Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 novembre 2012 2 06 /11 /novembre /2012 20:56

Point de vue

 

 

Chanson française - Point de vue - Jean Arnulf - 1968

 

 



 

 

 

Mon ami Lucien l'âne, il y avait tellement longtemps que je n'avais pas entendu cette chanson et la voix de Jean Arnulf... On dirait un miracle du ciel et Dieu sait que je n'y crois pas : ni aux miracles, ni au ciel, ni à Dieu... mais quand même, c'est un miracle du ciel. Elle n'était pas sortie de ma mémoire, elle y sommeillait comme une source qui attend de se ressourcer et d'un coup, splendeur... Moi, je dis que la chanson n'a pas le même goût selon comment on la regarde... Jean Arnulf, tu imagines... Et le voir en plus... Un effet similaire à celui que me fit, il y a quelque temps Giani Esposito quand je l'ai retrouvé lui aussi au détour d'une chanson... Tous deux (et d'autres encore, comme Tachan) enterrés sous des tonnes de détritus médiatiques qui étaient venus polluer les oreilles, y compris tes oreilles d'âne pourtant si grandes et si accueillantes. Au point de ne plus ouvrir un poste de radio, de ne plus approcher un téléviseur à moins de cent mètres tant le son est exécrable... Plus de voix, plus que des amas de bruits couvrant un crieur luttant désespérément pour se faire entendre... Arnulf, une voix, une présence en scène et un souffle poétique qui grandit l'espace sonore... D'accord, comme Giani Esposito, il était principalement comédien et ça se sent... Une sûreté dans l'usage de sa voix, une précision dans la diction, une maîtrise des mots et des rythmes de la phrase, une musicalité féérique dans la voix... Que ma joie demeure...

Amen !, conclut Lucien l'âne.


Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

Le soleil brille pour tout le monde
Quand, à la Méditerranée,
On se donne la main, on fait la ronde.
Et chacun peut en profiter.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Le caviar et la vache enragée,
Les clochards avec les starlettes.

Moi, je dis que l'hiver n'a pas le même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, je dis que l'hiver n'a pas le même goût
A Megève ou sous le pont de Saint-Cloud.

Sur la Seine, il y a des bateaux-mouches
Avec des dames en décolleté
Qui rient très haut et font des touches...
Et il y a aussi les suicidés.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Le malheur et l'imbécillité,
La fringale et le coup de fourchette.

Moi, je dis que la Seine n'a pas le même goût
Selon comment on la regarde.
Moi, je dis que la Seine n'a pas l' même goût
Vue par en-dessus ou par en-dessous.

Y a des murs où, au matin blême,
On met en rang les entêtés.
Y a des murs où, au matin blême,
On assassine la Liberté.

Faudrait voir à pas mélanger
Les torchons avec les serviettes,
Les martyrs et les médaillés,
Les généraux et les poètes.

Moi, je dis que l'Honneur n'a pas le même goût
Selon comment on le regarde.
Moi, je dis que la Mort n'a pas le même goût
Vue par en-dessus ou par en-dessous.



Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche