Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 novembre 2014 2 25 /11 /novembre /2014 23:28

TONIO SCHIAVO

Version française – TONIO SCHIAVO – Marco Valdo M.I. – 2014

Chanson allemande – Tonio Schiavo – Franz-Josef Degenhardt – 1966 

 

 

 

 

Franz-Josef Degenhardt (1970) avec Hannes Wader (à gauche)

 

 

 

 


Cette chanson est dédiée au travailleur immigré italien Tonio Schiavo. Il n'a vécu que peu de temps dans la ville ouest-allemande de Herne.


En 1971, Franz-Josef Degenhardt ajoutait : 


J'ai écrit cette chanson en 1966. C'est une bonne vieille chanson de Degenhardt. Aujourd'hui, en 1971, une dernière strophe manque. Elle devrait dire ainsi : Quand les travailleurs de tous les pays comprendront, qu'ils sont des camarades de classe, ils ne s'insulteront et ne se poignarderont plus mutuellement. Alors, ils dirigeront leurs armes contre leur véritable ennemi. Ce processus de compréhension est en plein développement, il s'étend de Hanoï à San Francisco, de Leipzig au Cap. Et il aboutira très sûrement. Amen.

 

 

C'est l'histoire de Tonio Schiavo
Né rachitique dans le Mezzogiorno
Une femme et huit enfants dont à peine trois vivent
Et deux demi-sœurs dans une pièce
Tonio Schiavo est parti.

Il est parti au loin – au paradis
Quelque part près de Herne en Germanie

 

 

En haut dans la mansarde de l'immeuble
Avec douze camarades du Mezzogiorno
Pour cent marks, loyer et lumière 
Il s’asseyait le soir et buvait son Nero
Parfois cela semblait vu de la lucarne
Bonne étoile ? – le paradisQuelque part près de Herne en Germanie

 

Tonio envoyait son bon argent à la maison

On comptait et on riait au Mezzogiorno

Il bossait et bossait pour dix à cette construction
Ils étaient tous soûls à l'inauguration

Le contremaître l'a traité de salaud

On n'entend pas ça volontiers au paradis
Quelque part près de Herne en Germanie

 

Tonio Schiavo a tiré son couteau
Le couteau à cran d'arrêt venait du Mezzogiorno
Il l'a enfoncé dans le ventre gras du contremaître
Il a coulé beaucoup de sang et de bière 
Ils ont pris Tonio Schiavo à quatre

Il a vu Herne et le paradis
Et ce n'était vraiment plus si loin

 

Telle est la fin de Tonio Schiavo
Né rachitique dans le Mezzogiorno
De plus de septante mètres, on l'a jeté 
Il est tombé sur le pavé et s'est écrasé
Devant dix hommes maigres, lâches et fatigués

Ils venaient tout droit du même pays
Du Mezzogiorno au paradis
Quelque part près de Herne en Germanie

 

 

 

 
TONIO SCHIAVO

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche