié nous nous sommes...

La liberté !


Chassent les loups, glissent les serpents

Longue est la nuit peuplée de lamentations,

La lune blanche descend lentement.

La neige tombe sur le village et sur les tentes.

 

 

Le printemps arrivera avec ses bisons,

L'été reviendra sur ces montagnes,

L'automne changera toutes les couleurs.
Et puis de nouveau le ciel de l'enfer

Tout cela

Dans l'éternité.

 

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Piero Pelù
commenter cet article
21 novembre 2008 5 21 /11 /novembre /2008 09:15

Cette chanson raconte en filigrane l'histoire de l'Italie, l'histoire de l'Europe et quelque sorte, l'histoire des hommes. D'abord, les guerres, puis une paix fictive, puis, les antidépresseurs. Le bang (le « big bang » créateur), le boum (atomique) et le crack (économico-financier ?)... et au bout du chemin, nous voilà « zombifiés » par ce système.... Ai-je bien compris ? Ai-je bien compris la destruction avec son sourire de folle ? Elle est là, tous les jours là, avec en point de mire le désastre écologique pour demain. Et nous, en zombies, capables peut-être de dénoncer la folie, mais sera-t-on capables de l'arrêter, de l'annihiler ?

Cette chanson pose ce dilemme : faire comme si « tutto è a posto », « tout va bien », se voiler la face, vivre en zombies... ou alors, ou alors, quoi ?

Et là, justement là, commence l'humanisation de l'homme, la fin de l'économie soi-disant neutre comme mode de pensée et de gestion du monde, le grand retour de la morale, de ce qui est moral (au sens orwellien) , de ce qui – en toute conscience – se fait ou ne se fait pas quand on se veut humain. Par exemple, est-il en toute conscience acceptable d'exploiter d'autres hommes, est-il en toute conscience acceptable de faire la guerre pour..., est-il en toute conscience acceptable d'être riche quand on sait que la richesse est directement issue de la pauvreté des autres... le mathématicien dirait : la richesse est fonction de la pauvreté des autres...

On voit bien que le zombie veut écarter ce genre de question, on comprend qu'il veuille la disqualifier – on connaît le propos : l'économie, la politique... n'a rien à voir avec la morale... Le zombie ne veut pas entendre cette question de la morale.

Mais l'homme, l'humain connaît la réponse et sait qu'on ne peut que répondre négativement. Clairement, on ne peut dire que : non, il n'est pas acceptable d'exploiter des hommes, il n'est pas acceptable de tirer profit des autres, il n'est pas acceptable de faire la guerre pour..., il n'est pas acceptable d'être riche d'une richesse qui ne peut être que le résultat de la pauvreté d'autres...

Et alors là, quoi ? L'homme se construit par la révolte, par le refus de la zombification. Et alors ? Un long combat, une résistance infinie... se trouve devant nous.

Ora e sempre : Resistenza !

ZOMBIES


Chanson italienne – Zombies – Piero Pelù – 2008

Version française – Zombies – Marco Valdo M.I. – 2008



Mario fut envoyé à la guerre

C'est alors qu'il partit pour la Marne

Avec les gars de 99.

Peu en revinrent; c'était la dernière fournée de l'abattoir

Italienne, européenne AOC.

D'abord les guerres, puis la paix fictive et à présent, les antidépresseurs.

D'abord le bang, puis le boum et à présent, le crack.

Nous sommes comme des zombies

Nous vivons comme des zombies

Mais nous sommes encore vivants

Giovanni était balilla (1) et en 44, il fuit avec sa famille

Loin des bombes nazies et américaines.

Ils revinrent à leur maison

et sur la porte, ils trouvèrent la destruction

avec son sourire de folle.

D'abord les guerres, puis la paix fictive et à présent, les antidépresseurs.

D'abord le bang, puis le boum et à présent, le crack.

Nous sommes comme des zombies

Nous vivons comme des zombies

Mais nous sommes encore vivants

Vivants comme des zombies

Mais nous sommes encore vivants.

Tu es dépressif, intoxiqué

Dans ta peur, dans tes rêves

Tu veux faire semblant que tout est en ordre

Comme les Saintes Mères et les sept sœurs (2).

Nous sommes comme des zombies

Nous vivons comme des zombies

Mais nous sommes encore vivants

Vivants comme des zombies



(1) balilla : membre de l'organisation des jeunesses fascistes. Un passage obligé pour les jeunes italiens durant le « ventennio » fasciste.

(2) Mammesantissime : pluriel de mammasantissima, très sainte mère, nom – dérivé de l'expression de terreur « Sainte Mère... » du croyant placé face à un danger effroyable – et qui désigne les en effet très effrayants chefs de la camorra napolitaine ou de la mafia sicilienne.

Sette sorelle – Sept Soeurs : dans l'après -guerre, locution utilisée, par Enrico Mattei, fondateur et président de l'ENI, pour désigner les sept compagnies pétrolières les plus riches du monde - dont Esso, Shell, B.P., Mobil, Chevron, Gulf (toutes anglo-saxonnes, agissant en cartel et entendant bien contrôler tout le secteur...)

La signification globale de ces deux vers est donc très claire : il s'agit des fameux, « il ne se passe rien », « tout est en ordre » qui sont les mots d'ordre des organisations clandestines de pouvoir que sont les mafias en tous genres, en ce compris celle des cartels économiques, spécialement ici le cartel pétrolier des années d'après-guerre. Je rappelle qu'Enrico Mattei, qui contrariait très fortement les sept sœurs, a péri dans l'explosion de son avion.... en 1962. Il semblerait que les Mammesantissime, elles aussi, ne furent pas étrangères à cet « accident ».

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Piero Pelù
commenter cet article

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche