Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 septembre 2014 3 24 /09 /septembre /2014 15:08

O GORIZIA, SOIS MAUDITE

 

 

Version française – O GORIZIA, SOIS MAUDITE – Marco Valdo M.I. – 2014

Chanson italienne – O Gorizia, tu sei maledetta – anonimo - 1916

Voir aussi : https://www.youtube.com/watch?v=HbFINI9pxuU

 

 

 

 

Messieurs les officiers traîtres

 

C'est vous qui avez voulu la guerre !

 

Vous les égorgeurs de chair à vendre

Et ruine de la jeunesse.

 

 

 

 

 

 

 

 







 

 

 

 

 

La bataille de Gorizia (9-10 août 1916) coûta, selon des données officielles, la vie à 1.759 officiers et 50.000 soldats environ, du côté italien ; du côté autrichien à 862 officiers et 40.000 soldats environ.
Ce fut un des massacres les plus fous d'une guerre complètement folle.

 

« O GORIZIA, SOIS MAUDITE » est une chanson « dans » la guerre, qui fait toujours fait partie de la tradition anarchiste et antimilitariste.


On dit que celui qui était surpris à chanter cette chanson pendant la guerre était accusé de défaitisme et pouvait être fusillé.

La version originale fut recueillie par Cesare Bermani, à Novare, d'un témoin qui affirma l'avoir entendue des fantassins qui conquirent Gorizia le 10 août 1916.

 

1964 : scandale national au « Festival des Deux Mondes » de Spoleto.


En 1964, elle fut présentée au Festival des Deux Mondes de Spoleto par le Nuovo Canzoniere Italiano dans le spectacle « Bella ciao», en suscitant la colère des bien-pensants. Lorsque Michele L. Straniero et Fausto Amodei commencèrent à chanter « Gorizia », il se produisit des incidents dans la salle ; la droite chercha à empêcher les représentations ; Straniero, Leydi, Crivelli et Bosio furent dénoncés pour outrage aux Forces Armées.


[Michele Straniero], remplaçant pour l'interprétation de O Gorizia tu sei maledetta Sandra Mantovani, victime d'une extinction de voix, chanta en effet une strophe imprévue (Officiertraîtres/qui avez voulu la guerre / égorgeurs de chair à vendre/et ruine de la jeunesse) qui suscita dans la salle la réaction d'un officieet de dames en fourrurestandis que lors des soirées suivantes, le spectacle a été constamment perturbé par des groupes de fascistes. Ce scandale au centre de l'intérêt journalistique pendant plus d'une semaine sera par ailleurs le meilleur lancement pour les Dischi del Sole (Disques du Soleil), qui renforcent ainsi leur présence politico-culturelle dans le pays.
(Cesare Bermani, 
de A - rivista anarchica)

 

« Finalement nous sommes en scène face à une salle comble. Nous commençons à chanter. Silence mortel : tous sont curieux de ces chants, à commencer par Bella Ciao de Giovanna Daffini. À mesure qu'on avance, s'enflent les commentaires, murmurés, parfois même dits à haute voix. À la strophe de Sandra Mantovani « … et dans les stalles nous ne voulons plus mourir… » une voix de femme hurle : « Je possède deux cents âmes et aucune d'elles n'est morte dans les stalles ! ». Suivent une série de « Bouh » du poulailler.

 

Finalement se lève Michele Straniero et entonne Gorizia. À la strophe « Messieurs les officiertraîtres /qui avez voulu la guerre / égorgeurs de chair à vendre/cette guerre nous enseigne à punir » se déchaîne la colère de Dieu. Une voix se lève du parterre : « Hourra les officiers », suivie de choeurs « Hourra l'Italie ». Du poulailler arrive une réponse immédiate et on lance une chaise sur le parterre, pendant qu'on entonne Bandiera Rossa (Drapeau rouge)Du bas, ils répondent avec Facetta Nera (chanson fétiche des fascistes italiens)Bousculades à droite et à gauche. Tout autour, les gens continuent à discuter avec toujours plus d'« animation ». En somme, ils se cognent. »


(récit de Giovanna Marini)


La strophe « Messieurs les officiertraîtres» n'est pas présente dans toutes les versions et a été certainement ajoutée par la suite. À l'origine, elle provient de « O Venezia », sur la mélodie de laquelle, parfaitement adaptable, est parfois chantée « O Gorizia ». Entre les deux chansons existe certainement une corrélation très étroite.

Outre celle de Joe Fallisi, nous signalons aussi la très belle interprétation, pour voix féminine, de la part du groupe « Les Anarchistes » dans l'album «Figli di origine oscura - Enfants d'origine obscure » (2003) et celle de Suso dans l'album « Danni Collaterali », édité par Il Manifesto. Les versions plus classiques pour voix féminine, cependant, sont sans doute celles de Giovanna Marini et de Sandra Mantovani.

 

 

 

 

 

Mon cher ami Lucien l'âne, si j'ai pris la peine d'en faire de ces derniers jours des versions françaises (plus exactement, en langue française, vu que comme tu le sais, nous ne sommes pas en France, ni d'ailleurs originaires de ce pays et que moi, personnellement – comme disent en flamand les ministres, les burgmeesters et les coureurs cyclistes de ce pays : « Ik, persoonlijk... »…

 

 

Les derniers, plus optimistes, ajoutent généralement – en français, cette fois : « je ferai mieux la prochaine fois... »…

 

 

Tu as raison, mon ami l'âne Lucien, je ferai pareil pour mes versions… Cela dit, j'ai fait toutes ces versions françaises à destination d'un public qui n'a – dans le meilleur des cas – qu'une connaissance très très vague de ces épouvantables massacres qui eurent lieu entre 1915 et 1918 aux confins de l'Autriche et de l'Italie, afin de lui faire connaître ces événements absurdes et malheureux – quel que soit le côté où l'on se place.En ce qui concerne la seule Italie, cette guerre tua 650.000 militaires et environ la même quantité de civils, soit environ et pur la seule Italie, environ 1.300.000 morts. Sachant évidemment, que la plus grande partie des militaires tués étaient eux aussi des civils qu'on avait obligés – sous peine de sanctions pouvant aller jusqu'à la mort – à faire une guerre contre d'autres civils, mis dans les mêmes conditions…

 

 

Ah, si les guerres ne tuaient que les militaires, ce serait logique et cohérent, car c'est leur vocation, en quelque sorte ! Bref, les militaires avaient pris les gens (ouvriers, paysans, bourgeois, intellectuels, étudiants, jeunes...) en otages… C'était d'ailleurs le cas dans tous les camps adverses… Je te cite quand même un chiffre rassurant… En Italie, pour cette seule guerre, il y eut plus de 200.000 déserteurs.

 

 

 

S'ils n'ont pas été repris et fusillés, ceux-là au moins ont survécu… Mais revenons aux massacres de Gorizia. Pour information, Gorizia en italien , Gurize en friulano standard, Guriza in friulano goriziano, Gorica esloveno, Görz en allemand est une commune italienne d'environ 35.000 habitants, située sur l'Isonzo (Nord-Est de l'Italie). Elle se situe au point de rencontre entre les mondes latin, slave et germanique. Donc, les massacres firent des dizaines de milliers de morts, parmi des gens qui n'avaient aucun goût pour la guerre – d'où le « Sois maudite Gorizia ».

 

 

 

 

Et j'espère bien qu'elle le reste… dit Lucien l'âne, même si un lieu ne peut être tenu responsable de ce qui s'y est passé. En fait, il s'agit de ne plus recommencer, ce qui – l'échelle humaine – est sans doute un vœu pieux. Du moins tant que durera cette foutue Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font systématiquement et obstinément aux pauvres afin d’accroître leur propre domination, leurs richesses, leurs privilèges et de conserver et de renforcer leur droit d’exploiter d'autres êtres humains (et pas seulement). Alors, Marco Valdo M.I. mon ami, en mémoire de tous ceux-là de Gorizia et d'ailleurs qui y ont laissé leur peau, reprenons notre tâche et tissons le linceul de ce vieux monde absurde, idiot, militaire, massacreur et cacochyme.

 

 

 

 

Heureusement !

 

 

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

Le cinq août au matin
Partaient les troupes italiennes
Pour Gorizia, terres lointaines
Et chacun partit sans entrain

 

 

Sous l'eau qui tombait à verse

Les balles ennemies tombaient à grêle
Sur ces montagnes, ces collines et grands vallons
On mourait en se disant au fond :

O Gorizia sois maudite
Pour le coeur qui écoute sa conscience
L'aller pesait lourd
Et souvent, était sans retour

 


O lâches vous qui vous pouvez vous tenir
Avec vos femmes dans votre lit de laine
Offenseurs de nous autres chair humaine
Cette guerre nous enseigne à punir

 

 

Vous appelez champ d'honneur
Cette terre au-delà des frontières
Ici on meurt en criant assassins 
Vous serez maudits un matin.

 

 

Chère femme qui ne peut m'entendre
Je demande à mes camarades survivants
De veiller sur nos enfants
Je meurs avec ton nom dans mon coeur

 

 

Messieurs les officiers traîtres
C'est vous qui avez voulu la guerre !
Vous les 
égorgeurs de chair à vendre
Et ruine de la jeunesse.

 

O Gorizia sois maudite
Pour le coeur qui écoute sa conscience

L'aller pesait lourd
Esouvent, était sans retour.

 
 
 
O GORIZIA, SOIS MAUDITE

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche