Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 janvier 2013 5 11 /01 /janvier /2013 22:39

FLEURS

 

Version française – FLEURS – Marco Valdo M.I. – 20 13

Chanson italienne – Fiori – Sergio Endrigo – 1988

Texte de Sergio Endrigo
Musique de Sergio Endrigo et Rocco De Rosa

 

 

Un extraordinaire emploi de la métaphore connote ce morceau, à mon avis particulièrement émouvant.

Je n'ai pu l'écouter pour la première fois seulement que très récemment, sans en connaître par avance le texte (introuvable - que je sache - même dans si riche et très soigné site officiel de l'artiste)… et je ne m'attendais certes pas, étant donné l'incipit exquisément « floral » en syntonie avec le titre, sa « éclosion » progressive (c'est le cas de le dire !), à surprise, dans une dénonciation anti-guerre très dure, puissante, vigoureuse mais capable, en même temps, d'être toujours profondément poétique.

À l'égal de « Stations », une autre CCG de grand impact offerte par Endrigo, ces « Fleurs » ont la malchance de faire partie de l'album peut-être le plus méconnu de l'artiste istrien, et depuis longtemps introuvable : « Le Jardin de Giovanni » (New Enigma, 1988), publié par une obscure maison de disques destinée, peu après, à être déclarée en faillite.
Le titre de l'album, qui est ensuite celui du morceau d'ouverture, est dédié à Giovanni D'Amico - un ami réel d'Endrigo - et à son jardin dans l'île de Pantelleria.

 

 

 

Fleurs
Fleurs, messieurs
Fleurs jaunes au printemps
Et pour les amours
Pour les amours d'un soir
Fleurs rouges traîtres
Fleurs vraies
Qui semblent feintes

Fleurs peintes
Sur ta peau
Fleurs de vent
Dans tes cheveux
Fleurs rebelles
Qui semblent vraies
Si tu as perdu tes mots
Dis -le avec des jasmins et des violettes
Avec les camélias de Paris, ô chère
Et entretemps, dehors on tire
Entre les roses de Bagdad
Et les tulipes d'Amsterdam
Fleurs
Fleurs, messieurs
Fleurs bleues parfumées
Et entre les mains
Entre les mains des soldats
Fleurs à perdre et à mourir
Fleurs vraies
Qui semblent fausses
Fleurs disparues
Des vieux murs
Fleurs de plomb
Et de cobalt
Fleurs déjà blanches
Qu'ils semblent noires
Ainsi meurt l'espoir
Fleurs fraîches dans une chambre
Pour un instant font heureux le cœur
Et entretemps, dehors on meurt
Entre les beaux lis de Jésus
Et les lentilles d'Esaù
Fleurs
Fleurs, madame
Il ne fallait pas vous déranger
Il y a des roses, des tubéreuses et des capucines
Et le billet de compliments
Et les pavots
Fleurs innocentes
Fleurs fauchées
Avec le blé
Et qui ne donnent
Même pas de pain
Fleurs de sang
Mortes pour rien
Voici une fleur de dictateur
Prends garde, elle veut t'embrasser
Mon enfant, il ne faut pas avoir peur
Et entretemps, dehors on torture
Entre les roses de Bagdad
Et les tulipes d'Amsterdam.

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires