Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 avril 2016 2 19 /04 /avril /2016 15:57

TRANSPORT

 

Version française – TRANSPORT – Marco Valdo M.I. – 2016

Chanson allemande – Transport – Manfred Greiffenhagen – 1944

Composépendant son séjour à Theresienstadt,

Texte de Manfred Greiffenhagen.

 

 

 

 

Theresienstadt-Auschwitz

 

 

 

Manfred Greiffenhagen (1896-1945)carbarettiste berlinois, juif allemand, comme la majorité des Juifs prisonniers à Theresienstadt (dont environ 145.000 sont morts : 35.000 sur place et 90.000 en divers camps d’extermination), fut transféré à Auschwitz par un des derniers « transport ». Il mourut – assassiné – au camp de Dachau en janvier 1945.

 

 

 


Après un dur affrontement avec les éléments
L’esprit humain a remporté une fière victoire.
En reliant les continents
On n’a pas seulement aboli les distances.
On a confronté les forces par la concurrence
On exporte et on voyage d’un pays à l’autre,
Et n’ont pas seulement fleuri les affaires, 
On se rapproche et on se congratule.
Transport, transport
De port à port,
Les véhicules, se déplacent sans arrêt,
Sans répit, de l’ouest à l’est,
Du sud au nord.
Transport.

 

Le monde brûle, flambent les flammes,
La Terre s’éclaire d’une lueur macabre,
Craquant, elle s’effondre dans la fumée et les braises,
La Terre dont l’homme a fait son monde.
À quoi donc peut servir à la paix,
Maintenant qu’on consacre la force à la destruction,
À la lutte de vitesse entre les hommes et les machines
La guerre engendre plus de transport encore.
Transport, transport
Sur de longues distances,
Les wagons roulent, tonnent et portent
Des armées par millions d’une mer à l’autre,
Performance record !
Transport.


Combien de fois, on a eu le mot à la bouche.
Combien on l’a évoqué avec inconscience,
Jusqu’à ce que pour tous, l’heure grave venue
Nous saisissions là son vrai sens .
On roule les couvertures, quelques baisers de départ,
Une poignée de main rapide, un dernier regard,
Un train prêt à partir attend dans le petit jour,
Et des rails vides attendent notre retour.
Connais-tu le mot, transport ? Transport ?
Connais-tu les wagons, écoute, une voix se plaint.
Tu comprends subitement, on siffle la fin,
Et ils sont loin.
Transport.

 

Mais nous reste, nous reste jusqu’à la mort,
Le goût de vivre chevillé au corps.
Tout est alors pour nous épisode,
Et alors, alors la guerre finira.
Nous ne cherchons ni victoire ni défaite,
Nous demandons seulement, quand chez nous, on rentrera ?
Nous les Juifs, nous voulons la paix quotidienne
Et un modeste bonheur nous suffira.
Transport, transport
Sonne alors immédiatement !
Frères et sœurs, on reverra
À nouveau réunis, riant et pleurant
Se tombent dans les bras.
Transport ! !

 

 

TRANSPORT

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche