Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 août 2014 1 18 /08 /août /2014 16:52

LE RETOUR DE DON QUICHOTTE

 

Version française – LE RETOUR DE DON QUICHOTTE – Marco Valdo M.I. – 2014

Chanson italienne - Il ritorno di QuixoteMarco Rovelli – 2013

 

 


Dédiée à Don Quichotte et au chœur de tous les fous visionnaires de l'Histoire.

 

 

Voici donc à nouveau un Don Quichotte... Un personnage que l'on rencontre assez souvent ici... à commencer par qui insère des chansons dans ce site sous le nom de Don Quichotte 82 et par celui qu'incarna Jacques Brel [[39065]]. Mais la chanson qui raconte le retour de Don Quichotte est de Marco Rovelli, lui-même assez libertaire. On va donc avoir un retour de Don Quichotte dans la quotidienneté que nous connaissons : « peuplée de rapaces, de marchands et de banquiers » ; et, tout comme il s'en était pris dans le passé aux géants, aux moulins... le Don Quichotte d'à présent va se déchaîner contre le système et ses servants.

 

 

J'aime beaucoup, dit Lucien l'âne en se redressant du col. J'aime beaucoup l'idée d'un Don Quichotte libertaire. Cela dit, il me semblait qu'il l'était déjà depuis longtemps. Et je suis bien placé pour en parler, car comme je te l'ai sans doute déjà dit, j'étais en ces temps-là l'âne de Sancho qui suivait à la trace Rossinante et son cavalier fantasque. Comme bien d’autres fois, il faut le dire ici sans honte, je fus battu et je dus prendre la fuite. Avec un tel compagnonnage, c'était presque une habitude de vie.

 

 

Ah, Lucien l'âne mon ami, je te vois d'ici comme si j'y étais te carapatant dans la caillasse entraînant Sancho loin des plaies et des bosses. Et, soit dit en passant, tu avais parfaitement raison de prendre la fuite. Face à pareilles brutes, je ferais pareil, encore aujourd'hui.

 

 

Tu sais, Marco Valdo M.I., il y a une chose que j'ai apprise au travers de toutes ces tribultaions : il y a un art de la fuite... D'ailleurs, on ne fuit pas, on ne déserte pas pour épargner les autres, par grandeur d'âme, par héroïsme... Mais d'abord et principalement, pour se sauvegarder – ce qui est le début de la sagesse et de toute façon, la seule façon de préserver une quelconque possibilité d'avenir et tout simplement, de vie. Ce qui est quand même l'essentiel. Le martyr n'a pas d'avenir.

 

 

Donc, te voilà cavalant... pour assurer l'avenir et la vie à Sancho, à toi-même et conserver ainsi à Don Quichotte ses indispensables amis. Qu'aurait-il fait sans vous ? Et puis, la fuite... Regarde ce qu'il en fut des « héros » cités dans la canzone... Après avoir un temps vaincu, Spartacus a dû fuir – mais pas assez tôt, pas assez vite, pas assez loin... Ce fut l'hécatombe et la fin du rêve. Les anabaptistes de Münster n'ont pas fui, mal leur en a pris, ils furent tous massacrés. Pour Dolcino et Marguerite, la chose est claire... Ils n'avaient pas grand choix...

 

 

Cela, je le sais aussi, vu que c'était moi qui portait la Marguerite, dit Lucien l'âne, alors que nous fuyions les armées de déments que le pape avait mis à nos trousses, et comme durent le faire les autres partisans de Valdo, nous prîmes la route et les chemins des Alpes pour finir en haut de ce qui est aujourd'hui le monte Rubello (Mont Rebelle), qui leur doit son nom. Monte Rubello où il y a le monument qui rappelle le massacre de que les sbires catholiques firent des dolciniens, coupables essentiellement de répandre leur message d'égalité et de fraternité et aussi, évidemment de liberté, y compris amoureuse. Ce sont des successeurs de la Fraternité des Pauvres de Valdo... Je me souviens avec beaucoup de tendresse comment les deux amoureux s'en allèrent se faire brûler par les papistes.

 

 

Petit parenthèse à propos de ce monument à Dolcino : en 1907, quelques bonnes gens édifièrent en haut du monte Rubello un obélisque de 12 mètres commémoratif du combat, de la résistance et du massacre des Dolciniens par les gens de l'Église Catholique Apostolique et Romaine. Vingt ans plus tard (1927), les fascistes s'empressèrent d'abattre ce monument à la liberté... On réinstalla une stèle au même endroit en 1974 ; une lapidaire rappelle l'attentat fasciste...

 

AU  SIXIÈME CENTENAIRE
1307-1907
DU MARTYR DE
FRA DOLCINO
LE PEUPLE ÉLEVA CET OBÉLISQUE
DÉTRUIT DE NUIT PAR LES FASCISTES (EN 1927)
SYMBOLIQUEMENT RÉÉDIFIÉ LE 15 -9-1974

 

 

 

On devrait aller y faire un tour un de ces jours du côté de Bielle... Je m'y dégourdirait un peu les jambes..., dit Lucien l'âne en souriant aux étoiles.

Et puis, dans la canzone, dit Marco Valdo M.I., il y a Giordano Bruno... Giordano Bruno, lui aussi, a droit à une statue à Rome au Campo dei Fiori. On sait que Giordano Bruno a lui aussi tenté de fuir l'Inquisition, ce qui l'obligea à un grand périple. C'est ainsi qu'il fut ballotté ici et là, jusqu'à ce que mis nu, la langue entravée par un mors de bois l'empêchant de parler et de crier, sur le Campo de' Fiori, il fut supplicié sur le bûcher. En souvenir de cette atrocité, on y dressa une statue le représentant. L’histoire de cette statue est elle aussi assez intéressante... et née d'une résistance à l'impérialisme catholique qui tente d'écraser toute vie civile. Ainsi, proposée en 1879, elle fut d'abord interdite sous pression de l'Église ; suite à l'excommunication des francs-maçons (rationalistes, athées...) par le Pape de l'époque – en 1884, on l'autorisa. Elle fut créée et édifiée par le sculpteur Ettore Ferrari en 1889. Aux temps de Mussolini, le sculpteur Ferrari fut l'objet de mille persécutions en raison également de son appartenance au Grand-Orient, dont il fut le grand-maître de 1904 à 1917. Le lieu est toujours fleuri aux couleurs de la liberté – liberté de parole, liberté de pensée, chaque année.

 

Giordano Bruno..., dit Lucien l'âne un peu rêveur. Je l'ai accompagné lui aussi un temps dans ses pérégrinations au travers de l'Italie d'abord, puis à Genève chez les calvinistes, puis en France, puis à Wittenberg chez les luthériens... Non, je ne l'avais pas accompagné à Londres chez les anglicans ; à l'époque, figure-toi que j'étais en Espagne et pour cause... je suivais les aventures de Don Quichotte. Puis, pour Giordano Bruno, il y eut son malheureux retour en Italie et son procès... qui finit si mal. Sais-tu qu'il déclara à ses juges lors de sa condamnation :  « Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir. » Giordano Bruno fut souvent sollicité par les autorités à se rétracter, comme notre ami Adam.[[http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=it&id=47896]]

 

 

Le personnage suivant est désigné par son prénom de Baruch... Il s'agit à l'évidence du philosophe Baruch Spinoza, qui quant à lui, s'il n'a pas voulu fuir sa communauté (juive), dont il était banni, n'en a pas moins poursuivi sa route avec moult prudence et la prudence est une des formes les plus subtiles de la fuite. Malheureusement, il n'avait pas vu venir une ennemie des plus terribles : la silicose ; ce fut elle qui l'emporta.

 

 

La silicose ? Un philosophe ?, dit Lucien l'âne. Cela peut paraître surprenant, mais en fait, moi qui l'ai vu faire, c'était car pour vivre il devait exercer le métier de tailleur de verres de lunettes – en tous genres. C'était un travail très méticuleux, de haute précision et comme tu l'as dit, très dangereux, la poussière des verres taillés finissait dans les poumons et les détruisait.

 

 

Passons les deux peintres, repris ici pour leurs créations et il me reste à te dire le militant de la décolonisation et de la révolution en Afrique et en Amérique latine que fut George Matéi, mort en l'an 2000, successivement marin en Afrique équatoriale, soldat en Algérie, passeur de frontières, fabricant de faux papiers, journaliste et écrivain.

 

 

Comme quoi, Marco Valdo M.I. mon ami, la canzone est souvent plus signifiante qu'il n'y paraît et sur ses airs, elle emporte pas mal d'Histoire ; elle raconte le monde et découvre bien des facettes de cette Guerre de Cent Mille Ans que les riches et les puissants font aux pauvres afin de maintenir leur domination, d'imposer leur système, d'empêcher toute mise en cause de leurs privilèges et de conséquence, toute pensée nouvelle et par nature contestatrice de l'ordre existant, laquelle est irrémédiablement qualifiée d'hérétique (autrefois), de terroriste (aujourd'hui) et d'anarchiste (toujours). Dès lors, il nous faut reprendre notre tâche et tisser le linceul de ce vieux monde persécuteur, excommunicateur, inquisiteur, répressif et cacochyme.

 

 

Heureusement !

 

 

Ainsi Parlaient Marco Valdo M.I. et Lucien Lane

 

 


Mais mon cher Cervantès, la liberté
Quel mot étrange, liberté
Liberté pourquoi, pour qui liberté
Liberté putain, putain de liberté
La seule liberté, c'est rêver sans maître
Celle que j'aime, la seule dont je veux dépendre

Dans un temps de rapaces rusés
Où les dieux sont marchands ou banquiers,
Je reviens avec Rossinante combattre
La lance au poing, la voilà ma liberté.
Liberté, c'est pouvoir dire : je te donne,
Je te donne la main
Même si l'homme est un loup pour l'homme,
S'il n'y a pas de pardon pour qui aime plus, qui aime mal,
Je n'ai jamais cessé de lutter
Contre les moulins du mal
Libre d'enchaîner, de moudre du vent,
D'épandre tempête, ce dont le trône ne se soucie pas mal.

Alors, je reviens prendre d'assaut le ciel des géants .

 

Mais mon cher Cervantès, la liberté
Quel mot étrange, liberté
Liberté pourquoi, pour qui liberté
Liberté putain, putain de liberté
La seule liberté, c'est rêver sans maître
Celle que j'aime, la seule dont je veux dépendre



Semer des visions comme le sable sur l'arène
Ne pas presser le temps
Car chaque chose vient en son temps
Comme Spartacus qui par l'épée brisa les chaînes

 

Comme ensuite firent à Münster ces frères anabaptistes
Et sur les montagnes Dolcino avec la belle Marguerite
Qui montèrent sur le bûcher entouré de soldats
Et le soleil se dénoua entre leurs doigts

 


Comme Giordano Bruno sur cette place
Maintenant défleurie, savait que la vie est une et sans fin…
Et Baruch le renégat dans son habit d'étoiles
William Blake chante, jouit, rit
Et mon bien aimé Van Gogh, saint parmi les saints


Avec Georges Mattéi, une communauté d'amis
Et le poète illuminé de la commune, sont de grandes gens
Et l'infini défilé d'anonymes gens
Et moi parmi eux à faire chorus et à dégainer la lance
Accompagné Sancho Pança, plein de vaillance

 

Mais mon cher Cervantès, la liberté
Quel mot étrange, liberté
Liberté pourquoi, pour qui liberté
Liberté putain, putain de liberté
La seule liberté, c'est rêver sans maître
Celle que j'aime, la seule dont je veux dépendre

 

C'est pour la liberté, pour elle seule que nous vivons
La liberté, c'est être à la hauteur de l'humaine nation
Car je le sais, je le crois, le temps ensuite viendra
Où à la peur, la liberté jamais plus ne cédera.

 

LE RETOUR DE DON QUICHOTTE

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche