Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 août 2012 4 16 /08 /août /2012 15:35

  JOUR D'INFAMILLE

Version française – JOUR D'INFAMILLE – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne – Infamily Day – Malasuerte Fi*sud – 2010

 

 

Le nouvel album du groupe militant florentin Malasuerte Fi*sud porte comme titre un jeu de mots. Les jeux de mots sont souvent faits pour confondre les idées, mais pas dans ce cas-ci : il s'agit bien des infamies des « family days » (jours de la famille, célébrations propagandistes de la plus sainte eau) – moralisme, répression sauvage, travail « flexible » et tout le reste. L'album a été enregistré en mars 2010 au CPA Firenze Sud, et fut présenté par les Malasuerte au concert du Premier Mai à l'Espace Occupé "K100" (Camilo Cienfuegos) de Campi Bisenzio. [RV]

 

 

+++++++++

 

Que voilà une chanson digne de l'âne, dit Lucien l'âne en riant, secoué comme en un autobus un voyageur. Je veux dire de l'Asino, ce petit journal joyeusement anticlérical qui connut tant de succès en Italie du temps où le pays n'avait pas encore perdu toute sa dignité et ne s'était pas encore courbé jusque terre devant les grenouilles de bénitier et leurs pères sévères. C'est pas pour dire, mais elle me réjouit grandement.

 

 

Moi aussi, Lucien l'âne mon ami, elle est claire, nette et sans bavures. On croit toujours, à l'étranger, par exemple, ici dans un autre coin d'Europe, que l'Italie n'est peuplée que de bigots et de bigotes... De gens inféodés au Vatican... C'est ce qui ressort des présentations officielles, des crucifix dans les écoles, des croix dans les tribunaux, de l'attitude servile de certains médecins face aux saintes huiles du Vatican, notamment en matière de contraception et d'avortement, de racontars débiles à propos d'un suaire, des privilèges fiscaux exorbitants de l’Église, des génuflexions des représentants officiels jusqu'au plus haut niveau... On a même l'impression que l'Italie a deux capitales : l'une cachant l'autre en son sein. Rome pour la façade, le Vatican qui impose son refrain. Tout cela n'est que léchage de bottes, de reliques et de saints. Mais heureusement, il est d'autres voix, il est d'autres gens... Même si la censure, cet étouffoir qui avance masqué, pèse si lourd que les média (presse, télé, radio, éditeurs...) pratiquent systématiquement le « politiquement correct » et ne relaient que le laïus conformiste.

 

 

À propos du berger bavarois, dont parle la chanson, il me plaît de rappeler ce petit poème de Jacques Prévert :

 

 

« Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner. Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? Vous n'avez pas bien compris, je recommence.

 

Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner. Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? Vous n'avez pas bien compris, je recommence.

 

Le Pape est mort, un nouveau Pape est appelé à régner. Araignée ! quel drôle de nom, pourquoi pas libellule ou papillon ? »

 

 

Et à propos de mort du Pape..., dit Marco Valdo M.I. Ce qui nous plairait à nous ( je te rappelle notre devise : Noi, non siamo cristiani, siamo somari), ce n'est pas tellement la mort d'un pape... Il en viendrait bientôt un autre... Mais la disparition de tous les papes et surtout, de cette foutue toile d'araignée qui enserre la société qu'est l’Église catholique, apostolique et romaine, qui prêche la soumission aux pauvres et se vautre dans la richesse et les honneurs.

 

 

Oui, tu fais bien de le souligner, l'Église est partie prenante dans la Guerre de Cent Mille Ans que les riches mènent avec une obstination de croisade contre les pauvres afin d'assurer leur domination, de poursuivre sempiternellement l'exploitation, d'imposer l'obligation du travail (Tu gagneras ton pain avec ta sueur... ce slogan vient de loin...). Elle a depuis longtemps choisi son camp et même, elle est l'inspiratrice de bien des répressions, de bien des dictatures, de bien des soumissions à l'ordre établi (en fait, le sien...). Dès lors, tissons, tissons le linceul et même le suaire de ce vieux monde rabatjoie, péniblement conformiste, crédule, censeur et cacochyme. (Heureusement !)

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

Sur les places, jusque hier encore, ils brûlaient les gens

Et ils se prétendent justes à présent

Mais ils ont béni les croisés qui passaient par l'épée

Ceux qui n'étaient pas comme eux

 

Si je devais me retrouver, prisonnier de mon corps

Végétal pur ni vivant, ni mort

Je déclare : plutôt que de vivre encore

Je préfère mille fois une dignité de mort

 

Cependant, il est un petit royaume au milieu de Rome

Aux coutumes inhumaines, gouverné par de Saints Hommes

Qui ne respectent la vie qu'à certaines conditions,

Ce sont les embryons des Saintes Inquisitions.



Jour d'infamille

 

Ce royaume gouverné par le berger bavarois

Prétend au droit d'ingérence dans la vie du pays

Après avoir prêché sur l'avortement et sur la vie

Ils veulent me dire que faire de mon corps à moi.

 

Mais ces prêtres maudits qui font les moralistes

Habillés de noir à la manière des fascistes

Ont exigé massacres et bûchers et soutenu les dictateurs

Car on prie mieux leur Dieu sous le règne de la peur

Jour d'infamille

 

Tout ceci pour un Dieu que je tiens pour moins réel

Que la poisse que porte un chat noir des ruelles

Mais y croient des millions de bigots et d'ignorants

Qui plus sont analphabètes et plus sont arrogants

 

Si Dieu existait et s'il était omnipotent

Il enverrait feu et flammes pour brûler tous ces gens

Et je regarderais ce spectacle avant d'épandre

Sur les ultimes ruines vaticanes, leurs tristes cendres.

 

Jour d'infamille

 

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires