Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 février 2017 6 18 /02 /février /2017 13:36

DOCTEURS, MÉDECINS ET SAVANTS


Version françaiseDOCTEURS, MÉDECINS ET SAVANTS – Marco Valdo M.I.2017

Chanson italienne – Dotti, medici e sapienti - Edoardo Bennato – 1977

 

 

 

 

 


«Burattino senza filiMarionnette sans fils » est un album d’Edoardo Bennato sorti en 1977, dont on a vendu environ un million de copies. Il raconte les aventures de Pinocchio de manière métaphorique et propose une double clé de lecture : l’histoire de Carlo Collodi telle quelle et une exposition allégorique des personnages moderne. Toute la poétique de « Marionnette sans fils » est une métaphore du pouvoir, qui impose sa culture et sa notion de normalité, en repoussant et en opprimant celui qui s’éloigne des règles fixées et ose chercher sa vision du monde personnelle . Les morceaux de « Marionnette sans fils » sont presque tous centrés sur la réinterprétation des personnages de l’histoire en fonction du dualisme normal/anormal. Le thème fondamental de l’évolution de Pinocchio de marionnette à enfant devient, alors l’histoire d’un renoncement à sa nature et de son abandon à l’observance résignée des codes de la culture dominante.

 

Dialogue maïeutique

 

Lucien l’âne mon ami, sans doute connais-tu, toi aussi, les aventures de Pinocchio, aimable marionnette imaginée par Carlo Collodi, un auteur italien, toscan, florentin, connu à la ville et dans l’administration sous le patronyme de Carlo Lorenzini.

Et sans doute aussi, sais-tu combien ce petit personnage imaginaire est connu dans le monde et énormément apprécié par les enfants d’Italie.

Sans doute, sais-tu aussi, que face à Pinocchio, tous (ou presque) les adultes de la péninsule redeviennent de petits enfants, au moins pour un instant. Non qu’ils retombent en enfance et sombrent dans un gâtisme anticipé, mais bien au contraire, à ce moment, ils retrouvent une certaine fraîcheur d’esprit et disons, de cœur. Et, crois-moi, pour beaucoup, ce n’est pas rien.

 

Évidemment que je le connais ce petit bout de bois, à la tenue multicolore, qui devient un petit gars, tout comme moi, jeune homme intrépide et imprudent, je suis devenu l’âne que tu vois, déclare Lucien l’âne tout sourire.

Vois-tu, Marco Valdo M.I. mon ami, entre légendes sorties tout armées de la tête de personnages lunatiques, on finit tous par se connaître. Je le connais, c’est sûr, tout comme je connais le baron perché. D’ailleurs, il ne m’étonnerait pas que je le rencontre un jour ; c’est une probabilité assez forte, mais il est bien jeune. Enfin, jeune et récent, pour moi ; en fait, je veux dire exactement qu’il n’est pas dans le monde depuis longtemps.

 

À peine un gros siècle, en effet, dit Marco Valdo M.I. ; ça dépend comment on regarde.

 

Certes, Marco Valdo M.I. mon ami, cependant, je voudrais juste ajouter à ton premier commentaire que Pinocchio est quand même connu bien au-delà des frontières nationales de l’Italie et même, de ses extensions par émigration sur toute la planète.

C’est un personnage mondial ; il est devenu une célébrité et il est apprécié sur les sept continents, en ce compris celui qu’ils viennent de découvrir aux confins de l’Australie.

 

Qu’est-ce que c’est que cette histoire de nouveau continent ? Jusqu’à ce que tu m’en parles, Lucien l’âne mon ami, je n’en connaissais que six : l’Europe, où nous résidons, l’Afrique toute proche, l’Asie voisine, l’Amérique lointaine, l’Océanie encore plus éloignée et l’Antarctique à l’autre bout du monde.

 

C’est exact, Marco Valdo M.I., ton énumération est parfaite, mais il va falloir y ajouter dorénavant la Zealandia, située aux confins de l’Australie, qui par son nom rappelle sans doute la Zélande, notre voisine.

Un drôle de nom en passant que Zealandia, on dirait un mot valise ou un mot bâtard de Zeeland, où un géographe bègue hésiterait entre le Zee néerlandais et le Sea des Anglais. Mais maintenant, dis-moi, que dit de Pinocchio cette canzone, car toi, jusqu’ici tu ne m’en as rien dit ?

 

Comme tu t’en es sans doute rendu compte, Lucien l’âne mon ami, si tu connais un peu Pinocchio, c’est un personnage un peu turbulent et un peu innocent aussi. J’entends innocent, bien évidemment au sens où nous l’entendons par ici lorsqu’on dit de quelqu’un : « C’ti là, c’esse t-in innocînt ! » (Celui-là, c’est un innocent !) ou quelque chose du genre ; phrase qu’on peut aussi traduire en français banal par « C’est un demeuré ».

Pour la bonne bouche et la compréhension générale, on y ajoutera : abêti, hébété, bête, bêta, crétin, débile, déficient, obtus, benêt, abruti, brute, ahuri, ébaubi, ébaudi, niais, idiot, andouille, balourd, borné, bouché, imbécile, gourde, sot, patate, cornichon, bovin, nigaud, naïf, dadais, simplet, nouille, couille, couillon, tocard, bûche, pantin, nunuche, stupide, inintelligent, animal, godiche, lourdaud, baudet, rustaud, butor, béjaune, blanc-bec, limité, étroit, incapable, ganache, ignorant, ignare, inepte, inapte, insensé, diable, fêlé, retardé, chenapan, sacripant, filou, galopin, gamin, coquin, drôle, galapiat, polisson, fripouille, arsouille, fripon et plein d’autres encore, dont un célèbre entre tous à cause de son bonnet que j’ai omis par délicatesse.

 

Merci bien. Cela dit, Marco Valdo M.I. mon ami, je trouve que tu es un rien injuste avec ce brave (tiens, en voilà un que tu as oublié !) Pinocchio.

 

Mais pas du tout, Lucien l’âne mon ami, je pense que Pinocchio est comme ça au début et initiation par la vie aidant, il va échapper à cette triste destinée. C’est ainsi que Collodi l’avait envisagé.

Rappelle-toi quand même qu’à l’origine, ce devait être une histoire moralisatrice, comme l’était toute la littérature enfantine en vogue à cette époque ; dans sa conception, Pinocchio est plus proche d’Hector Malot et d’Edmondo De Amicis que de l’impétueux Gian Burrasca de Vamba, alias Luigi Bertelli – un de ses descendants littéraires, d’ailleurs tout aussi aimé et connu des enfants italiens.

Maintenant, je te présente ce que raconte la canzone. Je t’explique la chose.

La scène (celle que rapporte la chanson) raconte une séance de consultation, un colloque qui se déroule autour de Pinocchio, qui n’est manifestement pas conforme aux normes en usage et de ce fait inquiète toutes ces bonnes gens et la chanson rapporte les opinions émises par tous ces docteurs, médecins et savants à propos de ce jeune un peu distrait et vaguement audacieux.

En soi, il est un « problème ».

Tout ce beau monde y va de sa spécialité et de l’opinion correspondante. On dirait, tiens, un de ces colloques qu’on organise régulièrement dans notre société sénile pour trouver des solutions aux problèmes que lui posent les « jeunes » ou plus généralement, toute population dérangeante, en ce qu’elle diffère du modèle déposé, du citoyen doc, à dénomination d’origine contrôlée et de préférence, locale. Le dissemblable dérange nos bons gâticulteurs.

Le seul à ne pas vouloir de cette docte assemblée et de n’y voir aucune utilité, ni aucun intérêt, c’est évidemment Pinocchio. Non seulement, il voit dans cette sollicitude sénile une intrusion dans son monde personnel, mais en même temps et surtout, il ressent la chose comme une oppression insupportable et qui l’effraye. Alors, il s’enfuit laissant l’assemblée en plein désarroi.

Cette fuite et cette histoire me rappelle d’ailleurs très fort La Chasse à l’enfant, où les enfants révoltés et en fuite sont poursuivis par les « bonnes gens » ou encore le Charmeur de Rats (ou d’enfants), version française de la chanson allemande intitulée Der Rattenfänger.

 

Eh bien, Marco Valdo M.I. mon ami, je pense qu’on en a assez dit et qu’il est temps de reprendre notre tâche qui consiste à tisser, tisser encore et toujours, ora e sempre, le linceul de ce vieux monde sénile, menteur, brutal, débile, avide, ambitieux et cacochyme.

 

Heureusement !

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

Au nom du progrès supérieur
Le débat est lancé,
Tous viennent parler,
Les médecins, les savants, les docteurs.

 

Tous se tiennent autour du lit
De quelqu’un malade très gravement,
Et quelqu’un dit
Que ce malade est agonisant.

 

Si jeune, c’est un péché
Qu’il se soit ainsi desséché,
On donne alors la parole
Au docteur de l’école.

 

Je vous suis très reconnaissant
D’avoir été consulté comme praticien.
Pour moi, le cas est évident :
Celui-là est seulement un comédien.

 

Ce n’est vraiment pas de bon coeur,
Que je contredis l’estimable professeur,
Ce gars-là est un inadapté
Qui doit être interné !

Au congrès, ils sont plus de cent
Docteurs, médecins et savants,
À parler, juger,
Évaluer et diagnostiquer,
Et proposer des solutions
Pour le jeune en question.

 

Ce jeune est contaminé,
Je sais comment il doit être soigné !
Il est déjà trop infecté,
Il doit être isolé.

Je suis sûr et j’ai les preuves :
C’est un cas très grave.
Traitement radical
Avant qu’il ne finisse mal !

J’ai l’opinion contraire :
Pour moi, le cas est élémentaire.
Ce garçon n’a pas été militaire,

C’est un impubère !

 

Au congrès, ils sont plus de cent
Docteurs, médecins et savants,
À parler, juger,
Évaluer et diagnostiquer,
Et proposer des solutions
Pour le jeune en question.

 

Permettez une parole,
Je ne suis jamais allé à école
et
au milieu de gens importants,
Moi qui suis ignorant
Je ne devrais peut-être pas parler.
Mais après
tout ce que vous avez dit
Je me sens comme interdit,
Et donc avant que vous m’arrêtiez
Je dois hurler, et crier,
Je dois me prévenir,
Debout et fuis !
me si tous te regardent,
Allez, fuis… ! Fuis ! … Fuis !
Attrapez-le… gardes !
Il
s’enfuit ! ! !

DOCTEURS, MÉDECINS ET SAVANTS

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche