Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 20:48

LE DÉSERTEUR DU TRAVAIL



Version française – LE DÉSERTEUR DU TRAVAIL – Marco Valdo M.I. – 2013

chanson italienne – Il disertore del lavoro - Ahmed il Lavavetri – 2013


Paroles et musique du prolétariat
(Mais comme le prolétariat s'est cassé les couilles,
Il n'a pas encore écrit la musique).

 



Citoyennnes ! Citoyens !


Le Comité pour l'Élection d'Ahmed le Laveur de Vitres comme président de la République de Bananas soumet à votre estimée attention cette composition de notre respectable favori, qui met l'accent sur le refus du travail ( qu'il soit salarié ou « indépendant », vu que - de toute façon, il s'agit toujours de la même merde). Et puis, il s'agit d'une véritable désertion et parmi les les plus importantes. En ces temps où, maintenant, les armées de conscrits ont presque disparu, la vraie désertion devrait avoir lieu dans la vraie guerre, qui préside du reste à toutes les autres : la guerre du travail, de l'esclavage quotidien, de la vie livrée au patron, de l'« économie », du « marché ».

 

Pour cette raison notre Ahmed s'engage constamment : stop aussi à l'habituelle rengaine « travailler moins, travailler tous » ! Le slogan par contre est : « Travail non, repos oui! » Avec ce brillant et valeureux programme Ahmed le Laveur de Vitres se porte candidat à l'élection du Président de la République de Bananas (que certains s'obstinent encore, qui sait pourquoi, à appeler « Italie », ndr). Votez et faites voter pour lui : avec son élection et la conséquente abolition totale du travail, adieu au spread, adieu à Monti, adieu aux « sages », adieu à Napolitano, adieu à Marchionne et adieu même aux suicides des entrepreneurs ! Lisez et répandez le « Déserteur du travail » !

 

Comité pour l'élection d'Ahmed le Laveur de Vitres comme président de la République de Bananas - 5/4/2013 – 08:46





 

En pleine possession de mes facultés,

Distingué directeur,

Je vous écris avec le coeur,

Et j'espère, vous lirez

Cette petite missive qui

Vous envoie un peu chier.

Je cesse de travailler

Dès ce jeudi.

Car je ne suis pas ici,

Estimé directeur

Pour donner mes heures

À tel ou tel patron;

Je n'en ai pas à vous, certes non,

Mais je vous le dis carrément

Je l'avais décidé depuis longtemps

Je déserte du travail.

 

On n'en peut plus de ce turbin-là

De mourir jour après jour,

Je me tire à mon tour

Et je ne reviendrai pas ;

Je n'en ai rien à branler

De l'économie et des marchés,

Des dépenses et de la consommation

Du chômage et de la récession.

Durant toute mon existence

Je me suis efforcé à l'endurance

Et je me suis cassé le cul

Dans cet esclavage ;

Demain je partirai

Adieu à ce boulot infâme,

Je vous laisse votre fumier,

Ça ne me concerne plus.

 

Comment je vivrai, je ne sais,

Mais ce sont mes oignons,

En tous cas, mieux que ces couillons

Qui chaque jour s'en vont crever;

Et à tous, je crierai

De cesser de s'essouffler,

De cesser de se tuer

Pour n'importe qui n'importe quoi.

Je ne me suiciderai pas,

Je ne me désespère pas

Mais va-z-y toi, crétin,

Te jeter sous un train ;

Et dites aussi à vos chiens

S'ils viennent me chercher,

Ils ne pourront me trouver,

Je n'ai plus de téléphone et j'ai déménagé.

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche