Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 22:45

Ballade des Pauvres

 

 

Chanson française – Ballade des Pauvres – Marco Valdo M.I. – 2013

 

 

 

Holà, Marco Valdo M.I. mon ami, j'entends que tu viens de nous faire une parodie et de Villon encore... De sa si belle Ballade des Pendus [[5843]]... Et bien, mon ami, mon frère humain, là, je te le dis tout net, tu oses... faut espérer que Villon voudra bien t'absoudre...

 

 

Faut l'espérer, tu as raison... Mais enfin, Lucien l'âne mon ami, cette parodie, je l'avais promise... Je l'avais commencée ici même lorsque, tout récemment, nous commentions « Vamos a trabajar » [[45160]], l'inénarrable chanson des Charlots. Cependant, tu as raison, s'en prendre ainsi à François Villon, c'est une gageure... mais enfin, j'ai bien traduit des chansons de Riccardo Venturi...

 

 

Certes, certes... Là aussi, il faut oser. Mais, passons... Qu'en est-il de ta chanson parodique ? De quoi cause-t-elle ?

 

 

En somme, cette chanson est un pendant à celle sur la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres depuis déjà fort longtemps... Aussi loin que se porte la mémoire des hommes. C'est la chanson des pauvres. Elle rappelle Villon, mais aussi Jean Richepin ; elle se tourne vers le bon curé Meslier, vers Brassens, Ferré, Mouloudji, Fanon et bien d'autres. Sans oublier évidemment, Pierre Valdo et la Fraternité des Pauvres, dont nous nous réclamons volontiers. Ce n'est donc pas une simple parodie ; elle se veut en quelque sorte l'hymne de la fraternité des pauvres. Même si, pour les besoins du genre, elle a conservé – question de forme – quelques réminiscences chrétiennes, dans lesquelles baigne le texte de Villon, lui-même pris par les lois du genre... alors que les pauvres que nous sommes et que nous voulons être "non sono cristiani" : ne sont pas chrétiens, comme le disaient les paysans sans terre, travailleurs sans avenir, jeunes sans travail ... là-bas en Lucanie à Carlo Levi.

 

 

Tu fais bien de le rappeler : « Noi, non siamo cristiani, siamo somari » - « Nous, nous ne sommes pas des chrétiens, nous sommes des bêtes de somme » et cela nous ne le renierons jamais. C'est d'ailleurs pour cela que nous tissons jour après jour le linceul de ce vieux monde malade de la richesse, de la religion, des croyances et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

 

Frères humains qui près de nous vivez

Et qui de nous pauvres cure n'avez,

Qui les cœurs avez contre nous endurcis,

Jamais n'avons de vous merci.

Vous nous voyez ci à travailler toute notre vie

Et notre chair de malbouffe nourrie

Par mille maladies épuisée et pourrie

Demain nos os seront cendre et poudre

De ce sort infernal, vous faites notre vie

Même Dieu ne pourra vous absoudre !

 

Si frères vous nommons, pas n'en devez

Avoir fierté, car vous nous avez proscrits

Par votre justice. Toutefois, vous savez

Que les hommes n'acceptent pas ainsi

De vivre à genoux, de rester transis

Appelez-en au fils de la Vierge Marie

Si sa grâce n'est pas déjà pour vous tarie

Afin de vous préserver de l'infernale foudre

Vivants, vous êtes morts et terne votre vie

Et Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

 

La pluie vous a débués et lavés,

Et le soleil desséchés et noircis:

Pognon, boulot vous ont les yeux crevés

Et arraché la barbe et les sourcils.

Jamais nul temps vous n'êtes assis;

Puis ça, puis là, comme le vent varie,

À son plaisir sans cesser vous charrie,

Plus affairés pour tant aimer en découdre.

Ainsi ne serez donc de notre confrérie;

Et Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

 

L'humaine nation, qui de tous est patrie,

N'a que faire de vos seigneuries :

Il ne vous reste qu'à les dissoudre

Hommes, ceci n'est point moquerie;

 

Car Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

Ballade des Pauvres
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 11:34

Vamos a trabajar

 

 

Chanson française – Les Charlots – 1984

 

 

 

http://www.wat.tv/audio/charlots-vamos-trabajar-1984-3s8f5_2hz8l_.html

 

 

 

Il est temps de rendre hommage au grand Stakhanov, idole grandiose de tous les travailleurs du monde. Il ouvre devant nous l'abîme d'un avenir radieux où nous nous précipiterons avec enthousiasme.

 

 

 

 

 

 

D'abord, Lucien l'âne mon ami, je voudrais rapprocher cette chanson des Charlots, de celle des Righeira [[42445]] Vamos a la playa, avec laquelle elle ne partage pas seulement le titre, mais une certaine tournure d'esprit et de dérision...Elle raconte d'où vient le goût du rat pour la course au fromage...

 

 

 

 

Et moi, dit Lucien l'âne en riant d'un air sérieux, qui me demandais pourquoi tous ces humains couraient dès l'aube...

 

 

 

 

Tu sais, Lucien l'âne mon ami, on leur ferait bien une ballade sur la trame de celle des pendus du père François... Quelque chose comme : frères humains, qui près de nous vivez, cessez de vous démener ainsi... Pour te montrer, voici une strophe ... Une imitation de la ballade... Chez Villon, c'est la dernière...

 

 

La pluie vous a débués et lavés,
Et le soleil desséchés et noircis:
Pognon, boulot vous ont les yeux crevés
Et arraché la barbe et les sourcils.
Jamais nul temps vous n'êtes assis;

Puis ça, puis là, comme le vent varie,
À son plaisir sans cesser vous charrie,
Plus affairés pour tant aimer en découdre.
Ainsi ne serez donc de notre confrérie;
Mais priez Dieu que tous vous veuille absoudre!

 

 

 

 

Oh, Marco Valdo M.I., mon ami, tu devrais en faire une entière de ballade en imitation de François Villon.

 

 

 

 

Je sais, je sais... La vraie question, c'est le temps... Mais j'y songe, pendouillant moi aussi selon le sens du vent... Mais deux mots encore à propos de la chanson pour dire que les Charlots avaient mis dans le mille (Émile...) et en noyant tout dans une sorte de curry fait de poivre comique et d'acide ironique. Une chanson décapante... Toute la mécanique de l'aliénation démontée...

 

 

 

 

Le pire, c'est qu'elle est juste et que ceux qui s'y sont laissés prendre y tiennent et en redemandent. Comme dans la chanson... Et puis, ce qu'ils craignent par dessus tout, c'est d'en être privés... Ainsi, le piège est bien refermé. Tu vois, moi qui suis un âne, moi qui ai une longue expérience du travail obligatoire, imposé par la force du bâton et la séduction de la carotte, je comprends qu'on travaille car on est contraint de le faire, qu'il faut bien vivre, qu'on n'a pas le choix, bref, qu'on doive subir l'esclavage. Ou alors, et c'est plus rare et là, ça vaut la peine, on fait ce qu'on aime et on y trouve une sorte de tranquille plénitude ou de réalisation de soi. Mais ce qui m'échappe chez les accros du STO, c'est leur manie d'en redemander... jusqu'à en crever. Aucun âne n'accepterait ça.. Alors, Marco Valdo M.I., mon ami, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde laborieux, stakhanoviste, glouton, infantile et cacochyme.

 

 

 

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

 

Le soleil montre son nez
Puerta de la Chapelle
Il est 7 heures
On met les pinces à vélo
La conchita tendrement
Nous tend la gamelle.
Quel panard, on va au boulot.

 

 

Vamos a trabajar,
Vamos a gagner les dollars.
Vamos a trabajar,
Pour la mouquère et les moutards.

 

 

De huit heures jusqu'à midi
De une heure à six heures
C'est déjà bien mais il nous faudrait du rab.
Si on pouvait passer la barre des 40 heures
On vivrait tous comme des nababs.

 

 

Vamos a trabajar,
Vamos a gagner le caviar.
Vamos a trabajar,
Pour la Mercedes, la Jaguar.

 

 

Nous l'aurons la villa et la piscine
Le chauffeur et le jardinier
Pour Pepita le manteau de zibeline
Il suffit d'aller bosser.

 

 

Vamos a trabajar,
Vamos a gagner l'or en barre.
Vamos a trabajar,
Pour le cognac et les cigares.

 

 

L'été Saint Tropez, Tahiti et l'hiver
Le petit yacht et l'avion.
Si on fait quelques heures supplémentaires
On aura satisfaction.

 

 

 

Vamos a trabajar,
Vamos a gagner les dollars.
Vamos a trabajar,
Pour la mouquère et les moutards.

Vamos a trabajar
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
27 juillet 2013 6 27 /07 /juillet /2013 22:56

LA MAISON AU BORD DU FLEUVE

 

 

 

Version française – LA MAISON AU BORD DU FLEUVE – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne - Una casa in riva al fiume – Riccardo Venturi – 2013


Sur l'air d'Un amore di Ricky Gianco

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La maison que vous voyez sur la photo est à quelques mètres de la mienne, mais elle appartient à un monde disparu. C'est une très vieille maison paysanne plurifamiliale qui lorsque l'Isolotto était encore une étendue de champs, à savoir jusqu'aux années 50 du XXième siècle ; on ne sait pas comment elle survit, là sur une vieille route qui, après être passée sous le pont de l'Indiano, se perd le long de l'Arno entre un camp de nomades, une cimenterie et une implantation militaire. À un certain point, elle devient un sentier riverain jusqu'à l'embouchure de la Greve ; une ancienne campagne violée par la ville. Mais cette chose que j'ai écrite, ne croyez pas que soit une sorte de « ragazzo della via Gluck ». C'est, par contre, l'histoire d'un de mes rêves les yeux ouverts qui contraste avec la réalité.

 

Lorsqu'on passe devant, au coin de la décrépite et poussiéreuse via dell'Isolotto et de la via dello Scalo, dont le nom suppose quelque port de barques disparu, on a d'étranges sensations. Il y a un an, elle a été occupée par quelqu'un qui a dessiné sur la façade, avec un écrit et une étrange et belle figure qui englobe une fenêtre. C'est le style, que je connais bien , du squat ; mais, actuellement, elle doit être habitée par quelqu'un qui ne veut pas se faire voir. Et on imagine parfaitement qui cela peut être. Ce sont les invisibles de nos villes, qui ne sont pas seulement invisibles. Ils sont même inimaginables. Interdit même de se les figurer, alors qu'ils agitent de pauvres linges et qu'on entrevoit un fil de fumée.

 

Parfois quand j'y passe, le rêve les yeux ouverts est toujours le même ; elle est tellement grande, cette maison, que je voudrais la refaire, ou mieux la rendre habitable, à ma mode. En conservant l'écrit et l'étrange figure, et la transformer dans ce qu'elle a probablement déjà été pour une période : un squat ouvert à tous, plein de chats, de livres et de gens qui y vivent : rêve et lutte. C'est une sorte de « rêve communautaire » que j'emporte au travers de toute ma vie et que j'ai semé littéralement aux quatre coins du monde. Les vieilles maisons paysannes qui tombent en ruine à la périphérie des villes sont mon monde idéal, non par désir d'« oasis » ; mais par désir de partage, d'idéaux, de conscience. Ainsi je rêve, pour une minute ou toute une vie. À ce point du rêve, cependant, intervient toujours la réalité. Le présent. Les évictions forcées, les décapeuses, les démolitions. Le monde que j'ai en tête, qui est par ailleurs bien plus simple, succombe sous ce qu'ont en tête les patrons. Et je regarde la maison au bord du fleuve avec ses invisibles et ses décombres. Ils l'abattront, un jour, avant qu'elle ne croule toute seule. Jamais ne rayonnera ce que j'ai en tête, il n'y a du reste personne pour qui cela puisse arriver.

 

Et alors, une certaine nuit, je lui dédie une chanson. Une chanson que j'avais en tête depuis longtemps ; mais elle devait trouver, cette fois, sa musique. Elle l'a trouvée, parfaitement adaptée à sa structure métrique, dans la vieille et très belle chanson de Ricky Gianco qui parle de tout autre chose (et dont je présente la vidéo pour faire entendre la musique). Mais, peut-être, la mienne aussi parle d'un amour, et d'un rêve, et d'une rage qui augmente. Je la revois dans la nuit sombre du passé avec la vie qui y est passée, avec ses visages et ses vies, avec la respiration énorme du temps qui ne s'arrête pas. [RV]

 

 

 

 

Ah, Lucien l'âne mon ami, cette « maison au bord du fleuve » me rappelle une chanson française qui entretient avec elle je ne sais quelle parenté...

 

 

Laisse-moi donc deviner de quelle chanson il peut bien s'agir... N'est-ce pas cette chanson de Nino ferrer intitulée : « La Maison près de la Fontaine » ?[[41385]]

 

Bien sûr que si... Cela dit, ne penses-tu pas que notre ami Ventu a raison et que nos rêves sont parmi les ingrédients les plus importants de la matière de vie ? J'ajouterai que les CCG (Chansons contre la Guerre) sont un lieu étrange où grâce à ta présence, on peut sauter allègrement par dessus le trou noir du christianisme et retrouver le goût de la pensée et de la discussion débarrassée du fléau de l'Être suprême.

 

 

 

 

 

 

Il me paraît à moi que cette canzone de Ventu est aussi l’histoire des CCG … Ce rêve qui se bâtit malgré et en dépit... Quant au fond de cette chanson et de la réflexion sous-jacente de Riccardo, je voudrais juste rappeler, à l'instar d'Allais, Monnier et tant d'autres, qu'on a bâti les villes à la campagne et qu'on a créé la campagne elle-même en des lieux où la main de l'homme n'avait jamais mis le pied. Ce qui était hier n'y est plus, ce qui est aujourd'hui n'y sera plus... De la disparition des gens et des choses, il n'y a pas à s'en faire. Du reste, Pottier disait : Du passé faisons table rase... Nous ne sommes rien, soyons tout... [L'internationale].

 

 

Cependant, avant que tu ne conclues, je voudrais préciser que tout comme la pipe de Magritte n'était pas une pipe, ceci n'est pas une traduction...

 

 

De fait, c'est juste notre manière de tisser le linceul de ce vieux monde qui doit disparaître et laisser place au destin bariolé et disert « entre les aubes et les couchants ». Vieux monde où règnent par la force des matraques, des armées et des lois de tristes personnages avides et cacochymes.

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

Une maison au bord du fleuve, une maison un peu croulant,
Un temps, sans doute, y ont vécu et y sont morts des gens
Quand autour il y avait le ciel, quand autour il n'y avait rien
Jusqu'à ce que la ville avance avec son cri bouleversant,
On passe maintenant devant, devant son mur au dessin
Qui cache les deux-trois choses d'un désespéré
Les restes d'un dîner, des fantômes de cannettes
Matelas éventrés, mégots de cigarettes.
J'y vais parfois et l'envie me vient de la rêver,
De remettre entre ses murs la chaleur et la vie ,
Un désir mord ma chair et mes os et me prie
D'opérer une reconquête, de lui offrir un futur libéré.

 

Une maison que tu ne connais pas,
Et qui jamais ne fut connue de toi,
Une porte que tu n'ouvriras pas
Quand tu la regardes et ne la connais pas

 

Certes je pourrais me rêver avec mes chats et mes copains
Barricader mes anarchies pendant que je remets en état les sanitaires,
Raccorder à l'infini le courant clandestin
Quand on se donne du bon temps et qu'on reste à rien faire,
On pourrait arroser de joie
De détritus et d'éclats cette banlieue,
À deux pas de ce champ aux parfums pénétrants
Aux yeux clairs et aux Mercedes aux sièges exorbitants,
Des accordéons étirés, et sous le bras, écoles et livres
Sur la via del Poderaccio, des vieux, des femmes aux fortes lèvres
Tandis que le ciel de printemps incendie l'espérance,
Mille vieilles maisons en fête, mille fleuves en partance.

 

Cette maison que tu n'as pas,
Et qui jamais ne fut à toi,
Une vie que tu ne vivras pas
Alors que tu la vis et ne le sais pas

 

Et j'imagine les entrecroisements du passé et du présent,
Terres brûlées avec nos outils pour bêcher l'inexistant,
Le paysan parle avec l'enfant pakistanais,
La fille de la campagne avec le vendeur népalais
La grand-mère à la fenêtre secoue la tête d'un adolescent
Et sa crête et lui sourit comme on sourit à un dément
Mondes submergés et mêlés, bariolés, désaxés,
Confusions des langues dans mes pensées armées
Avec les murs transparents de mes amours intermédiaires
Entre les aubes et les couchants où le fleuve est comme une mer
Qui ne veut jamais de frontières, qui ne veut pas limiter
Ni le demain ni l'hier, même pas le temps d'osciller

 

Cette maison que tu ne connais pas

Que je rêverai encore cette nuit

Cette maison, tu le sais

Est grande comme tes ennuis

 

 

Mais ensuite je pressens des bruits et des regards clandestins
Tandis que vole le linge et qu'on frotte des allumettes,
Il n'y a personne aux fenêtres et le rien dans les herbettes
De canots pneumatiques et de misères, et de guerres et de destins,
Je perçois des souffles sales, peut-être une main
De vies méconnues qui sont venues de loin,
Je tire, je pousse ; en avant, en arrière ; le ciel se fait bleuâtre,
Déjà on voit à l'horizon la décapeuse du bourgmestre
Et les uniformes, les casques, les boucliers et les matraques de la police
Évacuation et sécurité, férocité et folie
Et maintenant tu vois ces visages mixtes aux vieux paysans
Et la maison au bord du fleuve se dissout dans le vent

 

 

Une maison que tu ne connais pas,
Et qui jamais ne fut connue de toi,
Quand tu y repasseras
N'aura jamais existé pour toi

 

 

Vieille route maintenant barrée avec des blocs de ciment,
Vieille maison là à se défaire avec ses spectres contre le vent,
Bâtisses fatalistes et là-haut le pont avec son trafic délirant
Tandis que je rentre à pied le regard un peu divagant,
Une maison au bord du fleuve, une maison un peu croulant,
Un temps, sans doute, y ont vécu et y sont morts des gens

 

Cette maison que tu ne connais pas

Et qui jamais ne veut mourir

Cette porte tu l'ouvriras

Quand avec ce monde tu pourras en finir.

 

 

LA MAISON AU BORD DU FLEUVE
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
25 juillet 2013 4 25 /07 /juillet /2013 21:09

L'HOMME QUI PLANTAIT DES

ARBRES


 

Version française - L'HOMME QUI PLANTAIT DES ARBRES – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne - L'uomo che piantava alberi – Ratti della Sabina – 2003

 


 

Cette chanson me rappelle l'histoire de John Chapman..., dit Marco Valdo M.I.


 

Qui était donc John Chapman ? , demande Lucien l'âne …


 

Un botaniste étazunien...


 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.


 


 


 


 


 

Loin, loin, bien au-delà de l'horizon,

Il y avait une terre où rien ne poussait.

Où seuls le chardon et l’épine survivaient,

Parmi les squelettes des maisons

Qui en indiquaient la frontière.

De grandes étendues de pierres

Et le vent d'hiver

Décourageaient les aventuriers

De s'y hasarder.


 

Mais en un temps, en un temps

À y repenser maintenant,

Qui ne semble pas tellement éloigné,

Le destin de cette terre fut changé

Par la main d'un homme fier et droit

Qui décida de vivre à cet endroit,

Loin de tous et de tous caché,

Il choisit de voyager sa vie lentement,

Laissant derrière lui l'agitation des gens.


 

Changèrent les lunes,

Passèrent les étés, les automnes,

Jour après jour, de sa main patiente

Cet homme plantait

Des graines et il pensait :

« Naîtront et croîtront des arbres

Qui coloreront cette terre grise

Et demain renaîtra la vie. »


 

Le temps passa, le rêve devint réalité,

Emplissant son cœur de joie,

La désolation des temps passés

Céda la place à de grands vergers.

Et qui passe aujourd'hui en ces endroits

Peut admirer la beauté infinie,

De l’œuvre par le cœur d'un homme accomplie

Digne cependant de la main du Dieu de la vie.

Même si pour les enfants de la terre,

La naissance de ces plantes

Reste toujours un mystère,

Moi, je sais qu'elles sont écloses

D'un esprit qui maintenant repose

Dans le plus beau coin de la galaxie

L'HOMME QUI PLANTAIT DES  ARBRES
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
22 juillet 2013 1 22 /07 /juillet /2013 21:12

LA GUERRE EST FINIE

 

Version française – LA GUERRE EST FINIE – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne - La guerra è finita - Sine Frontera – 2003

 

 

 

 

 

J'ai encore la photo que tu m'as donnée

Elle est toute décolorée, de coups éraflée

Je la regarde chaque nuit quand la lune est là

Ou quand il pleut à seaux, je pense à toi

Pendant ce temps je pense, je pense… à toi

 

Je n'ai pas connu notre enfant qui est né

Ils m'ont mis sur le train et au front expédié

On me dit qu'il a tes yeux, tes yeux à toi,

Je t'en prie parle-lui de moi parfois

Parle-lui de moi, parle-lui de moi…

 

Quand je suis venu, Commandant,

Je n'avais rien. J'avais une âme cependant…

Trop de camarades par la mort emportés.

La guerre est finie, Commandant,

Et maintenant qu'ai-je et d'être resté

Qui pourra me pardonner…

 

J'ai encore la photo que tu m'as donnée

Elle est toute décolorée, de coups éraflée

Je la regarde chaque nuit quand la lune est là

Ou quand il pleut à seaux, je pense à toi

Pendant ce temps je pense, je pense… à toi

 

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
19 juillet 2013 5 19 /07 /juillet /2013 21:52

.IT.ALIENS


 

Version française – .IT.ALIENS – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne – I Taliani – Sine Frontera – 2013


 


 


 


 

Lucien l'âne mon ami, voici une chanson en prise directe sur l'histoire et sur l'actualité de ce grand pays au destin si tourmenté ; j'ai nommé l'Italie... Pays que toi et moi, comme des millions de gens, nous aimons bien... Tout comme nous aimons tous les pays du monde et d'ailleurs, je me demande bien pourquoi, nous ne les aimerions pas. Et si tu fais vraiment attention, ce que tu fais toujours, je le sais, cette chanson perdra vite de son apparente simplicité. En réalité, c'est une chanson complexe qui se réfère à plusieurs niveaux de signification. Elle parle de l'intemporel et du mythe de l'Italie, de l'Italie telle qu'elle est dans l'imagination des gens et pas seulement, des gens d'Italie, mais aussi dans le monde – cette Italie des cartes postales, des agences de voyage, d'un certain cinéma et des journaux... et de la chanson de Boris Vian : "Huit jours en Italie", que j'apporterai un de ces jours dans les C.C.G.; juste pour le plaisir. Donc, c'est là le début de la chanson, cette Italie imaginaire et soudain, déboule la réalité : « L'Italie en faillite » et le « politicien au sourire indécent ». En fait, la chanson va détailler les symptômes de la « maladie made in Italie », cette maladie qui jour après jour l'asphyxie et la débilite.


 


 

Oh, dit Lucien l'âne, il y a de quoi faire !


 


 

Certes et la chanson le fait. Cependant, Lucien l'âne mon ami, ne perdons pas nos bonnes habitudes et ne nous laissons pas aller à une analyse de textes...


 


 

Il y aurait pourtant beaucoup à dire et à décrypter... Deux trois mots pour te donner des exemples qui vont par paire : conclave, Piave ; Occident, Moyen-Orient ; enveloppe et offrande, un rythme binaire auquel échappe une seule figure... Celle du personnage au nez de Pinocchio, ce politicien toujours souriant.


 


 

Celui-là est lui-même une figure à sens multiples. Au premier rang, bien sûr, le tracassin maxime, celui qui porte en permanence houppette postiche et nez de Pinocchio, le nain maléfique... Mais aussi ses émules... tellement nombreux, qui se pressent sur les écrans de télévision. Mais laissons cela, comme je te disais. Car, je voudrais te parler du problème de traduction que j'ai rencontré et que j'ai résolu d'une façon que je crois utile d'un peu raconter. C'est le titre même de la chanson : les It.aliens. En réalité, je devrais écrire les « .it. Aliens ». Je suppose que tu distingues bien que le « .it » est une manière de désigner ( en langage international et télématique) l'Italie, le lieu physique, géographique qu'on appelle Italie. Quant aux « aliens », comme on peut le voir au cinéma, ce sont des êtres qui ressemblent à des humains, mais qui n'en sont pas vraiment. Les « .it.aliens » de la chanson sont tous ces « braves gens » qui sont en train (encore à l'heure actuelle) d’avilir et de détruire ce pays des Italiens, ceux qu'ils ruinent et vampirisent.


 


 

Mais le titre en italien, c'est I Taliani... et même si, par supposition, il avait été « .it.aliani », ce n'aurait pas été ce que tu as pensé et que tu viens de me raconter.. ; car pour te suivre, il eût fallu « it...alieni »...


 


 

Je te l'accorde volontiers et ça prouve que tu as bien compris que le mot « alien », passé dans le langage courant par le biais des fanzines de science-fiction et les films du genre « E.T. » correspond en italien au mot « alieno ». C'est précisément ce que signifie la chanson : cet écart entre les gens et tous ceux-là qui sont décrits dans la chanson... Entre les Italiens et les « .it.aliens »... En somme, la chanson trace très exactement ces deux camps qui s'affrontent dans la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et leurs aliens font aux pauvres, par la terreur, la peur, l'obligation de soumission et d'acceptation qu'ils imposent en vue d'assurer leur domination, de démultiplier et de blinder leur pouvoir et leurs privilèges, d'en tirer les plus grands profits en tous genres... par le mensonge aussi. Quant aux libertés que prend le traducteur, c'est précisément la marque de sa liberté et du moment qu'il annonce la couleur en indiquant que c'est là sa « version », il me semble que tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes ... Cela dit, je t'assure que ma version est assez proche de l'original et qu'elle en rend assez bien l’esprit et même la lettre.


 


 

Ainsi soit-il, conclut Lucien l'âne en baissant les oreilles avec componction. Finissons ici cette parlotte et recommençons à tisser le linceul de ce vieux monde engoncé, conservateur, tricheur, bonimenteur et cacochyme.


 


 


 

Heureusement !


 


 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane


 


 


 

Voici la chanson de ma terre
De mes gens, de son imaginaire
Spaghettis macaronis
Mafia macaronis
À la sauce tomate
Le soleil qui brûle
Complots élections
Pétitions processions
Faut remettre une pièce
L'Italie en faillite
Sous clé le conclave
Murmurait le Piave
Et le politicien maintenant
Au sourire indécent


 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)


 

Voici est la chanson de ma terre
D'une maladie made in Italie
Déculturée dépénalisée
La paix la guerre
La pioche la terre
L'Italie des cyclistes
L'Italie des fascistes
L'Italie libérée
Marchands de journaux et journalistes
Étudiants et ouvriers
La tête en Occident
Le cul au Moyen-Orient

 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)


 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)

 

Voici la chanson de ma terre
D'une maladie made in Italie
L'enveloppe sous la table
L'offrande au saint patron
Le couteau et le paneton
Le dentier et le toron
Mendiants et fantaisistes
Bonimenteurs et sous-fifres
Moralisateurs et respectables
Trafiquants et usuriers
Stylistes et boutiquiers
Et le politicien maintenant
Toujours plus arrogant

 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)

 

Voici la chanson de ma terre
De mes gens, de son amnésie
Qui a donné donné
Et qui jamais en reçoit
Ils oublient le passé
Après une minute déjà
Brigands complices
Les bombes les coups de feu
Gendarmes avec leur panache
Le nez de Pinocchio
Sous clé le conclave
Murmurait le Piave
Et le politicien maintenant
Encore souriant

 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)


 

IT.aliens, IT.aliens
IT.aliens, IT.aliens
IT.aliens, IT.aliens
IT.aliens, IT.aliens


 

IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)
IT.aliens, IT.aliens (Taliens braves gens)

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
16 juillet 2013 2 16 /07 /juillet /2013 21:11

Torremolinos

 

Chanson française de langue belge – Sttellla – 1992

 

 

 

L'autre jour, Lucien l'âne mon ami, en te contant une chanson d'Elio e le Storie tese à propos de jeunes et de jean bleu [[476]], j'avais indiqué que la traduction était frappée au sceau notamment de cette chanson de Sttellla « Torremolinos »... Une chanson très rythmée et en apparence et en réalité aussi, comme toutes les chansons de Sttellla, très loufoque... et souvent laissée de côté au rayon des conserves de bas de gamme, actuellement appelées en franglais : discount. Bref, une chanson (et d'ailleurs, un chanteur et un auteur aussi) considérée comme quantité négligeable ou comme on ne sait quelle serinade commerciale, généralement connue sous le nom de tube. J'avais donc fait une citation... et je croyais ainsi en avoir fini avec elle... mais voilà, elle s'est rappelée à mon souvenir et à la réflexion, je pense qu'elle a sa place ici dans les Chansons contre la Guerre en ce qu'elle – sous ses dehors aussi ironiques qu'innocents ou l'inverse – est une dénonciation d'un phénomène social de destruction de grande ampleur, le tourisme de masse. Dans la Guerre de Cent Mille Ans, le tourisme de masse est un instrument terrible, dont les conséquences sont ravageuses.

 

 

Qu'est-ce que tu racontes là ? Le tourisme de masse, disent les experts, est au contraire un instrument de progrès et de développement...

 

 

De fait, c'est bien ce qui se raconte... Mais j'affirme le contraire et je m'en explique. D'abord, une apparente bonne idée : aller voir ailleurs, la diversité du monde, des paysages... Ensuite, une réalité catastrophique, une catastrophe en chaîne. Pour ceux qui se retrouvent non pas dans la diversité, mais dans l'uniformité, y compris alimentaire, de millions de touristes pratiquant en tas les mêmes rites, singeant les riches anglais du XIXième siècle, mais sans en avoir les moyens, ni le temps. Pour ces gens fortunés, faire son « tour » prenait des années... Ici, tout est comprimé en quelques jours... Un ersatz que l'on jette pour récupérer les « congés payés ». Mais aussi, ce phénomène du tourisme de masse est cause d'une exploitation incroyable des populations locales et de destruction des paysages, dans un premier temps, puis, de toute l'économie des régions concernées. Il suffit de voir la situation de l'Espagne et sa fameuse « bulle immobilière »... Les aigrefins se sont nourris sur le dos du rêve conjugué des touristes et des esclaves locaux. Mais ce n'est pas ici le lieu de faire toute une sociologie... pour en revenir à la chanson de Sttellla, c'est très exactement ce qui y est décrit avec une dose massive d'acide ironique... Un « touriste » raconte son rêve, décrit son paradis.

 

 

Je pense bien que tu as raison... Moi, qui ai parcouru depuis si longtemps les pays et les côtes méditerranéennes, bien avant l'arrivée des hordes touristiques, j'y avais vu de la beauté, une forme de vie – dure certes, mais digne... Ce que je vois maintenant m'effraie et me désole. Sans compter le gaspillage insensé que représente le transport aérien de ces millions de néocolonialistes... Il est temps, Marco Valdo M.I., mon ami, de reprendre notre tâche et de tisser le linceul de ce vieux monde imbu, imbécile, indigne, insensé et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Il y a une ville à la Costa Del Sol
Où il y a plus de Belges que d'Espagnols
Où il y a plus de Léonidas
Et de Bata que de Gambas

 

On ira tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos

 

Même quand il pleut c'est génial
On sait poster des cartes postales
Ou boire un godet à l'Amicale
Des amis du camping municipal
Avec Sunair, c'est super
Avec Airtour, c'est l'aller et le retour
Avec Neckermann, c'est géniann
Avec Nouvelles Frontières, c'est pas cher

 

On ira tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos

 

Pour moi Torremolinos, c'est le paradis
Je crois bien que je vais mourir ici
Et quand je serai mort, je veux qu'on m'enterre
À Torremolinos, son cimetière.

 

On ira tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos

 

On ira tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos
Tous tous tous à Torremolinos

Torremolinos son cimetière

Torremolinos son cimetière

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
15 juillet 2013 1 15 /07 /juillet /2013 22:00

C'EST NOUS LES JEUNES (AU

JEAN BLEU)


 

Version française – C'EST NOUS LES JEUNES (AU JEAN BLEU)a – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne – Noi siamo i giovani (con i blue jeans) – Elio e le Storie Tese

 

 


Chanson dans le style des années soixante, qui se fout des jeunes faussement engagés contre la guerre, mais qui en réalité pensent à d'autres choses…

Plus qu'une chanson contre la guerre, c'est la parodie d'une chanson contre la guerre, mais elle fait trop rire pour ne pas mettre ici !

« Cri de douleur, d’orgueil, de dénonciation et d'espoir d'une poignée d'adolescents qui se voient discriminés par les vieux à cause du symbole même de la jeunesse : le jean. Le thème de l'amour libre et celui de l'orchite rencontrés dans ce morceau dix ans avant Supergiovane. »
(du communiqué à la sortie du disque)


 


 

C'est nous les jeunes

Au jean bleu

Nous sommes les jeunes

Nous dansons rock'n' roll, oui oui

Nous dansons le twist, oui oui

Nous ne voulons pas aller à la guerre

 

C'est nous les jeunes au jean bleu

Tout beau tout déchiré, il pue un peu

Car nous le portons tous les jours

Et nous le porterons toujours

Mais ça ne nous chagrine pas

Car nous voulons la liberté

Nous sommes préoccupés

Par les guerres pas par notre jean

Nous le portons toujours celui-là

C'est comme un signe

Pour condamner les vieux

Qui ont ruiné ce monde

Que nous avait donné Dieu

 

C'est nous les jeunes

Au jean bleu

Tout beau tout étroit

Et large en bas

Ainsi nous sommes amincis

Ainsi, l'orchite nous attrapons

Et faire l'amour plus ne pouvons

 

Nous voulons la liberté

Oui nous voulons la liberté pour l'humanité

Pas seulement pour nous-mêmes

Mais aussi pour les autres

Nous voulons beaucoup de paix

Paix paix paix paix paix paix paix

Plus de guerre, nous voulons notre confort, c'est tout

Oui oui oui oui en avant les gars, unissons-nous

 

L'homme naît libre et sans prétentions

Il veut seulement faire l'amour

Des heures et des heures sans interruption

Nous voulons la liberté pour nos fesses

Comme nous vous l'avons dit chaque jour

En chœur toujours nous chantons notre jeunesse.

C'EST NOUS LES JEUNES (AU  JEAN BLEU)
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
14 juillet 2013 7 14 /07 /juillet /2013 21:44

DAMNATION ÉTERNELLE

 

 

Version française - DAMNATION ÉTERNELLE - Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne - Dannati Forever – Elio e le Storie Tese – 2013



Ceux qui connaissent la chanson française de langue belge sentiront passer le souffle de Sttellla et se demanderont si de fait, Torremolinos ne serait la plus vivante représentation de l'enfer ou l'inverse.

« On ira tous, tous, tous à Torremolinos
Tous, tous, tous à Torremolinos
Tous, tous, tous à Torremolinos
Tous, tous, tous à Torremolinos

Pour moi Torremolinos, c'est le paradis
Je crois bien que je vais mourir ici
Et quand je serai mort, je veux qu'on m'enterre
À Torremolinos, son cimetière »

et pour la chanson française d'origine occitane, le « y a pas, y a pas » emprunté à Boby Lapointe, du moins, pour l'inspiration :

« Eh! Toto y a t'il ton papa ?
L'est pas là papa
Eh! Toto y a t'il ta maman ?
L'est pas là maman !
Et Toto y a t'il ton pépé ?
L'est pas là pépé !
Eh Toto y a t'il ta mémé ?
Y'a pas Y'a pas
Eh Toto y a t'il ton tonton ?
Y a pas y apas !
Eh Toto y a t'il ta tata ?
Y a pas y a pas !
S'y a pas
Ni ton papa ni ta tata et cetera
Ah quel bonheur

Je viens voir ta soeur »
 

 

Oh, dit Lucien l'âne, j'imagine qu'Elio (celui des Storie tese) appréciera ce voisinage insolite... Plaisir d’humour ne dure qu'un moment...

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
 

Primesautièrement !

 

 

 

 

Faisant quelques pas dans un chemin de foi,
Je me demandais, l'autre fois :
Puis-je éliminer mes péchés par le jogging au bois ?

 

Mais j'ai commis trop de péchés mortels, je les collectionne
Par exemple :
J'ai pratiqué l'adultère, menti, volé,
Je n'ai pas arrêté de me toucher
À l'âge de six ans, j'étais déjà condamné

 

A, a, a, alors, dans les flammes éternelles, je vais en enfer,

A, a, a, avec les onanistes, les communistes et Adolf Hitler

 

Qui l'aurait dit que je finirais damné
Mais dès qu'on bouge, on tombe sur un péché :
On croit en un tas de dieux et puis, on les nomme en vain ;
Nom de Jehova, Nom de Diana, Nom de Bacchus, Nom d'un chien !
On se branle et on oublie de sanctifier ;
À l'enfer ! Pour l'éternité !
On n'honore pas Papy, on n'honore pas maman
On assassine les gens accidentellement, ;
On fornique à la fin d'un dîner élégant. Incidemment.

 

On ira tous, tous, tous en enfer !

Comme à Reggio Calabria et Salerno en août, c'est super
Tous, tous, tous en enfer, en enfer

Tous, tous, tous en enfer
 

De la crème de protection totale

Contre le feu infernal

Y a pas, y a pas !

Tous nudistes damnés recuits

Dans les siècles

Des siècles
Ainsi soit -il !

 

Même, même, même toi en enfer ?

Toi aussi, toi aussi, toi aussi...

Pa, pa, pa, papy, pape, notre saint père

En enfer

Ce n'est pas permis...

Notre père, quelle folie !

Vi vi vi vivre une vie d'enfer

Vivre, mourir !

Puis, pour finir

Tous, tous, tous en enfer, en enfer, en enfer
 

 

Tous ensemble, tous ensemble, en enfer, en enfer

Même le gouvernement,

Avec les sodomites, les modérés, les journalistes et les trafiquants

Toi aussi en enfer

Avec nous, vous, lui, elle, eux, le caïman

 

La chute des damnés P.P. RUBENS

La chute des damnés P.P. RUBENS

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article
12 juillet 2013 5 12 /07 /juillet /2013 20:02

Pilippine Lock

 

Version française - Pilippine Lock – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne - Pilipino lock - Elio e le Stolie Tese – 2003

 

 

 

Une pauvre émigrée philippine (c'est vrai que dans la version italienne, c'est un émigré... et après tout, rien n'empêche de changer de genre), après des années de travail au noir et d'exploitation subséquente se décide (enfin!) à se défendre par voie d'avocat et à récupérer ses salaires impayés, d'abandonner ce patron sans scrupules (ils le sont souvent... surtout, vis-à-vis des travailleurs clandestins) et de retourner chez elle... aux Philippines, sans doute ouvrir un salon de coiffure... car tel est son rêve.

Tout cela est fort bien dit à un détail près... l'impossibilité pour les gens d'Asie du Sud-Est de prononcer les « r » et à les remplacer – la plupart du temps – par un son qui se rapproche du « l »... et semble-t-il le « ph », son « f » par un son plus proche du « p ». D'où le titre de « Pilippine lock ».

 

Enfin, bonne chance pour déchiffrer la version française de mon ami Marco Valdo M.I.; j'en ai le poil tout gris.

 

 

Lucien Lane

 

 

 

Je lave toilette puis je lepasse semise

Puis je lave vitles et je lepasse semise

Puis je déglaisse le fou et je lepasse semise.

Puis je tlompe tout et je mets semise dans fou miclonde

semise dans miclonde.

Mais c'est vlai

La maison occidentale est difficile à langé.

 

Vidé la pouvelle

Changé le couvle-lit

Lavé pavement

Lamassé le sat les escléments

Lemplacé le papié vécé, acheté anticalc vim et cif

 

Pilippine lock.
Pilippine loll.
Une population de palfaits nettoyeuls de maisons.
J'éplusse éplusse.
La semaine plosaine patlon je ne monte pas.

 

Mais vient mon palent

Nettoie celtainement

Ainsi lien de sangé

Et quand lui pini se dépoule avec lock

- Rock! Rock Rock!
Dai, Clistopel John! Heyyyy!
Maintenant basta, pinito!

Pilippine lock.
Pilippine loll.
Nous ne sommes pas un gloupe ethnique di squatteuls
Au selvice du blanc.
Poul ça, Poul ça.
Casse le contlat Pilippine
Et contacte l'avocat.

 

Aplès fait un plocès,
et léclame les alliélés
De tous les salailes.
C'est le moment d'en fini
avec le tlavail noi
ainsi je tlavaille moins
et je gagne plus.

 

Et puis avec tous les eulos
Je plends un avion,
Je letoulne aux Pilipines
et tu ne me vois plus.

 

Pilippine s'en va, elle letoulne aux Pilipines,
Il te manquela cet oldle spécial
Où je mettais les choses.
Qu'est-ce qui lestela de ces années 80 ?
Qu'est-ce qui lestela ?

 

Seulement une chemise déjà lepassée dans un foul à micloonde.
Et un Pilippine lock.


Iiiii finito?

 


« Tu veux faile la coiffeuse ! Maman, pas m'inteless', à moi la cultule pas m'inteless'! Je veux un beau magasin de coiffeuse ! Je le sais, mamm'AHAHAHA mamm', je te plie, ne pas pleulé que tu fais pleulé moi aussi, maman ! Je t'aime, cependant je veux allé dehols, cette léalité m'étouffe, au dedans de moi je sens que je suis une coiffeuse ! »

Pilippine Lock
Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche