Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 mars 2016 2 01 /03 /mars /2016 22:48

LA BOMBE INTELLIGENTE

Version française – LA BOMBE INTELLIGENTE – Marco Valdo M.I. – 2016

Chanson italienne – Bomba intelligente – Elio e le Storie Tese – 2016

Paroles de Francesco di Giacomo (2005)
Musique de Paolo Sentinelli

 

 


Les amours de la femme-poisson rose, alias

 la Bombe intelligente.

 

 

 

 

« C’était 2005 le souvenir reste comme si c’était hier, en plein dans la deuxième guerre du Golfe. Bagdad avait été frappée plusieurs fois et une bombe dite intelligente avait manqué sa cible. Ali avait 14 ans, il perdit ses bras et à Bagdad, il y avait le soleil qui brûlait vraiment très fort. Je me le rappelle comme si c’était hier, face à cette nouvelle qui nous remplissait de rage. Ensuite Francesco commença à raconter une histoire, il ouvrit son cœuril alignait des phrases très belles que jécrivais en toute hâte sur une feuille de papier, l’arrière d’une quittance d’électricité, trouvée sur la table de la cuisine. « En soutenant, avec la force de la raison, qui une bombe puisse être très intelligente, on pourrait lui demander peu avant l’explosion la description d’un coucher de soleil ou si elle a déjà ou non fait l’amour ». « Continue Francè, c’est beau ». Oui, c’est beau.

« À ce 
moment, cette bombe très intelligente parlerait, elle dirait avec le cœur en main, elle raconterait son amour qui était un avion mythique qui disait le monde est étrange, peut-être vaut-il mieux rester à l’écart, mon amour. Ah ! Ce séducteur me portait contre le vent, ah ! qui aurait dit qu’ensuite, il me larguerait ici. » Avec la feuille pleine d’encre et de notes, je rentrai chez moi et imaginant raconter cette histoire à un enfant, je composai une musique légère, presque une comptine. C’était le premier morceau que nous écrivions ensemble. Depuis nous avons commencé à nous voir plus souvent jusqu’à ce que ça devienne une agréable habitude. Il racontait, je prenais note, je rentrais chez moi, et j’en faisais des chansons. Durant ces dix ans, il a écrit des choses merveilleuses, sa créativité ne s’était pas du tout tarie, au contraire, elle était viveElles sont  dans un tiroir, chantées, jouées, et il n’est pas facile rassembler la force pour les publier. Pour nous, ça n’avait aps d’importanceça ne nous intéressait pas, on échangeait des pensées, des émotions, de la créativité, et le vin n’était jamais banal. C’était 2005, je m’en souviens comme si c’était hier chez Francesco. Je rapportai la quittance avec le texte écrit au verso, la lumière ne fut pas débranchée, et avec un microphone d’un portable, nous avons enregistré la voix à la cuisine, entre une gousse d’ail et une aubergine, comme en passantUne histoire à faire frémir un ingénieur du son. 
...

Aujourd’hui cette chanson est publiée par Elio e Le Storie Tese ... La première écrite avec Francesco, la première à être publiée ».

 

En Italie, les premiers à traduire l’idée en musique ont été les Bisca, avec un morceau appelé précisément Lbomba intelligente . Dans leur version, la bombe intelligente s’appelait Carmela et elle tombait amoureux éperdument de Ciruzzo, un vieux surplus de guerre. Le bruit de la bombe qui tombe est en réalité un échantillon de l’avion de Back in the U.S.S.R.‎ des Beatles. (marok)

 

 

Dialogue maïeutique de l’âne

 

 

Les bombes intelligentes, dit Lucien l’âne, en voilà une idée. Ce doit être une idée de militaire ou alors, d’un savant amoureux fou d’une sirène atomique.

 

 

Tu ne crois pas si bien dire, Lucien l’âne mon ami, c’est exactement de ça que parle la chanson. Enfin, plus ou moins. Je ne dirai rien d’autre de sa genèse, car nos amis italiens l’ont déjà fait dans le commentaire introductif que j’ai traduit (en partie). Mais je vais te dire quelques mots de l’illustration, car elle en vaut la peine. À première vue, elle n’a aucun rapport avec la bombe intelligente dont il paraît qu’il en existe vraiment et même beaucoup, mais elles sont équipées d’une intelligence militaire, toute tournée vers la destruction et l’art de la guerre. Ces bombes intelligentes en uniforme sont des êtres spécialement conçus pour la Guerre de Cent Mille Ans , cette guerre que les riches font aux pauvres depuis tant de temps aux seules fins de renforcer leur pouvoir, d’étendre leur domination, d’accroître leurs richesses, de multiplier leurs profits… Il suffit d’ouvrir les yeux pour s’en apercevoir.

 

 

Certes, dit Lucien l’âne, mais il n’est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir.

 

 

À propos de voir, revenons à notre illustration. À quoi donc fait-elle penser ?

 

 

Oh !, dit Lucien l’âne en riant de toutes ses dents et en clignant de l’œil gauche. On dirait des femmes-poissons qui vont s’enlacer. On dirait une parade amoureuse au fond de l’océan.

 

 

Et c’est exactement ça. Deux femmes-poissons se cajolent au fond de la mer, ce qui est sans doute le destin de notre « bombe intelligente » :

« Ah, l’amour est silencieux là sur le fond, 
Ah, quel grand jour quand l’amour la fit poisson ! », chante la chanson.

Ceci dit, il y a diverses interprétations possibles de cette expression « bombe intelligente », qui m’a tout l’air d’un oxymore à plus d’un titre. Suis bien mon explication. Le premier sens, c’est celui que les militaires ont donné à une bombe qui, grâce à un système de guidage se dirige « seule » vers son objectif, comme si elle pensait réellement et c’est d’elle que parle la chanson. Toutefois, dans la chanson, cette bombe va user de son intelligence pour se mettre à penser, comme les créatures des frères Čapek ou plus tard, d’Asimov – les robots, et à agir à l’encontre de la mission de destruction qui lui était assignée. Sa récompense sera, sans doute par la grâce de Poséidon, de devenir une femme-poisson promise à l’amour marin.

 

 

Ah, l’amour marin, c’est le plus tonique, dit Lucien l’âne radieux, et j’ai connu personnellement un certain nombre de ces dames depuis que je baguenaude autour de la Méditerranée. Généralement, on les nomme des sirènes ; ce sont de braves filles aux amours humaines et pas seulement, comme tu le devines. Ulysse lui-même les avait rencontrées.

 

 

Cependant, Lucien l’âne mon ami, il est une autre interprétation qui m’est venue en tête. Depuis peu de temps, les humains, principalement les mâles, dénomment « bombes », les jeunes personnes : jeunes femmes, jeunes filles aux proportions anatomiques percutantes. Quant à l’intelligence, on ne sait trop ce qu’il en est, car c’est une caractéristique qui échappe généralement à l’entendement de ces messieurs.

 

 

Ah !, dit Lucien l’âne, c’est une interprétation indiscutable, mais elle ne colle pas vraiment avec la chanson. Ceci dit, que voulais-tu dire encore à propos de l’illustration ?

 

 

Je voulais indiquer qu’il s’agit d’un dessin connu du peintre Magritte, dessin qui doit dater de 1924 et selon les habitudes héritées des courants dada, expressionniste, surréaliste et plus tardivement, situationniste, ce dessin – comme beaucoup d’autres illustrations dont j’use pour ces chansons que j’écris ou dont je fais une version française – est une variation, une dérivée, une dérive, un détournement. C’est et c’est pas (’tis or ’tis not) un dessin, une image, une peinture de tel ou tel autre. Ceci rejoint bien évidemment le « je est un autre et inversement », de l’autre jour.

 

 

De toute façon, Marco Valdo M.I. mon ami, dit Lucien l’âne en agitant les oreilles alternativement en commençant par la gauche, en formant des points d’interrogation sur le dessus de son crâne, n’est-ce pas Magritte lui-même qui avait fait cette peinture représentant une pipe en indiquant sur la toile : « Ceci n’est pas une pipe ».

 

 

Bien sûr que c’est lui…

 

 

Alors…, dit Lucien l’âne en levant les yeux au ciel comme pour chercher son fantôme dans les nuages. Alors, poursuivons notre route et reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde explosif, létal, poissonneux et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane.

 

 


Si l’on peut soutenir, par la force de la raison,
Qu’une bombe peut être très intelligente,
On peut aussi lui demander juste avant qu’elle n’explose
La description d’un crépuscule
Ou si elle a déjà fait l’amour, oui ou non.


À ce moment, cette bombe pleine d’intelligence
Parlerait, elle dirait les yeux dans les yeux,
Son fol amour pour un avion fabuleux
Qui lui serinait « Le monde est étrange,
Tenons-nous à l’écart, mon amour, ça vaut mieux. »

Ah ce séducteur, il m’emmenait dans le vent,
Ah qui aurait dit qu’il me larguerait maintenant ?


En séduisant le mécanisme de guidage, 
Elle se montra une bombe très intelligente, 
D’un geste exceptionnel, elle mobilisa toute sa force
Et se jetant dans la mer, elle sauva tout le monde.

Ce criminel qui l’emmenait dans le vent,
Ah mais quel amour ? Quel amour là-dedans ?

Entretemps passent les saisons ; et les factions 
Rédigent des accords et des conclusions 
Sans tenir compte, ni prévoir d’éventuels amours… d’exception.


Ah, l’amour est silencieux là sur le fond, 
Ah, quel grand jour quand l’amour la fit poisson !

 


Si l’on peut soutenir, par la force de la raison,
Qu’une bombe peut être très intelligente,
On peut aussi lui demander juste avant qu’elle n’explose
La description d’un crépuscule
Ou si elle a déjà fait l’amour, oui ou non.

LA BOMBE INTELLIGENTE

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires