Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juillet 2012 1 09 /07 /juillet /2012 13:27

CES FLICS S'EXCUSENT

 

Version française – CES FLICS S'EXCUSENT – Marco Valdo M.I. – 2012

Chanson italienne – Questi sbirri chiedon scusa – Gian Piero Testa– 2012

 

« Après avoir entendu la radio, il m'est venu en tête cette chanson, sur l'air rébétique de Τούτοι οι μπάτσοι που 'ρθαν τώρα" (gpt)

Et le staff des CCG a évalué qu'il est opportun que cette "chansonnette" soit connue , et tout de suite. Aussi par le lien Anarchopedia sur la « Chronologie des révoltes et des morts de la chute du fascisme à nos jours »( Cronologia delle rivolte e dei morti dalla caduta del fascismo ai giorni nostri) auquel il vaut vraiment la peine de jeter un coup d'oeil attentif.

"Il faut bien spécifier que sont principalement exposées ici non pas des révoltes armées ou insurrectionnelles, mais des cortèges et des manifestations de protestation qui ont dégénéré en combats de rue. Ce qui se déduit du déséquilibre du nombre des morts parmi les représentants des organes de répression de l'État capitaliste, lequel dépend du fait évident que ceux-ci étaient bien armés et décidés à tirer sans frein sur des manifestants désarmés. Sont mis en évidence en outre quelques épisodes liés à des questions politiques qui, à cause de la violence de la police, ont provoqué des morts ou des blessés graves." (Anarchopedia, [CCG/AWS Staff]

 

********

VOYEZ CE QU'ILS FONT AUX GRECS, ILS VOUS LE FERONT BIENTÔT !

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Ohohohoho... Les crapules....

Ohohohoho... Les putes....

 

Ces flics s'excusent

Ces flics s'excusent

Ils doivent avoir la tête un peu confuse

Ils doivent avoir la tête un peu confuse

 

Ils s'excusent pour deux couilles

Qu'ils ont racontées

Ils oublient toutes les balles

Que leurs mitraillettes ont tirées

 

Ces flics je ne les excuse pas

Chaque violence porte leur signature

Non je ne les excuse vraiment pas

Je leur renvoie leurs abus à la figure

 

Coups de pieds, coups de poings et bastonnades

Les jeunes filles violées dans le panier à salade

Les carrousels semant la mort

Les racontars dans les rapports

 

Les fumigènes à hauteur de tête

Pour nous envoyer au cimetière

Et quand un prisonnier décède
C'est chaque fois un grand mystère

 

Si j'en compte Cinquante

Je dis seulement Cinquante

Mais il y a cent-cinquante

Cercueils en attente.

 

Nos camarades sous terre

Les flics toujours en guerre

Avec la croix gammée au bras

Et pour le Cadavre, leurs vivats.

 

Le paysan sans terre

L'expulsé sans recours

L'ouvrier communiste

L'étudiant pacifiste

 

Que toi, le flic, tu as tués

Pour l'État et sans te retourner

Nous disent de lutter

Et de ne jamais oublier.

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche