Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2015 5 16 /01 /janvier /2015 21:44

La Chanson de Dachau

 

 

Version française – La Chanson de Dachau – Marco Valdo M.I. – 2015

Chanson allemande – Dachaulied – Jura Soyfer – 1938

Texte : Jura Soyfer
Musique : Herbert Zipper

 

 

 

« Arbeit macht frei », c'est vraiment du foutage de gueule...

 

 

 

 

Je ne souhaite pas faire de longs commentaires ; je voudrais seulement rapprocher cette chanson de la suite de 24 chansons que comporte Dachau Express, qui raconte à son tour – de façon plus ample et plus détaillée – la vie dans le camp de concentration quelques années plus tard, telle qu'elle fut rapportée par un prisonnier italien antifasciste, Joseph Porcu.

Marco Valdo M.I.


Herbert Zipper raconte en 1988 à l'« Österreichischen Musikzeitschrift » comment nacquit cette chanson : 
« En août 1938, dans le camp de concentration de Dachau, pendant une semaine entière, Jura Soyfer et moi, on dut charger une brouette de sacs de ciment, qui avaient été empilés à l'extérieur du camp de concentration. Ensuite, nous devions conduire la brouette dans le lager et la décharger. Donc, nous avons passé la porte d'entrée du camp de concentration jusqu'à trente fois par jour. Un jour – c'était, je crois, le troisième ou quatrième jour, je dis à Jura, qui faisait le même travail : « Tu sais, cet écrit au-dessus de la porte, « Arbeit macht frei », c'est vraiment du foutage de gueule. Nous devons vite faire une chanson de résistance, pour donner un peu de courage à nos camarades de captivité. » Et Jura répondit : « Oui, je crois, j'y ai déjà un peu travaillé. »

 

« Trois jours après – alors nous devions travailler dans une carrière de gravier, où nous étions plongés dans l'eau jusqu'au ventre, Jura vint près de moi et dit qu'il était déjà prêt, et il me récita le texte, vu qu'on ne pouvait naturellement pas le transcrire. Si quelqu'un avait trouvé avec un texte du genre, il aurait été condamné à mort ou bien de toute manière, il aurait passé un très vilain quart d'heure. Et ainsi moi aussi, j'ai appris le texte par cœur. »

Jura Soyfer récita le texte aux camarades de captivité deux ou trois fois ; ensuite, Zipper put commencer à le mettre en musique. Zipper était habitué à composer de tête. Dans un camp de concentration, c'était un avantage, vu qu'on ne pouvait rien transcrire – chose à laquelle, du reste, on ne se serait pas fié.

La « Chanson de Dachau » est une marche, dans laquelle les prisonniers se donnent du courage mutuellement. « Ce devait être ainsi de sorte que les trois premières strophes décrivent seulement l’ambiance, les faits et les sentiments, sans nommer vraiment les tortures, et qu'on frappait et on pendait. Ceci nous ne le voulions pas, aucun des deux. Non, dans toutes les œuvres d'art, c'est certainement plus fort, lorsque il s'agit de la bestialité humaine, de ne pas montrer la violence en soi, mais la faire naître dans l'imagination de l'auditeur, puisque l'imagination est toujours plus forte de la réalité. 
De ceci nous en avons discuté, bien que ce devait être une chanson de lutte. Déjà dans le premier vers, « Barbelés, chargés de mort, », on dévoile la situation. Ou bien « Avec devant nous, la bouche des fusils / Jour et nuit, nous vivons.». Ce sont des allusions qui décrivent vraiment l'atmosphère, mais pas la violence-même. Nous disons seulement « Traîne la pierre et tire le train », qui est ce que nous faisions vraiment, mais ne mentionnons pas les faits horribles. »

Herbert Zipper se rappelle même comment deux guitaristes et un violoniste apprirent la chanson dans le camp de concentration, et comment elle fut répandue. « Je sais encore que j'ai ruminé deux-trois jours, à propos de ce que je devais faire ; ensuite, je suis tombé sur un excellent violoniste, qui était kapò, et qui s'est déclaré vite prêt à apprendre la chanson. Jura connaissait un des guitaristes, et j'ai travaillé avec l'autre. Un soir, j'ai fait les essais avec le violoniste. Nous avions environ une heure et demie de temps avant que la sirène ne sonne. Après, personne ne pouvait plus être debout, autrement il aurait été fusillé immédiatement. Alors je lui ai présenté la chanson, le jour après noul'avons répétée, et ensuite la nous avons chantée tous les trois… »
(D'un article du « Süddeutsche Zeitung » [« Dachauer Neueste »], 4.1.1989, page 2)

 

Le groupe « Die Schmetterlinge » (« les Papillons ») a publié l'album « Verdrängte Jahre », consistant en textes de Jura Soyfer, mis en musique. Ils interprètent aussi la « Chanson de Dachau ».
 

Barbelés, chargés de mort,
Tendus autour de notre monde.
Au-dessus, un ciel impitoyable
Envoie gel et soleil brûlant.
Loin de nous sont toutes les joies
Loin la patrie, loin les femmes,
Quand, muets, nous marchons au travail,
Par milliers dans l'aube grise.


Car la devise de Dachau nous avons appris 
Et nous nous sommes endurcis.
Sois un homme, camarade.
Reste un homme, camarade.
Fais ton travail, trime camarade.
Car le travail, le travail rend libre.


Avec devant nous, la bouche des fusils 
Jour et nuit, nous vivons.
La vie nous a appris
La plus dure des leçons.
Ici, personne ne compte en jours et semaines ;
Certains, même plus en années.
Et tant d'entre nous ont été brisés
Et ont perdu leur visage.

 

Car nous avons appris la devise de Dachau

Enous nous sommes endurcis.

Sois un homme, camarade.
Reste un homme, camarade.

Fais ton travail, trime camarade.
Car le travail, 
le travail rend libre.

 

Traîne la pierre et tire le train

Nulle charge n'est trop lourde pour toi.

Celui que tu étais dans les jours lointains,

Aujourd'hui, n'est plus depuis longtemps déjà.

Enfonce la pelle dans la terre,

Rentre ta pitié profondément à l'intérieur,

Et deviens par ta sueur

Toi-même acier et pierre.


Sonnera une fois la sirène ;
Pour le dernier appel. Dehors,
Où nous nous trouverons alors, 
Tu seras à ta place, camarade.
La liberté nous offrira son clair sourire.
On avancera avec un nouveau courage,
Et le travail que nous ferons,
Ce travail sera bon.

 

 

 

 

La Chanson de Dachau

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche