Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2013 3 20 /02 /février /2013 15:17

LE GOUVERNEMENT MONDIAL

 

Version française – LE GOUVERNEMENT MONDIAL – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson allemande – Die Weltregierung – Erich Kästner – 1930

 

 

 

 

« Le 12 juillet 2003, la nouvelle courut tout autour de la terre : une escadrille de bombardiers de la police aérienne devait détruire l'humanité entière. »

 

 

 

Vois-tu, Lucien l'âne mon ami, voici une chanson de cet étonnant Erich Kästner, dont au départ – mais je suis, comme on disait à Athènes il y a quelques temps, quant à moi, un Béotien – au départ, je n'en avais pris la dimension ni poétique, ni prophétique. J'avais tout juste l'intuition qu'il fallait parler de lui, qu'il fallait aller voir ce qu'il avait bien pu créer. Ni même qu'il fut un homme si charmant, mais cela est une autre histoire.

 

 

D'accord,dit Lucien l'âne en clignant de l'oeil droit et en rigolant, Erich Kästner a bien connu Marlène et Paulette... Mais j'imagine que tu ne fais pas le courrier du coeur... Que raconte donc cette chanson ?

 

 

Cette fois, c'est une chanson qui parle d'un Gouvernement mondial... Pour l'écrire, Kästner avait certainement dû tremper sa plume dans l'acide satirique et en enduire le bout de cyanure. Pour un peu, on en ferait un blues... Attends un peu tu vas voir, c'est décapant... D'autant, remarque-le encore une fois, que Kästner écrit cette histoire en 1930...

 

 

En effet, avec Erich Kästner, je m'attends à bien des choses... Cet acide satirique n'est-il pas combiné ici à une bonne dose d'acide prussique ? Je le devine, je le pressens.

 

 

 

 

Zyklon-.jpeg

 

 


 

 

Et tu ne te trompes pas... Ah, Lucien l'âne mon ami, quel nez tu as... outre tes oreilles si grandes et si noires... J'espère pourtant et pour toi que tu ne le sentiras pas ce foutu acide prussique, qui connaîtra une vilaine renommée sous le nom de Zyklon B... Si tu avais le malheur de le respirer, il serait alors trop tard... C'est précisément ce qui est au cœur de la chanson. L'usage intensif de l'acide prussique ou d'un de ses dérivés... Que je t’explique... Donc, reprenons, Erich Kästner imagine un gouvernement mondial et fort logiquement, au moins pour les Chansons contre la Guerre, lui assigne comme mission prioritaire de mettre fin à toute guerre, d'amener la paix intégrale sur la Terre et de – tant qu'il y est – de sauver la planète... Et c'est ce que ce Gouvernement va faire. Il va tirer la conclusion logique de ces prémisses et constatant que les guerres viennent des hommes et de leurs aberrantes divagations, il va – pour imposer la paix, mettre fin à toutes les guerres et sauver la planète – être amené à supprimer la cause de tous ces maux... l'espèce humaine. Le remède est certes un peu excessif, mais on ne saurait dénier qu'il soit radical et logique. Il va donc – sans crier gare envoyer une escadre de mille avions (c'est ce que dit la chanson) diffuser l'acide prussique ou ses dérivés sur l'ensemble de la planète... L'objectif est clair : personne ne peut en réchapper, en ce compris les équipages des avions.

 

 

Comme âne, je comprends et j'approuve... Quoique j'aimerais conserver quelques amis chers... Trêve de divagations, il va de soi que si Erich Kästner secoue pareillement le prunier et frappe un grand coup dans l'imagination endormie, il met le doigt sur l'essentiel et ouvre la réflexion sur la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres afin d'accroître encore et toujours leurs richesses, leur pouvoir et leur domination – si possible mondiale... Nous y sommes... Il suffit de se demander un instant ce qu'il y a derrière le F.M.I. ou l'O.M.C., quels sont les ressorts qui les actionnement, qui tire les ficelles de ces marionnettes ? Que donnera un gouvernement mondial tant qu'il y aura des riches ? Dès lors, il nous revient de poursuivre notre tâche qui consiste à tisser le linceul de ce vieux monde économique, lucratif, commercial, financier et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

Le gouvernement mondial déclara des plus fermement

Que pour instaurer la paix définitivement,

On ne pouvait faire autrement,

Qu’empoisonner tous les participants.

 

 

Échapper, a-t-il déclaré, doit être interdit

Pas une âme ne doit rester en vie.

Le nouveau gaz toxique rampe et entre dans chaque refuge.

On n'aura même pas besoin de se suicider soi-même.

 

 

Le 13 juillet, de Boston, mille avions décollèrent

Chargés de gaz et de bacilles

Et en un tour du globe, perpétrèrent

Le meurtre décidé par le gouvernement mondial.

 

 

Les hommes rampèrent sous leurs lits de plumes.

Ils tombèrent dans les forêts, dans leurs caves.

Le poison posa ses nuages jaunes sur les villes.

Des millions de cadavres couvrirent le bitume.

 

 

Qu'il pût échapper à la mort, chacun l'a pensé .

Aucun n'a pu éviter la mort et le monde s'est vidé.

Le poison était partout. Il avançait pied à pied.

Il a longé les déserts en courant. Et sur la mer, il a nagé.

 

 

Les hommes gisaient entassés comme des gerbes en décomposition.

D'autres pendaient comme des poupées aux balcons.

Avant de mourir, les animaux du zoo hurlèrent atrocement.

Et les hauts-fourneaux s'éteignirent lentement.

 

 

Des navires tanguaient sur les mers, chargés de morts.

Et il n'y eut plus ni vins ni rires de par le monde des vivants.

Les avions errèrent avec leurs mille pilotes morts,

Dans le ciel et tombèrent en flammes dans les champs.

 

 

Maintenant enfin, l'humanité avait atteint son but

Certes, la méthode n'était pas vraiment humaine.

Mais, la terre était calme et satisfaite et elle reparcourut

Sa route elliptique bien connue, tranquille et sereine.

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

(suite) 20/02/2013 15:46

et puis encore ceci, Lucien l'âne, bien que celui qui guide tes pas ait dit à propos de ce qui va suivre, l'essentiel, avec son "Tant qu'il y aura des riches"...
Une des différences entre le SDN et l'ONU est que la première ne disposait pas d'un corps de "Casques bleus".
Cette situation inspira à Curnonski, en son temps surnommé le prince des gastronomes, cette amusante réflexion, que je cite de mémoire : "je croirai à la SDN, le jour où elle disposera d'une force
armée. Et encore, ce jour-là, je me méfierai car... les armées, ont une certaine tendance, à voler au service des puissants" !

luca 20/02/2013 15:40

... et puis, à propos de gouvernement mondial, je te dirai encore ceci, Lucien l'âne : il ne faut pas croire ce que racontent les historiens à la botte (de ch'val !) quand ils essayent
d'opposer-sic les années 1920 de la SDN, qui auraient été celles d'on ne sait quelle pureté originelle, aux années 1930, connues comme étant celles des reculades, celels que le pro-fasciste (mais
raciste anti-japonais) Hergé a immortalisé avec une image du "Lotus bleu" où on voit le délégué japonais, ridicule, taper du poing sur la tribune à Genève, au moment de l'invasion de la Mandchourie
et en invoquant la clause d'honneur et tout le tralala. Car avec cette clause d'honneur, précisément (inscrite dès le départ dans le Pacte afin de surprotéger la souveraineté nationale, notamment
celle de la Grande-Bretagne qui ne tenait pas trop à ce qu'on puisse mettre le nez dans sa politique coloniale aux Indes et ailleurs), et puis avec aussi la façon dont furent traitées les
principales affaires des années 20 (je pense notamment au bombardement de Corfou par Mussolini en août 1923) que l'on donna littéralement dès cette époque le "mode d'emploi" aux dictateurs, pour
tout ce qui allait suivre.
Non crois moi, Lucien l'âne. C'est la bonne Louise qui avait raison. Le pouvoir est maudit. Et vouloir le mondialiser ne ferait que nous faire perdre inutilement du temps, dans la Guerre de Cent
Mille ans.

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche