Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 21:01

 

L'ÉGLISE SE RÉNOVE

 

 

Version française – L'ÉGLISE SE RÉNOVE – Marco Valdo M.I. – 2013

Chanson italienne – La Chiesa Si Rinnova – Giorgio Gaber – 1971 (version 1) et 1995 (version 2)

 

 

 

Dieu ce qu'ils nous emmerdent ces foutus calotins et tout ce qu'aussi ils pompent de deniers publics pour boucher le trou de leur culte.

 

 

Oh, oh, oh, Marco Valdo M.I., mon ami, tu y vas fort aujourd’hui. À t'entendre, on croirait que tu es passé dans le camp des bouffeurs de curés...

 

 

Mais voyons, Lucien l'âne mon ami, tu m'as déjà vu bouffer du curé... J'ai même jamais essayé... À mon avis, ce ne doit pas être très bon... Par contre, les curés, et leurs fidèles calotins, mangent eux du Dieu incarné dans l’hostie tous les dimanches, sinon plus souvent. Dès lors, rassure-toi, je ne suis pas plus bouffeur de curés que théophage. Laissons cette triste perspective alimentaire et venons-en aux faits. Si j'avais commencé de cette manière mon propos, c'était justement à propos de la chanson de notre ami Giorgio Gaber et je l'ai fait en citant – quoique très imparfaitement – une chanson de Georges Brassens, qu'il faudra bien mettre à la suite de celle de Gaber dans les Chansons contre la Guerre. Je te la promets pour très bientôt. C'est une chanson à chœur... J'entends encore la jolie voix de basse... « ces fichus calotins »... j'ai eu recours à cette chanson de Tonton Giorgio – Tempête dans un bénitier, gravée en 1976 – car elle est un écho à celle de Georges Gaber et spécialement à la première version de « La Chiesa Si Rinnova », qui date, elle, de 1971. C'était un tout jeune Gaber qui se lançait ainsi dans la dépollution de l’Italie. Et de fait, c'était l'époque où l'Église Catholique, Apostolique et Romaine (Écar) entendait reconquérir le public que son conservatisme lui faisait perdre et depuis longtemps déjà. Non seulement face à la montée lente, mais continue de la laïcité et de l'incroyance, mais aussi face aux autres Églises chrétiennes... car spécialement pour qui vit en Italie, il convient de rappeler qu'il existe bien des églises et même un grand nombre d'églises chrétiennes, qui toutes se baptisent elles-mêmes « L'Église ». Ainsi, sous la houlette de l'énième successeur de Pierre, elle (l'Écar) lança un concile, une sorte de risorgimento clérical. Pour le pape, il s'agissait – il s'agit toujours d'ailleurs – de sauver la mise à son église qui se veut universelle et ne rassemble que quelques centaines de millions de personnes (et encore... en théorie... car c'est le compte des baptisés, pas des pratiquants) sur les milliards d'êtres humains vivants. C'est surtout en Europe que se marque le déclin... Selon les statistiques de l'église catholique de France (car pour la France, on dispose de données chiffrées assez fiables)... le recul est constant et perdure – on est passé de presque 600.000 baptêmes catholiques en 1980 à environ 300.000 en 2009. (http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique_en_France) et ce mouvement n'est pas prêt de s'arrêter... bien au contraire.

 

 

Que voilà une bonne nouvelle..., dit Lucien l'âne en souriant et de mettant en croix ses deux oreilles pour souligner le fait. Mais qu'en est-il de la chanson de Giorgio Gaber, finalement ?

 

 

D'abord, laisse-moi te dire comment je l'ai trouvée cette chanson – qui par parenthèse, aurait dû figurer dans les CCG depuis longtemps. Je lisais un petit texte des amis de l'Uaar, une association italienne des Athées, Agnostiques et Rationalistes , intitulé « La religione se rinnova » [http://www.uaar.it/news/2013/06/13/la-religione-si-rinnova/] et se référait directement à cette chanson de Gaber, qui m'était inconnue. Je l'ai donc cherchée et bien entendu, trouvée. Il y en a deux versions et je les ai retenues toutes les deux.

 

En fait, la chanson illustre à sa manière le mouvement dont je viens de te parler. Ce glissement infernal qui conduit à la décatholicisation de l'Europe... Une évolution lente, mais qui s'accélère. Cette décatholicisation et j'ajouterais même, cette déchristianisation de l'Europe est due certes à l'augmentation de la population sensible à la religion islamique, mais surtout, à la montée de l'incroyance – touchant d'ailleurs aussi bien les populations catholiques, chrétiennes ou musulmanes... Pour en revenir à Gaber, il note ce fait dans deux versions d'une même chanson à près de 25 ans d'intervalle. Et il montre les efforts de l'Église catholique (Écar) pour enrayer – même en Italie, cette décrépitude.

 

 

Et nous voici, encore près de vingt ans après, qu'écrirait-il aujourd’hui ? En as-tu une idée, Marco Valdo M.I. mon ami...?

 

 

Comme ça, là, tout de suite, ex abrupto, illico, à l'instant... Non. Mais je vais y réfléchir. Comme tu en as sans doute entendu parler, on vient encore de changer de pape... et les deux vers du refrain de Gaber me semblent appropriés à ce moment, car on va - à coup sûr, nous les resservir :

"L'Église se renouvelle pour la nouvelle société

L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.".

Mais Giorgio Gaberscik a cessé d'écrire en 2003. Il ne pourra plus rien nous dire à présent, en dépit de toutes les résurrections...

 

 

Quoi qu'il en soit, les évidences énoncées par le bon curé Meslier [[5393]] restent de mise et notamment ceci que nous commentions :

« J'insiste pour qu'on relise la dernière phrase, dit Lucien l'âne, on dirait qu'elle parle de l'Italie actuelle et de bien d'autres pays.

 

Je la relis, Lucien mon ami : « Et en plus, vous vilipendez le pauvre peuple, vous le menacez de l’enfer éternel pour des peccadilles, et vous ne dites rien contre les voleries publiques, ni contre les injustices criantes de ceux qui gouvernent les peuples, qui les pillent, qui les foulent, qui les ruinent, qui les oppriment et qui sont la cause de tous les maux, et de toutes les misères qui les accablent. »

 

 

En effet, dit Lucien l'âne en redressant la tête et en lançant d'un coup de cou sec sa crinière en arrière pour dégager ses yeux, que cela plaise ou non aux cagots, Jean Meslier avait une vision du monde assez lucide. » Ce que disait Meslier situe la position de l'Écar dans cet affrontement de la Guerre de Cent Mille Ans; malgré tous les discours trompeurs et les simagrées évangéliques, l'Église catholique (Écar) a toujours fait le jeu des puissants et des riches, quoi qu'elle s'en défende ! Dès lors,nous qui avons comme devise : « Noi, non siamo cristiani, siamo somari » - « Nous, nous ne sommes pas des chrétiens, nous sommes des bêtes de somme », reprenons mon ami Marco Valdo M.I., notre tâche et tels les Canuts [[7841]], tissons le suaire de ce vieux monde cagot, bigot, pervers, onctueux, oint et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

Version de 1971

 

  gaber1972.jpeg

 

Le monde est pressé, il n'arrête pas de changer
Pour rester dans la course, il faut s'adapter
Même l'Église veut toujours mieux faire
Alors, on réunit les pères conciliaires.
Ils arrivent à Rome avec grande conviction
Vingt-cinq mille prêtres de toutes les nations.

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

Ça parle, ça discute de mille questions
On étudie déjà mille solutions.
On parle de divorce sans fausseté
D'autoriser le mariage des pauvres curés
On parle de la pilule et d'autres expédients
Car dans le monde, les gens font trop d'enfants.

 

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

Il faut en donner acte à ces monseigneurs
L'urgence des choses les a rendus meilleurs
Depuis le temps que nous l'espérions en vain
La messe, finalement, se dit en italien.
Et il s'est établi, après mille discussions
que le prêtre, étant un homme, peut porter le pantalon.
Et si le vendredi manger le poisson te débecte
Sans faire d'histoires, tu peux manger un steak !
Et aujourd'hui, pour quelques mots à un journaliste
Tous disent que le pape est devenu communiste.

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

 

 

gaber-95.jpeg

 

 

Version de 1995.

 

Le monde est pressé, il n'arrête pas de changer
Pour rester dans la course, il faut s'adapter
Même l'Église qui semble ne pas se mouvoir

Se repent et démontre son immense savoir

Atteinte soudain de modernisme

Elle vient de sortir un nouveau catéchisme

Où tout est à jour, tout est contemporain

Où on risque l'enfer pour un simple gain
Où toute forme de magie est condamnée
Où même l'astrologie est prohibée..
Où le sens de justice est encore plus fort
Où même parfois, réclamée la peine de mort .

 

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

Pour le peuple italien dans ce climat délétère
Surgit l'acuité de la pensée du Saint Père.
Et tous ont compris combien le Pape est profond
Quand il dit que la mafia est fille du démon.
Ce qui stupéfie, c'est le courage de la C.E.I
Qui vient de réhabiliter Galileo Galilei.
Et maintenant si on divorce, on peut même se remarier
À condition d'être sage et de ne pas baiser.

Mais ce nouveau sacrement pour être immaculé

Il faut aller le quérir chez un autre curé.

 

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

Dorénavant, le pratiquant a une autre perspective
plus gaie, plus désinvolte, presque alternative
Pour l'instant, la pilule ne peut être acceptée
mais elle est admise quand on prévoit d'être violée.
Et plutôt que d'utiliser les préservatifs
Il vaut mieux devenir tous séropositifs.
Après les militaires, et après les docteurs
maintenant nous avons les pharmaciens objecteurs.
D'ailleurs pour l'Église, l'idéal est l'abstinence
Comme une invitation à l'autosuffisance.

 

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

 

De Rome le Saint Père nous envoie son message
Chaque dimanche à part lorsqu'il est en voyage.
Il voulait aller en Bosnie, il l'avait annoncée
Mais au dernier instant, il y a un peu repensé.
Car l'homme est saint et pieux mais il est aussi très rusé
il le sait lui que mort un Pape, on en fait vite un autre.
Et alors il a écrit un livre qui est devenu un gros événement
Il sera un peu fatigué, mais il ne reste pas en place un instant.
Par son autoritarisme, on peut dire, sans offense
Que le pape Woytila est le Berlusconi de l'Église.
À une Église toujours vigilante, qui combat, qui rutile
Il est juste donner un beau huit pour mille.
Même si les trafics louches du Saint-Siège
Sont une partie intégrante des mystères de la foi.

 

L'Église se renouvelle pour la nouvelle société
L'Église se renouvelle pour sauver l'humanité.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche