Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juillet 2012 3 04 /07 /juillet /2012 22:40

Le Boson

 

Chanson française – Le Boson – Marco Valdo M.I. – 2012

dédiée au vaibemastère Lorenzo, grand chasseur de boson par dessous les Alpes.


Parodie d'une chanson de Jacques Brel, intitulée La Bière – 1968

 

 

 

 

Alors, Marco Valdo M.I., te voilà à nouveau en train de faire une parodie et de Brel cette fois... Que dit-elle ? Et que vient faire là ce boson primesautier ?

 

 

La réponse est un peu complexe. Cependant, je vais m'y employer. D'abord, j'espère ainsi justifier la présence la chanson de Brel dans les CCG et je la présenterai bientôt. Ensuite, tout comme toi, j'ai un tempérament un peu taquin et, il fallait en ce jour de gloire pour les chasseurs de boson, faire un clin d’œil à Lorenzo, qui chasse le boson pour les CCG... Ce qui est fait. Mais aussi, concernant le boson, il est ici à la fois, lui-même et une figure métaphorique, moitié-dahu, moitié-taupe. Tu sais, cette taupe qui circule sous la terre d'Europe et qui un de ces jours ressortira...

 

 

Je vois bien à quoi tu penses... À Hamlet et Bakounine... Solides références... Ainsi le boson serait une figuration plus contemporaine de la fameuse taupe... Et en apparence, nettement moins saisissable... J'aime beaucoup cette image et cette projection, surtout quand je songe au temps et aux efforts qu'il a fallu pour cerner le boson... En somme, tu identifierais – dans la chanson, cela va sans dire – le boson a une apomixie de la révolution... Par parenthèse, ce boson me rappelle aussi une chanson enfantine populaire française où il est question d'un furet qui court, qui court... D'ailleurs, je te la chantonne un peu :

Il court, il court, le furet,

Le furet du bois, Mesdames,

Il court, il court, le furet,

Le furet du bois joli.

 

Il est passé par ici, (bis)

Il repassera par là. (bis)

 

Il court, il court, le furet,

Le furet du bois, Mesdames,

Il court, il court, le furet,

Le furet du bois joli.

 

Le voici en images

 

 


 

 

 

et tu vois bien que cela ressemble au boson...

 

 

Pour le reste, cette chanson et son boson font un portrait de l'Europe contemporaine, de cette Europe où, de plus en plus, une odeur nauséabonde se répand. Une odeur de fric, de trafic, une pestilence économique, d'abord ; politique, ensuite... Tu sais, cette odeur brune. C'est l' Europe qui pue le fric et la merde... Pour le reste, voir la chanson... Elle raconte en filigrane, l'autre Europe, celle des pauvres, des écartés, des vieux, des jeunes, celle des clandestins, des immigrés, des sans emplois, des sans-logis... L'Europe qu'on écrase, pendant que les parlements bavardent...[[7796]]  REGARDEZ CE QU'ILS FONT AUX GRECS, ILS VOUS LE FERONT DEMAIN... L'Europe à l'heure des Jeux Zolympiques et de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres pour accroître leurs richesses, renforcer leur pouvoir, augmenter leurs bénéfices, asseoir leur domination, développer l'exploitation... Tout cela avec une impudence sans limites. Mais aussi, la chanson – voir sa conclusion :

« Ça sent la merde de Londres à Berlin

Ça sent la merde, descendons du train », propose un traité de non-collaboration avec ce régime totalitaire.

 

Je crois percevoir également deux de tes idées : le refus de cette Europe de la Grande Vitesse (le no-TAV italien) et le plaidoyer pour les petites lignes ; le refus des grandes gares – les étrons de Calatrava et ton plaidoyer pour un monde à la mesure de l'homme « pauvre ». Le refus de la richesse et de ses fastes pompeux dans le plus pur style totalitaire... Mais enfin, laissons chanter la chanson et pour notre part, tissons le linceul de ce vieux monde ringard (de Calatrava), stupide, mercantile, avide, arrogant, ambitieux et cacochyme (Heureusement!).

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 



Ça pense au fric de Londres à Berlin
Ça pense au fric, du soir au matin
Ça pense au fric de Londres à Berlin
Ça pense au fric, en prenant son bain


C'est plein de promesses
De beaux lendemains
C'est plein de richesses
Mais seulement pour certains
C'est plein de discours
Qui ne signifient rien
Et le boson court toujours
Sous l'arc alpin.


Ça sent le fric de Londres à Berlin
Ça sent le fric, on n'y peut rien
Ça sent le fric de Londres à Berlin
Ça sent le fric, jusque dans les trains

 


C'est plein de pauvres gars
Qui vont au turbin
Qui n'ont même plus de quoi
Briffer au matin

Dans le petit jour

C'est plein de chagrin

Et le boson court toujours

Sous l'arc alpin


Ça fait du fric de Londres à Berlin
Ça fait du fric, à pleines mains
Ça fait du fric de Londres à Berlin
Ça fait du fric, et ça s'entend bien


C'est plein de boutiques
Qui vendent leurs souvenirs
En rêvant d'empires
Et de Jeux olympiques
C'est plein d'amour glamour
En vente dans les magasins
Et le boson court toujours

Sous l'arc alpin


Ça sent le flic de Londres à Berlin
Ça sent le flic, la matraque à la main
Ça sent le flic de Londres à Berlin
Ça sent le flic, tirons-nous demain


C'est plein d'uniformes
C'est plein de gendarmes
C'est plein de réformes
Et de troupes en armes
C'est plein de miliciens
Qui rêvent de grands jours
Et le boson court toujours

Sous l'arc alpin


Ça joue de la trique de Londres à Berlin
Ça joue de la trique, Dieu qu'on est bien
Ça joue de la trique de Londres à Berlin
Ça joue de la trique, passe ton chemin


C'est plein de grands blonds
Qui deviennent fous
Mais l'alcool est bon
Le diable s'en fout
Les émigrés sans retour
N'ont besoin de rien
Et le boson court toujours

Sous l'arc alpin


Ça sent la merde de Londres à Berlin
Ça sent la merde, descendons du train

Partager cet article

Repost 0

commentaires