Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2016 3 13 /04 /avril /2016 21:58

DANSE MACABRE 1916

 

Version française – DANSE MACABRE 1916 – Marco Valdo M.I. – 2016

Chanson allemande – Totentanz 1916 – Hugo Ball

 

 

 

 

 

 

 

Comme certainement tu le sais, Lucien l’âne mon ami, les danses macabres, qui sont les danses des morts, traversent l’histoire d’aussi longtemps qu’on s’en souvienne. Et peut-être même en as-tu déjà vues ?

 

 

J’en ai vu énormément en peinture et en gravure ; il y a même peut-être des sculptures, mais je n’en ai pas rencontrées. Si j’ai bien compris leur usage, elles servaient souvent à conjurer les destins effroyables et infernaux ou à les représenter pour impressionner les vivants.Mais n'avais-tu pas déjà établi une version française d'une Totentanz ?

 

 

C’est bien cela. Il s'agissait de la Danse Macabre en Flandre , postérieure d'un an à celle-ci. J’ajouterais cependant que les danses macabres ont quelquefois pris la forme de chanson. Et c’est le cas de celle qui nous échoit d’aujourd’hui. La particularité, c’est qu’il s’agit d’une danse macabre, d’une danse de morts, d’une danse des morts contemporaine de l’auteur ; elle est datée de 1916 , il y a tout juste une centaine d’années. 1916, note bien l’année ; on se massacrait à qui mieux mieux dans la Marne, la Somme, l’Aisne, sur l’Yser et dans plein d’autres endroits d’Europe.

 

 

Je vois. Mais au fait, Marco Valdo M.I. mon ami, qui est cet auteur contemporain de sa chanson ?

 

 

Elle est l’œuvre, cette danse macabre moderne, d’un poète dadaïste, un des fondateurs du mouvement Dada. Il s’agit d’Hugo Ball, poète, romancier de langue allemande, né en 1886 dans la Rhénanie-Palatinat pas loin des frontières suisse et française. En 1915, il s’exile clandestinement en Suisse pour éviter son incorporation. En février 1916, il fonde à Zurich avec Huelsenbeck, Tzara, Arp et d’autres un mouvement artistique antinationaliste, antimilitariste et révolutionnaire : le mouvement Dada.

 

 

Et que raconte cette canzone, car de cela, tu ne m’as encore rien dit ?

 

 

Eh bien, Lucien l’âne mon ami, cette Totentanz 1916 est une chanson assez ironique, assez persifleuse que j’intitulerais plus volontiers : « Chanson macabre », « Chanson des morts », car ce sont eux qui, en quelque sorte, chantent leurs louanges à la mort et à l’Empereur (d’Allemagne) qui la leur a si généreusement offerte. Ils chantent ces morts du fond de leur tombe où ils attendent confortablement installés et tranquilles que l’Empereur vienne ressusciter leurs corps. Dès lors, tu imagines bien que ces morts ne sont pas ces quelques danseurs maigrichons que l’on voit sur les gravures ou les tableaux plus anciens, mais ces millions de cadavres qui parsèment les champs, les bois et les vallées d’Europe.

 

 

Découvrons cette étrange mélopée macabre et reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde toujours parsemé de cadavres et cacochyme.

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

Ainsi nous mourons, ainsi nous mourons.
Et tous les jours, nous mourons,
Car se laisser mourir est si confortable.
Le matin encore dans le sommeil et le rêve
À midi là-bas.
Le soir au fond de la tombe déjà.

 

La bataille est notre maison close.
Notre soleil est de sang.
La mort est notre voie et notre mot d’ordre.
Nous quittons femme et enfant – 
Que peut nous importer ?
Quand on vient justement de se quitter.

 

Ainsi nous assassinons, ainsi nous assassinons.
Tous les jours, nous assassinons 
Nos camarades de danse macabre.
Mets-toi devant moi, mon frère,
Avance ta poitrine, mon frère
C’est toi qui dois tomber et mourir, mon frère.

 

Nous ronchonnons peu, nous grognons moins,
Nous nous taisons tout le jour,
Jusqu’à ce que l’iliaque fasse demi-tour. 
Dur, notre lit de camp
Sec, notre pain.
Le cher Dieu, sanglant et salissant.

 

Nous te remercions, nous te remercions,
Empereur, de ta faveur pleine d’affection,
De nous désigner pour la mort .
Dors seulement, dors doux et calme,
Jusqu’à ce que tu ressuscites encore,
Notre pauvre corps que l’herbe recouvre.

 

 

 

 
 DANSE MACABRE 1916

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires