Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 10:53

LE ROCHER ET LA VAGUE

 

Version en langue française – LE ROCHER ET LA VAGUE – Marco Valdo M.I. – 2015

d'après la version italienne de Gian Piero Testa

 

 

 

 

 

« Zeus rend fous ceux qu'il veut perdre »… Ceci s'adresse principalement aux zélateurs du rêve d'Otto (von Bismarck), eux qui par deux fois déjà...

 

Le blanc et le bleu de la mer qui, dans le dernier vers, font allusion au drapeau grec, qualifient comme patriotique cette chanson que, selon stixoi.info, le groupe Amelopìita a mise en musique : mais de cette musique, je n'ai pas jusqu'à présent trouvé trace. En ce qui concerne le texte, la musique est toute autre. Il fut écrit en 1863, pour être ensuite publié cinq ans après et est, je crois,  dans toutes les anthologies des lycéens grecs.


À première vue, le rocher vidé dans son intérieur par l'activité obstinée et patiente de la vague blanc azur semble interprétable comme la Turcocratie. Mais la date de l'écriture – et même le fait que le poète laissait des commentaires à ses œuvres pour en faciliter la compréhension et les contextualisation - nous porte à la veille de deux événements heureux de l'histoire néogrecque : la chute, dans la mère patrie, de l'antipathique monarchie bavaroise, déjà attaquée vingt ans avant par un mouvement militaire et populaire qui la força à concéder la Constitution, et le retour (retour ?) des Sept Îles ioniennes au sein d'un État grec.

 

Des débuts du XIII siècle, les sept îles avaient été vénitiennes, françaises, russes et enfin britanniques, mais jamais, même pas pour un jour, turques. Le poète semble nous dire que, comme c'était arrivé dans la révolte de 1921, le mérite de leurs libérations ne va pas seulement aux glorieuses bouffées, il va même et surtout au travail incessant de celui qui ne perd jamais de vue l'objectif et agit de toute façon, dans les conditions qui s'offrent, pour miner le système qui opprime. Un travail qui peut durer des générations, mais qu'il fêle, consume, vide le système, jusqu'à ce que un jour de gloire arrive et le précipite dans la grande mer de l'histoire.


Dans le texte, il est clair qu'on parle de patrie.
Mais la règle vaut pour toutes les oppressions. Le linceul du vieux monde, en somme, doit être tissé ; et celui qui tisse, le fait avec l' habileté et la constance nécessaires. 
Ainsi parlerait-il même Marco Valdo, n'est-ce pas ? (gpt)

 

 

 

 

Je n'imaginais pas quand j'avais mis de côté (en vue d'en faire une version en langue française) cette chanson grecque dans sa traduction italienne de Gian Piero Testa, je n'imaginais pas que je ne pourrais lui faire connaître ma version, ni même que ce qui était annoncé ici depuis longtemps, à savoir : « REGARDEZ CE QU'ILS FONT AUX GRECS, ILS VOUS LE FERONT DEMAIN » [[41045]] allait prendre la tournure dérisoire que l'on sait. En clair, c'est toujours la même Guerre de Cent Mille Ans [[7951]] qui se poursuit. Les riches (ici, certainement très internationaux) avec une constance effroyable agissent pour écraser toujours un peu plus les pauvres – de quelque nationalité ou lieu qu'ils soient (L'Afrique et l'Amérique latine en savent quelque chose...). On dira ici à la manière de Jean Meslier, que pour mettre fin à cette guerre ignoble, il faut (et il suffirait) de mettre fin à la richesse et aux riches. 
Quant à ce qui se passe actuellement entre la Grèce et l'Europe berlinoise, fille du grand rêve d'Otto, on ne peut que regarder avec consternation cette pantalonnade. Les premiers à subir ce régime et ces façons de faire [[45026]] furent d’ailleurs les Allemands eux-mêmes, ceux qui étaient pauvres, évidemment . La Grèce et l'Europe valent mieux que ça, valent mieux que ces comptes de boutiquiers qu'infligent les comptables internationaux. La Grèce est malade, soit. Première règle, on ne tire pas sur une ambulance. Deuxième règle, on essaye de comprendre la maladie, d'en trouver l'origine et de voir que depuis des temps et des temps, chaque fois que la Grèce a voulu mettre la tête hors de l'eau, chaque fois qu'elle aurait pu, qu'elle a montré la volonté de vivre autrement, on l'a repoussée dans le chaos. La Grèce est très malade, certes ; l'Europe ne va pas mieux. On verra ce qu'il en sera demain… ou après-demain. Cela dit, la chanson dit tout autre chose, elle raconte le lent travail de la vague (grecque) qui finit – patience, patience – par submerger le rocher. C'est une chanson de résistance – Ora e sempre : Resistenza ! [[39124]]

 

 

Et puis, dit Lucien Lane, moi, dont tu connais les lointaines origines grecques, je ressens très mal ce qui se passe et je goûte particulièrement le côté oraculaire de cette chanson et cette fin :

 

« La mer et se referme. À présent, il ne reste,
Là où fut le fantôme, rien, excepté l'onde
Et sur la tombe, joue la vague blanche et bleue. »

 

D'autre part, je trouve paradoxal que ce soit à ceux qui essayent de sortir la Grèce du merdier  (en clair, l'actuel gouvernement grec) où d'autres l'ont fourrée, de remettre le malade sur pied, que ce soit à ceux-là que l'on fait reproche de la maladie et qu'on réclame d'assumer les erreurs (appelons cela ainsi) des prédécesseurs. Un peu comme si on demandait à la victime de rembourser les sommes dérobées par les voleurs. On vit dans l'aberration la plus étonnante. On ne peut quand même pas asphyxier les gens et exiger en même temps d'eux qu'ils fassent un marathon. Je te rappelle que j'avais appris dans mes temps anciens que « Zeus rend fous ceux qu'il veut perdre »… Ceci s'adresse principalement aux zélateurs du rêve d'Otto (von Bismarck), eux qui par deux fois déjà, ont obstinément refusé de payer les factures de leurs débordements – chiffrés, je te le rappelle au cas où on ferait semblant de l'oublier, en milliards de monnaie et en millions de morts.

Quant à nous, tels d'humbles canuts, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde débile, gâteux, immonde et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

LE ROCHER ET LA VAGUE

« Fais place, rocher, que je passe! », dit

Au rocher, sûre d'elle, la vague trouble et sombre.
Fais place, dans ma poitrine déjà froide et morte,

Vent noir et tempête sombre ont fait leur nid.

Je n'ai pour armes l'écume, ni le grondement sourd de la bourrasque,
J'ai un fleuve de sang, et me met en furie la calomnie.
Des gens maintenant fatigués, des gens qui ont dit,
Rocher tu tomberas, est arrivée ton heure terrifique !


Quand j'arrivais lente, humble et docile,
Je te léchais et je te lavais les pieds telle l'esclave,
Hautain, tu me regardais et tu appelais le monde
Pour voir le mépris dont pâtissait mon écume.


Et par contre en douce, moi qui t'embrassais,
Jour et nuit, je mordais tes chairs, je creusais
Et la blessure que je t'ouvrais, le sillon que je te faisais
Je le cachais d'algues, je le couvrais de sable.


Baisse-toi et sous la mer, regarde ta racine là au fond:
J'ai rongé ta base, j'ai fait de toi un caillou vide.
Fais place, rocher, que je passe ! Le pied de l'esclave
Écrasera ton cou… Je suis d'attaque et pareille au lion ! »

Le rocher dormait. Caché dans les brumes,
Il paraît impassible, mort, enveloppé dans un suaire.
Lui envoie une lumière au front, sillonné de rides,
Le faible rayon d'une lune exsangue,

 

Volettent alentour des rêves et des jurements
Et voguent des spectres dans le vent tourbillonnant,
Comme battent l'air les oiseaux à coups d'ailes
Quand ils sentent d'un mort la puanteur abominable.


Le mugissement de la vague, la menace crue
Ce grondement terrible mille fois le rocher 
Dans l'air l'avait entendu sans s'éveiller, 
Mais ce jour, il tremble et frissonne.

 

« Vague, que veux-tu de moi et pour qui sont ces menaces ?
Qui es-tu qui t'avances sur moi sans façons

Et ne penses pas à réjouir mon sommeil de tes chansons,
À me laver les talons de tes eaux fraîches,


Mais devant moi, ceinte d'écume, joue la terreur ?
Qui que tu sois, sache-le, je ne suis pas facile à tuer ! »
« Rocher, mon nom est Vengeance. Le temps m'a imprégnée
De bile et de colère. Je fus élève de la douleur. 

J'étais un ruisseau de pleur un temps, mais maintenant, vois-moi ,
Je suis une vaste mer à présent, à mes pieds prosterne-toi.
Ici dans mes viscères, tu le vois, je n'ai pas d'algue cachée,
Je sauve un nuage d'âmes abandonnées et condamnées.

Réveille-toi maintenant, les âmes de mon Adès te veulent…
De moi tu fis un cercueil… de corps, tu m'as remplie…
À des rivages inconnus, je fus poussée par toi… Mon agonie
Beaucoup la moquèrent et à mes chances


Leur poison vint en feinte délicatesse.
Fais place, rocher, que je passe, le calme plat est fini.
Je suis tourbillon, indomptable ennemi,
Comme un géant, face à toi, je me dresse ! » 

Le rocher reste muet. Dans sa fureur, la vague
D'un coup, enveloppe son corps vide.
Il se perd dans l'abîme, s'effrite, s'efface,
Fond, comme au soleil, la neige.

 

Au-dessus de lui mugit encore un peu furieuse
La mer et se referme. À présent, il ne reste,
Là où fut le fantôme, rien, excepté l'onde
Et sur la tombe, joue la vague blanche et bleue.

 

 

 

 
 LE ROCHER ET LA VAGUE

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche