Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 20:00

ANARCOÏDE

 

Version française – ANARCOÏDE – Marco Valdo M.I. – 2017

Chanson italienne – AnarcoideLitfiba – 2012

 

 

Voici, Lucien l’âne, à part le titre, un texte que je qualifierai volontiers de classique.
 
À part le titre ? Et puis, texte classique ?, Marco Valdo M.I. mon ami, tu m’inquiètes ; tu commences à parler comme un professeur. Je dis tout de suite – avant que tu ne te récrimines et que tu ne m’accuses d’analphabétisme ou de je ne sais quoi – que je n’ai rien contre le rôle de professeur et même que je le trouve utile, mais parfois, les professeurs peuvent être bien ennuyeux avec leurs discours.
 
Dis tout de suite que je t’ennuie, Lucien l’âne mon ami. Ce sera plus simple et plus direct et en prime, je ne te dirai plus rien.
 
Ho, Marco Valdo M.I. mon ami, ne prends pas la mouche ainsi et réponds plutôt à mes questions. Par exemple, que veut dire ce titre, que veut-il dire exactement. C’est quand même un mot bizarre que ce mot « anarcoïde », on dirait un alcaloïde anar.
 
Eh bien, soit, Lucien mon ami, je m’en vais te répondre de façon détaillée et forcément, un peu didactique. D’abord, je te félicite, car tu n’es pas loin de la réponse exacte avec ton « alcaloïde anar » ; ce serait même une façon cocasse de faire de l’étymologie brute. Une étymologie brute, comme on parle d’art brut. On pourrait imaginer qu’il serait aussi une sorte de mot provenant du grec ancien où l’on trouvait pour Atrée toute une descendance d’Atrides et là, un anarcoïde (le tréma s’impose en français pour éviter que le « o » suivi de « i » ne soit prononcé « wa ») serait donc un descendant d’« anarco » ou une sorte d’anarchiste héréditaire.
 
En effet, un tel personnage est tout à fait plausible et j’en connais même beaucoup du genre, dit Lucien l’âne en riant. Cependant, ce n’est pas une règle absolue. On naît anarchiste, après, c’est un choix : on le reste ou on se laisse prendre aux sirènes de l’autorité. Comprenons-nous bien : quand je dis qu’on naît anarchiste, c’est qu’au moment où on naît, il n’y a pour le nouveau-né ni Dieu, ni maître. Ce n’est que plus tard qu’il les découvre et qu’il accepte ou refuse qu’on les lui impose.
 
Lucien l’âne mon ami, tu dis là des choses essentielles et bien profondes. Et puis, des choses très belles : « Pour le nouveau-né, il n’y a ni Dieu, ni maître » ; autrement dit, « Au commencement, il n’y a ni Dieu, ni maître ». Bien entendu, si au commencement de la vie, il n’y a ni Dieu, ni maître, cela implique qu’il faut les inventer, les créer et les imposer, car fondamentalement, il n’y a aucune raison qu’ils existent, sauf à y trouver une utilité et cette utilité, c’est l’affirmation et l’instauration du pouvoir. Ainsi commence la Guerre de Cent Mille Ans  que les puissants et les riches font aux pauvres. J’en viens au terme « anarcoïde », tel qu’il doit être compris ici. On dit que spécialement en italien, on distingue « anarchico » qu’on dit en français :« anarchiste » d’ « anarcoïde » qu’on dit en français « libertaire ». C’est évidemment une nuance qu’on ressent très bien, mais qu’il est difficile et délicat de préciser. Pour exposer la chose sur un plan logique ou du point de vue de la théorie des ensembles, on peut dire que tous les anarchistes sont censément libertaires, mais que tous les libertaires ne sont pas nécessairement anarchistes ; autrement dit : l’ensemble des libertaires inclut l’ensemble des anarchistes, mais que l’ensemble des anarchistes ne comprend qu’une partie de l’ensemble des libertaires. Une autre façon de voir est de dire que si on situe ces deux mots très proches sur un axe pouvoir – liberté, l’anarchiste se définit contre le pouvoir et que le libertaire insiste plus sur l’aspect liberté.
 
Étant nettement entendu, précise Lucien l’âne en riant à belle gorge, que ces caractères sont relatifs l’un à l’autre et que le mélange des deux est instable et fluctuant.
 
Oui, reprend Marco Valdo M.I., dit ainsi, c’est plus nuancé et plus proche de la réalité. Et, maintenant, quand on se reporte à la chanson, on s’aperçoit qu’en effet, l’ « anarcoïde » qui en est le personnage principal, celui qui la chante se définit lui-même plus comme libertaire que comme « anarchiste ».
 
Moi, en finale, ce que j’aime le plus, c’est le « Ni Dieu, ni maître ».
 
Je dois t’avouer que pour moi aussi, c’est l’essentiel et j’ajoute un aveu complémentaire du « traducteur », c’est que j’ai ajouté tout à la fin, à ce ni Dieu, ni maîtres… un « ni prêtres », qui faisait si bien la rime et pas seulement, car tous nos amis italiens se plaignent de cette incessante présence des prêtres, curés, prélats de tous rangs, papes et autres nonnettes « à la télé » et bien sûr, dans la presse, dans les écoles et dans les rues… Ils y en a partout et ils mettent leur longs nez jusque dans les affaires intimes des gens.
 
Oui, je les entends aussi ces récriminations de nos amis et ils ajoutent souvent que l’Italie est une véritable Katolikistan. Voyons cette canzone « anarcoïdale » et reprenons notre tâche qui est de tisser le linceul de ce vieux monde autoritaire, dominateur, responsable, religiolâtre et cacochyme.
 
Heureusement !
 
Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane
 
 
 
Je suis d’une autre pâte que les gens qui s’abaissent ;
Je veux autre chose que les distractions de masse ;
J’emploie ma tête, je suis un casse-couilles ;
Je suis hors système.
 
Je suis d’une autre pâte que les patrons de la guerre ;
Je suis pacifiste jamais masochiste, je n’use pas de la violence ;
Je suis autre et je ne suis pas un militaire ;
Je suis libertaire, je suis ma voie.
 
Je veux de l’énergie, je veux de l’énergie
Hors des jeux de l’hypocrisie ;
Je veux de l’énergie,
De l’énergie pure contre toute forme de tyrannie.
 
Non l’État n’est pas une entreprise,
L’État est chaque citadin qui pense.
Je veux de l’énergie, je veux de l’énergie
Contre toute forme de lobotomie
 
2+2 fera toujours 4, mais 3 ou 5 en option.
Les mathématiques sont une opinion
Et la réalité est une illusion.
Je suis
un anarcoïde, je suis un casse-couilles ;
Je suis libertaire, je suis ma voie.
 
Je veux de l’énergie, je veux de l’énergie
Hors des jeux de l’hypocrisie ;
Je veux de l’énergie,
De l’énergie pure contre toute forme de tyrannie.
 
Non l’État n’est pas une entreprise,
L’État est chaque citadin qui pense.
Je veux de l’énergie,
je veux de l’énergie
Contre toute forme de lobotomie.
 
Je suis énergie, je suis énergie
Hors des jeux de l’apathie ;
Je suis énergie, pure énergie,
Je veux l’idée, pas de l’idéologie.
Je crois au cerveau, je crois au respect,
Je ne crois pas à ce monde parfait.
 
Nous sommes énergie,
Énergie pure
Hors des jeux de l’hypocrisie
À la télé, ni Dieu, ni maîtres,
Ni politiciens, ni prêtres.
ANARCOÏDE

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

Recherche