Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 août 2013 6 17 /08 /août /2013 20:45

 

 

 

 

 

 

 

 

Alléluia

 

 

 

Chanson française – Alléluia – Jean Yanne – 1972

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ah, Lucien l'âne mon ami, nous avions promis à notre ouebemastère Lorenzo (des Chansons contre la Guerre) de lui présenter une série de chansons de Jean Yanne. C'était dans notre petit dialogue à propos de la chanson de Bertoli « Varsavia »[[71]], chanson que j'avais traduite dans un premier temps, sans la commenter, sous le titre de Varsovie. C'était dans la foulée des commentaires – finalement envoyés – relatifs à la madone noire et au mineur blanc et aussi, car tout cela est lié, à la chanson du 15 août que nous avions mise dans les Chansons contre la Guerre pour fêter la Vierge et toutes les Maries-Marias, judicieusement intitulée « Avec Maria » [[45249]], dont l'auteur et interprète est le même Jean Yanne.

 

 

 

 

 

 

Oui, je me souviens bien de notre promesse et je pense qu'il faudra la tenir. Et par quelle chanson vas-tu commencer ?

 

 

 

 

 

 

Une chanson dont le titre est déjà une indication fastueuse : « ALLÉLUIA ! ». On ne pourrait être plus enthousiaste, plus dominical et plus confit en dévotion. Comme tu le sais, « Alléluia! » est un cri de joie, un moment d'allégresse... Le mot en lui-même signifierait « Gloire à Dieu ! », on ne trouve pas plus religieux et déiste que ça. C'est l'instant charismatique par excellence.

 

 

 

 

 

 

Formidable ! Tu ne pouvais trouver mieux... Mais entre nous, j'imagine que revu par Jean Yanne, je me souviens de ce qu'il a fait de l'Ave Maria de Schubert... J'imagine donc que l' « Alléluia » devient assez décapant pour la mythologie chrétienne...

 

 

 

 

 

 

En effet, Lucien l'âne mon ami, la légende du Christ revue par Jean Yanne se révèle assez farce. Oh, Jean Yanne serait plutôt laudatif, d'ailleurs et admiratif des miracles perpétrés par le Galiléen. Et finalement assez factuel, assez objectif dans la narration. En fait, Jean Yanne s'en tient à ce qui se raconte dans les meilleurs bibles : Jésus marche sur l'eau, qui le contesterait ? Jésus multiplie les poissons (lesquels ne l'avaient pas attendu pour se multiplier entre eux...), tout le monde l'a entendu dire et qui donc, le contesterait ? Pas Jean Yanne, en tous cas ; il se contente d'énoncer l'absurde et d'en tirer les conséquences logiques. Jésus marche sur l'eau... Ergo, il a inventé le ski nautique. Pour le reste, Jésus invente aussi le self-service, l'auto-critique et l'après-moi, le chaos – antienne des politiciens sur le retour. Pour les détails, je te renvoie à la chanson.

 

 

 

 

 

 

Elle est bien courte cette chanson ; j'aurais aimé d'autres couplets...

 

 

 

 

 

 

Vois-tu, Lucien l'âne mon ami, l'inconvénient avec les chansons, c'est que – comme je l'ai déjà expliqué – elles doivent être courtes pour satisfaire aux exigences de l'industrie des médias – disques et radios-télés. Sinon quand on voit ce qu'a fait José Saramago dans « L'Évangile selon Jésus-Christ » (en portugais O Evangelho Segundo Jesus Cristo), dont je te recommande chaudement la lecture , si Jean Yanne avait pu faire plus de couplets, on imagine comment il aurait déshabillé le mythe...

 

 

 

 

 

 

Complètement, je suppose. Ce serait d'ailleurs assez amusant de compléter cette mise à nu de la fantasmagorie biblique. Par exemple, Marco Valdo M.I mon ami, j'imagine sans peine les Romains remplaçant le supplice de la croix par le pal... et – conséquence logique : le signe de ralliement et de soumission au Tout-Puissant qui en découlerait – le majeur pointé vers le Très-Haut ; ou alors, pour un autre épisode biblique – la résurrection de Lazare, Jésus, tel le joueur de flûte de Hamelin emmenant derrière lui les morts qu'il aurait fait lever en masse... tel l'adjudant Péricard, le 8 avril 1915. Quelque chose dans le genre : « Debout les morts ! Et les morts se levèrent et nous eûmes la victoire! » (http://www.youtube.com/watch?v=ltvyLa16hIs). Ou alors, la fameuse Cène, mise en scène par Léonard, où Jésus termine le repas complètement beurré déclamant avec sérieux : « Ceci est mon corps, ceci est mon sang et à la bonne vôtre » ou encore, pour prolonger la soirée : « Aimez-vous les uns les autres ! »; vu la composition du groupe des treize, la suite devrait plaire aux homos et leur rallier l'Église entière ... Et puis, j'entends les Monty Pythons :« Crucifixion ? Non, liberté... »

 




Bref, laissons de côté la déconstruction de la légende christique et reprenons notre tâche qui est de tisser le linceul de ce vieux monde enchaîné par les églises, empêtré dans la crédulité, mené par le bout du nez par des pasteurs madrés dans cette Guerre de Cent Mille Ans que les riches font aux pauvres, notre tâche de tisser le linceul de ce vieux monde menteur, mielleux et cacochyme .

 

 

 

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Jésus Christ dit aux apôtres :
« Suivez moi, marchez sur l'eau ! »
Sans se mouiller les uns les autres,
Les voilà qui suivent aussitôt.
Jésus Christ a donc, c'est comique,
Inventé le ski nautique,
Alléluia, Alléluia
Alléluia (Chorus)

 

 

 

Jésus Christ dit « Qu'on m'apporte,
Quelques pains, quelques poissons,
Je les multiplie par millions »,
Et les Hébreux se réconfortent.
Jésus Christ a donc, quelle malice,
Inventé le self-service,
Alléluia, Alléluia
Alléluia (Chorus)

 

 

 

Jésus Christ dans le silence
Du Jardin des Oliviers,
Dit : « Je voudrais m'accuser
De ma désobéissance. »
Jésus Christ a donc, c'est unique,
Inventé l'autocritique
Alléluia, Alléluia
Alléluia (Chorus)

 

 

 

 

Jésus Christ dit à ses sbires,
Je suis le sauveur attendu,
Et lorsque vous ne m'aurez plus
Vous pouvez vous attendre au pire.
Jésus Christ a donc, quel cynisme,
Inventé l'après-gaullisme,
Alléluia, Alléluia
Alléluia (Chorus ad lib.) 

Alléluia

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires