Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 septembre 2014 2 23 /09 /septembre /2014 18:14

LE DÉSERTEUR

 

Version française – LE DÉSERTEUR – Marco Valdo M.I. – 2014

d'après la version italienne d'une

Chanson piémontaise – Il disertore – Cantovivo – 1979

 

Chveik le soldat


 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

La création populaire, dans ses moments les plus représentatifs tels les rites, les traditions liées aux cycles annuels, les danses, les ballades, exprime une inégalable capacité d'unir au sens de l'histoire une très riche dimension poétique, magique, imagine.

En présentant ce disque de chants, danses et ballades principalement piémontaises et occitanes, nous voulons reproposer l’esprit et les structures originaux de chaque musique, en intervenant dans une certaine mesure, dans le respect de la tradition populaire avec nos élaborations et nos arrangements.

« Le Déserteur » est une vieille ballade dont on connaît beaucoup de variantes surtout en Piémont et en France. Nous avons marié un texte piémontais à une musique de provenance française.

 

Comme pour la Ballade du volontaire (reproposée en italien du duo Centanaro/Winderling) [[48156]] le mobile de la désertion ou de la trahison est – pour des raisons de « censure » – transposé en événements amoureux ou plus inconsistants (aller saluer les parents), qui justifient le meurtre du capitaine, autrement inexplicable.

 

En outre, il me reste un doute relatif à l'exécution du déserteur, car je n’ai pas compris si on l'a fusillé (Oh tire fort jusqu'à ce que je tombe mort) ou si on l'a pendu (allez dire à mon père que je n'ai pas été pendu), mais le protagoniste ne le savait peut-être pas lui-même, qui, à propos, est celui qui, comme dans d'autres versions de la complainte, raconte à la première personne les événements.

 

(Gianfranco Robiglio)

 

 

 

 

Mon ami Lucien l'âne, voici une canzone issue du folklore, c'est-à-dire une chanson venue de lieux et de temps où les chansons, chants, lais, ballades… se transmettaient et circulaient de bouche à oreille, où l'essentiel de la « culture » était oral.

 

 

Oh moi, la chanson folklorique, je la connais bien ; elle est dans mes oreilles depuis si longtemps. Ce qui doit d'ailleurs être le cas de presque tout le monde. Par parenthèse, dit Lucien l'âne, en clignant de l’œil, ce doit encore être le cas aujourd’hui et d'autant plus qu'il y a des amplificateurs de portée kilométrique et même, continentale ou mondiale. Mais veux-tu bien m'en dire un peu plus à propos de cette canzone...

 

 

Maintenant, j'en viens à cette histoire de déserteur… Un sujet que l’on rencontre souvent dans les Chansons contre la Guerre et pour cause. Il doit y en avoir beaucoup des déserteurs et de toutes sortes et de toutes les époques.  Cela dit, celui-ci est quand même assez particulier en ce qu'on le retrouve dans une série de canzones - c'est un archétype et apparemment, la canzone de référence serait précisément une canzone du 15ième siècle, intitulée La Chanson du Déserteur [[963]]… dont seraient issues une série de canzones racontant à peu près la même histoire.

 

 

Oh, Marco Valdo M.I. mon ami, tu as bien fait de dire « apparemment », car je me souviens qu'il y avait déjà des canzones qui racontaient des choses similaires dans les légions romaines, en Gaule, en Hellénie, en Ionie, en Perse, en Égypte et j'imagine bien en Chine.

 

 

C'est plus que vraisemblable, Lucien l'âne mon ami, car partout où il y a des armées, des guerres et toutes ces sortes de choses, il y a ipso facto des déserteurs et tout ce qui s'ensuit. Sinon comment expliquer les sanctions terribles qui sont promises à ceux qui désertent… pour autant qu'on les attrape, ce qui n'est pas toujours le cas. Heureusement !

 

 

Oui, oui, on ne les attrape pas toujours… Je pense, comme toi (ainsi que ton sourire malicieux me le révèle) à ce Brave soldat Chveik [[8859]] qui, sur l'ordre exprès du lieutenant « Chveik, en avant ! », partit à l'assaut, traversa les rangs ennemis, sortit de l'autre côté du champ de bataille et disparut à jamais dans la grande mer des civils.

« Surtout, ne me reconnaissez pas

J'étais Chveik le soldat

Et surtout, oubliez-moi,

J'étais Chveik le soldat. »

 

Donc, pour y revenir, cette canzone est la fille d'une longue tradition. Ce qui a été relevé par Gianfranco Robiglio. Mais avant d'en finir, je voudrais te dire deux mots à propos de la version que je propose… et spécialement du « Gentil Galant » , qui ne figure pas dans les autres versions – françaises, piémontaises ou italiennes. Certes, dans la version piémontaise et la version italienne, il est question d'un « bel galant »… Ce qui pourrait être et est assez proche, mais pas suffisamment… Car le « gentil galant » se raccroche à une autre canzone de la tradition qui s'intitule exactement : « Gentils Galants de France » et se rapporterait à une bataille du XIIIième siècle, le texte étant lui-même daté du XIVième.

et il existe une version plus contemporaine, elle aussi intitulée pareillement. Je m'empresserai d'ailleurs de te la proposer prochainement.

 

 

En attendant les « gentils galants de France », je te rappelle, Marco Valdo M.I. mon ami, qu'il nous revient, tout comme à des canuts, de tisser le linceul de ce vieux monde plein de guerres, de combats, d'exécutions, d'assassinats et cacochyme.

 

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 

 

 

Gentil galant s'en est allé pour l'amour d'une blonde

Pour un seul baiser d'amour que le galant a demandé

Que le galant a demandé et la belle a refusé

En fille prudente, en fille honnête


Gentil galant pour son amour s'en est allé soldat

S'en est allé soldat et puis déserta

Gentil galant s'en va promener, l'a vu son capiston

« Holà soldat que fais-tu là loin du bataillon ? »

 

Gentil galant dégaine son épée et frappe le capiston

« Aie, je l'ai occis par erreur et ils me tueront.

Ne dites rien à ma mère, soldats de mon pays,

Dites-lui, si vous voulez, que je suis parti.

 

Quand je serai mort, allez dire à mon père

Que je n'ai pas été pendu et que je suis en terre

À Marguerite, portez mon cœur.

Elle dira : - Holà quel grand malheur, on a tué mon cœur ! »

 

Et quand d'une serviette blanche, les yeux on me bandera

Le soldat qui le fera sera le plus brave des soldats

Le plus brave des soldats, ce sera

Oh ami, mon ami très cher, ne me rate pas.

 

Oh tire juste, tire sans remords

Oh tire fort jusqu'à ce que je tombe mort.

 

 
LE DÉSERTEUR - Il disertore

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche