Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
28 juillet 2013 7 28 /07 /juillet /2013 22:45

Ballade des Pauvres

 

 

Chanson française – Ballade des Pauvres – Marco Valdo M.I. – 2013

 

 

 

Holà, Marco Valdo M.I. mon ami, j'entends que tu viens de nous faire une parodie et de Villon encore... De sa si belle Ballade des Pendus [[5843]]... Et bien, mon ami, mon frère humain, là, je te le dis tout net, tu oses... faut espérer que Villon voudra bien t'absoudre...

 

 

Faut l'espérer, tu as raison... Mais enfin, Lucien l'âne mon ami, cette parodie, je l'avais promise... Je l'avais commencée ici même lorsque, tout récemment, nous commentions « Vamos a trabajar » [[45160]], l'inénarrable chanson des Charlots. Cependant, tu as raison, s'en prendre ainsi à François Villon, c'est une gageure... mais enfin, j'ai bien traduit des chansons de Riccardo Venturi...

 

 

Certes, certes... Là aussi, il faut oser. Mais, passons... Qu'en est-il de ta chanson parodique ? De quoi cause-t-elle ?

 

 

En somme, cette chanson est un pendant à celle sur la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres depuis déjà fort longtemps... Aussi loin que se porte la mémoire des hommes. C'est la chanson des pauvres. Elle rappelle Villon, mais aussi Jean Richepin ; elle se tourne vers le bon curé Meslier, vers Brassens, Ferré, Mouloudji, Fanon et bien d'autres. Sans oublier évidemment, Pierre Valdo et la Fraternité des Pauvres, dont nous nous réclamons volontiers. Ce n'est donc pas une simple parodie ; elle se veut en quelque sorte l'hymne de la fraternité des pauvres. Même si, pour les besoins du genre, elle a conservé – question de forme – quelques réminiscences chrétiennes, dans lesquelles baigne le texte de Villon, lui-même pris par les lois du genre... alors que les pauvres que nous sommes et que nous voulons être "non sono cristiani" : ne sont pas chrétiens, comme le disaient les paysans sans terre, travailleurs sans avenir, jeunes sans travail ... là-bas en Lucanie à Carlo Levi.

 

 

Tu fais bien de le rappeler : « Noi, non siamo cristiani, siamo somari » - « Nous, nous ne sommes pas des chrétiens, nous sommes des bêtes de somme » et cela nous ne le renierons jamais. C'est d'ailleurs pour cela que nous tissons jour après jour le linceul de ce vieux monde malade de la richesse, de la religion, des croyances et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

 

Frères humains qui près de nous vivez

Et qui de nous pauvres cure n'avez,

Qui les cœurs avez contre nous endurcis,

Jamais n'avons de vous merci.

Vous nous voyez ci à travailler toute notre vie

Et notre chair de malbouffe nourrie

Par mille maladies épuisée et pourrie

Demain nos os seront cendre et poudre

De ce sort infernal, vous faites notre vie

Même Dieu ne pourra vous absoudre !

 

Si frères vous nommons, pas n'en devez

Avoir fierté, car vous nous avez proscrits

Par votre justice. Toutefois, vous savez

Que les hommes n'acceptent pas ainsi

De vivre à genoux, de rester transis

Appelez-en au fils de la Vierge Marie

Si sa grâce n'est pas déjà pour vous tarie

Afin de vous préserver de l'infernale foudre

Vivants, vous êtes morts et terne votre vie

Et Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

 

La pluie vous a débués et lavés,

Et le soleil desséchés et noircis:

Pognon, boulot vous ont les yeux crevés

Et arraché la barbe et les sourcils.

Jamais nul temps vous n'êtes assis;

Puis ça, puis là, comme le vent varie,

À son plaisir sans cesser vous charrie,

Plus affairés pour tant aimer en découdre.

Ainsi ne serez donc de notre confrérie;

Et Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

 

L'humaine nation, qui de tous est patrie,

N'a que faire de vos seigneuries :

Il ne vous reste qu'à les dissoudre

Hommes, ceci n'est point moquerie;

 

Car Dieu lui-même ne pourra vous absoudre !

Ballade des Pauvres

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires