Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mars 2013 1 11 /03 /mars /2013 22:03

L'ENFANT DE FUMÉE

 

 

 

Version française – L'ENFANT DE FUMÉE – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne – Il Bambino di fumo – Lucio Dalla – 1971

Texte de Paola Pallottino
Musique de Lucio Dalla
Arrangement de Guido et Maurizio de Angelis
Album: Storie di casa mia

 



 

 

La « chanson écologique » italienne des années 60 et 70 dépasse sans doute les thématiques pourtant vastes de ce site, même s'il serait sûrement intéressant de donner un coup d'oeil aux modalités selon lesquelles les thématiques ambiantales apparurent dans les chansons. En ces jours de « revival dalliano » sur les CCG, je ne pouvais cependant pas me passer de me rappeler cette chanson de 1971, provenant d'« Storie di casa mia - Histoires de chez, moi ». L'album de 4 Mars 1943 ; et comme la plus célèbre chanson de de Dalla, le texte de celle-ci (qui est, vice versa, une des plus méconnues) est signé de Paola Pallottino. Une chanson surréelle, qui rappelle un peu « Miracle à Milan » et un peu un récit d'Italo Calvino, et avec la partie finale, avec le même Dalla qui interprète un immigré méridional dans la fumeuse ville du nord, avec de improbables accents napolitains. Même un petit hommage à Lucio Dalla, à exactement un an de sa mort. [RV]

 

 

 

Ho, Marco Valdo M.I., mon ami, dit Lucien l'âne plein de sagesse et doté de somptueuses oreilles noires qu'il fait balancer comme le charmeur de serpents armé d'une flûte fait balancer la tête triangulaire du naja, ho, ho, voici une chanson dont on dirait qu'elle sort tout droit du récit qui te vit naître. Il a raison le Ventu, alias [R.V.], de citer comme par la bande Italo Calvino. Il a tort de ne pas préciser à quel récit il fait allusion... Et je peux garantir quant à moi qu'il ne s'agit pas du sentier des nids d'araignée [[2489]], ni du vicomte suspendu, ni du château des destins entrecroisés, ni de bien d’autres écrits du prolifique Calvino... Rien de tout cela... Il s'agit bien évidemment du récit fondateur : Marcovaldo ou les saisons dans la ville (Marcovaldo ovvero Le stagioni in città). Ceci dit, je soupçonne fort que notre ami Ventu l'a fait volontairement, manière de nous taquiner un peu ou de provoquer notre réaction... On en a déjà vu bien d’autres ici. Dès lors, si tu veux me croire, il ne te reste plus qu'à traduire et à commenter...

 

 

Bof, Lucien l'âne, mon ami, tu as déjà commencé à commenter et fort justement encore. Mais avant d'aller plus loin, je fais une parenthèse, sais-tu qu'autour de ces vicomte perché, baron suspendu et autres chevaliers inexistants ou disparus, de la bonasse des gentilles... il y a actuellement une sordide bataille de droits d'auteur (à laquelle Calvino n'est en rien mêlé... Il y a déjà bien longtemps qu'il est mort)... et ces discussions d'épiciers me paraissent assez peu ragoutantes... L'essentiel étant – et toi, qui cours en littérature depuis des centaines d'années, tu en sais quelque chose – de faire connaître le texte, l’histoire... et non d'en faire du commerce ou d'en tirer de l'argent. Mais passons... Il n'en reste pas moins que ce que dit Ventu est exact... et cette atmosphère et cette ville polluées sont bien le milieu où se déroulent les aventures de Marcovaldo. Quant aux villes fumeuses du Nord, nous en connaissons un bout et singulièrement, toi, et moi, Marco Valdo M.I. qui, comme toi, me tient dans ces villes industrielles de Wallonie. Tu imagines bien que ce n'est pas par hasard que je porte ce nom, ce nom qui est celui d'un personnage dérisoire, tragique, comique et magnifique, tout à la fois.

 

 

Tragique, comique et dérisoire..., dis-tu. Sans doute, mais veux-tu un peu préciser... Car, moi qui suis un âne, je m'entends difficilement dans toute cette philosophie...

 

 

 


 

 

 

 

Mais enfin, Lucien l'âne mon ami, tu connais bien Marcovaldo et ses aventures. Tu sais bien que c'est une sorte de clown, de Charlot, celui des Temps modernes... lequel – je parle de Marcovaldo, bien évidemment – comme tu sais, exerce la très insignifiante profession de balayeur, de manœuvre, une profession au plus bas de l'échelle (at the foot of the ladder [http://www.youtube.com/watch?v=agoZX8X48-U], disait Miller [http://www.youtube.com/watch?v=U9KI8ihPHBE])... Un métier sans aucune prétention, à part peut-être celle d'en retirer quelque subsistance pour lui, mais surtout pour sa famille. Bref, il est l'exemple-même de l'esclave des temps modernes... Celui à qui l'on répète à l'infini : « Arbeit macht frei ! ». Voilà pour le dérisoire. Un personnage auquel, au fil des saisons, malgré tous ses efforts, malgré toutes ses réflexions, malgré sa bonne volonté infinie, il arrive des aventures ridicules, il n'arrive que des aventures ridicules. Voilà pour le comique. Le tragique tient à sa parenté volontaire (pourquoi un Calvino aurait-il créé un Valdo ?) avec Pierre Valdo... et au destin de persécuté que les puissants du monde lui firent, comme ils le font à tant d'autres tout au travers de l'histoire, lui Pierre Valdo dont le grand œuvre fut la Fraternité des Pauvres... qu'il créa au cœur-même de la Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants (ces bêtes affamées de médiocrité, comme disent les Zoo – Mercanti di Liquore) font aux pauvres afin d'étendre leur domination, d'accroître leur profits, de multiplier leurs richesses... Et enfin, c'est un personnage magnifique, car je ne connais pas de meilleure et de plus belle incarnation de l'humain.

 

 

 


 

 

 

 

Ainsi, il importe que l'on tisse chaque jour, chaque heure, dans toutes nos actions le linceul de ce vieux monde ridicule, nauséeux, insupportable, profiteur, mercantile et cacochyme.

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane



 

 

L'enfant de fumée chante sur la ville
Pour appeler les chevaux qui courent par dessus les toits
Mais là-haut
Ce sont des crinières de brouillard
Mais là-haut
Seul smog
Seul smog…

 

L'enfant de fumée chante sur la ville
Comme une mouette perdue dans le béton
Mais là-haut
N'arrive pas l'odeur de la mer
Mais là-haut
Seul smog
Seul smog…

 

La ville empoisonne ses blancs chevaux
La ville les emprisonne dans de noirs cristaux

Avec ses flashs, ses réclames
Chaque soir explosera…

 

L'enfant de fumée pleure sur la ville
Avec des yeux bleus brûlés de douleur
Mais là-haut
Même le pleur devient charbon
Mais là-haut
Seul smog
Seul smog
Seul smog…

 

Gars de fumée,
Le smog, le smog… smog…
Mais pourquoi gars de fumée...
Smog, smog et fumée…
Fumée…
Smog, smog…
Gars de fumée….

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I. - dans Dalla Lucio
commenter cet article

commentaires