Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 février 2013 6 09 /02 /février /2013 20:27

Faut bien qu'ils vivent

 

[2013]
Paroles de Marco Valdo M.I.
Chansonchôme wallonne de langue française
Parodie de « Faut bien qu'on vive » - Gilles (Jean Villard) – 1935

 


 

 

 


 

 

 

Tout est foutu (chanson également de Gilles) 

 

 

 

Je sais, je sais, j'en avais déjà fait une de parodie avec la même chanson de Gilles et sur le même sujet... Elle s'intitulait : La Chanson des Chômeurs.

Et alors ?

 

Ainsi Parlait Marco Valdo M.I.

 


 

 

Sous prétexte qu'on est des chômeurs
Y en a des qui se foutent de notre gueule
Y en a même qui nous engueulent
Et nous disent la bouche en cœur
Qu'on n'a qu'à chercher du travail
Qu'à l'usine, il faut qu'on y aille

Nous, on aurait bien voulu
Mais des usines, y en a plus
On est chômeurs, faut bien qu'on vive
Faut bien qu'on vive !

 

On pourrait vu qu'on n'a plus un rond
Comme les banquiers recevoir des millions,

Et avec tout ce tas de pognon,
Nous en aller faire le tour du monde
On serait des chômeurs en goguette
On ne prendrait pas toute la galette
Nous, on préfère rester honnêtes
On est chômeurs, faut bien qu'on vive
Faut bien qu'on vive !

 

Nous du travail, on n'en trouve pas
Paraît qu'y en a dans les usines,

Mais y a plus qu'un mec par machine

Pas étonnant que pour nous, du boulot y en a pas

Et les patrons qui vivent à l'aise,

Avec des salaires grands comme ça

Menacent de supprimer des emplois.
Et en plus réclament des aides de l'État
Faut bien qu'ils vivent !

 

Ils pensent à l'argent tous les jours
Même, si nous, on a des fins de mois atroces

Nous, on pense surtout à nos gosses
Qui ne rigolent pas toujours
Nos enfants ont au moins un avantage
Quand leurs parents sont au chômage
Ils peuvent les voir tous les jours
Un peu de bonheur, quelle dérive
Faut bien qu'ils vivent !

 

Si on passe notre vie au café
Si, au loto, on taquine la chance
C'est uniquement par bienfaisance
Et par respect pour l'ouvrier
Son boulot, faut pas qu'on y touche
Ça serait lui arracher le pain de la bouche
Comme on n'a pas d'autre alternative
On est chômeurs, faut bien qu'on vive
Et les travailleurs aussi, faut bien qu'ils vivent !

Partager cet article

Repost 0

commentaires