Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2012 1 16 /07 /juillet /2012 15:20

HISTOIRE DE GUERRE

 

 

Version française – HISTOIRE DE GUERRE – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne – Storia di guerra – Emilio Insolvibile – 1971

 

 

 

Un poing et un sabot levés... pour saluer cette chanson qui raconte une Histoire de Guerre, une histoire qui s'est répétée des millions de fois dans la Guerre de Cent Mille Ans...

 

Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

Heureux, tu courais dans les champs

Tu écoutais des histoires entre les éclats des éclairs

Elles t'en ont contée une de guerre

Aime ta patrie, aime ta terre.

Tu étais enfant quand tu es parti

À faire le héros, tu as servi

Avec dans ta poitrine un orgueil délirant

Je suis un soldat, je suis un géant.

 

C'est l'histoire de toutes les guerres

Qui ont semé de morts les terres

Et même si l'homme est fait pour aimer

Par des mythes, à haïr il est entraîné

 

Les bombes explosent et au front te voilà

Il y a un homme qui meurt à côté de toi

Pourtant, la patrie ne te réconforte pas

Elle cherche d'autres enfants pour te remplacer

C'étaient les yeux d'un homme qui meurt

Tu l'as tué car il était d'une autre couleur

En tirant dans le tas, tu n'as pas pensé

Que lui aussi, un jour, courut dans les prés.

 

C'est l'histoire de toutes les guerres

Qui ont semé de morts les terres

Et même si l'homme est fait pour aimer

Par des mythes, à haïr il est entraîné

 

Tu es chez toi maintenant et on parle de paix

Mais parmi tant de joie, il y a aussi qui se tait

Il y a tant d'épouses qui pour seul bonheur

Au cimetière portent une fleur.

Ils te croient vivant car tu es retourné

Mais tu es mort plus que celui qui s'en est allé

Tu ne peux plus courir heureux vers la lumière

Tu vois toujours ces yeux entre les éclats des éclairs.

 

C'est l'histoire de toutes les guerres

Qui ont semé de morts les terres

Et même si l'homme est fait pour aimer

Par des mythes, à haïr il est entraîné

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires