Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 juillet 2014 3 16 /07 /juillet /2014 20:59

CONVOI POLONAIS

 

 

 

Version française – CONVOI POLONAIS – Marco Valdo M.I. – 2014

Chanson tchèque de langue allemande - Polentransport – Ilse Weber – 1944.

 

Paroles d'Ilse Weber (1903 – 1944), écrivaine tchécoslovaque de religion juive

Musique de Bente Kahan, interprète norvégien de musique juive.
Dans le disque de Bente Kahan « Stemmer fra Theresienstadt » de 1995, sorti dans les années suivantes aussi en allemand et en anglais.

 

 

 

 

Et nous errons toujours plus loin, désorientés

 

Pauvre peuple tel Ahasverus tourmenté.

 

 

 

 

 

 

Ilse Herlinger Weber était une poétesse et écrivaine d'origine tchèque et de religion juive.
À Prague, où elle vivait, elle écrivit de nombreux récits pour l'enfance et réalisa de nombreux programmes radiophoniques pour les enfants. Après l'occupation nazie, en 1939, elle réussit à sauver son aîné Hanuš en l'envoyant en Suède par un « 
kindertransport » . Ensuite, elle, son mari et le plus jeune des enfants furent enfermés dans le ghetto de Prague et ensuite, internés au camp de Theresienstadt. Là, où furent déportés de très nombreux enfants, Ilse Weber fut infirmière dans le département enfants de l'infirmerie locale. Durant cette période, pour atténuer les peines des petits, elle composa de nombreuses poésies qu'elle improvisait en chansons en les accompagnant à la guitare. En octobre 1944, son mari Willi fut choisi pour le transfert à Auschwitz et Ilse demanda à le suivre. Elle et son fils Tommy furent tués dès leur arrivée. Willi survécut et put ensuite embrasser son fils Hanuš.

 

 

 

 

Un convoi polonais est arrivé -
Un cauchemar plane au-dessus de nos têtes
Les Anciens frémissent et se concertent
Et simulent une sorte de sérénité.

 

On se croise avec des regards craintifs et angoissés
On pense en grinçant : T'est-il aussi destiné ?
On voudrait fuir le plus loin possible
La liste fatale.

 

C'est, comme si rodait dans la caserne
Sur des semelles de silence, un désarroi
Nous avons une peur si terrible de la Pologne
Et on ne sait même pas pourquoi.

 

Si là-bas, la peine ou la ruine nous attendent,
Nous n'en avons pas connaissance.
Mais c'est pire que mourir d'aller en Pologne
Car quand on est mort, on est tranquille.

 

Demain ce sera ton tour, celui d'autres aujourd'hui.
Nous sommes tous sans droit, sans appui
Et nous errons toujours plus loin, désorientés
Pauvre peuple tel Ahasverus tourmenté.

 

C'est, comme si rodait dans la caserne
Sur des semelles de silence, un désarroi
Nous avons une peur si terrible de la Pologne
Et on ne sait même pas pourquoi.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

CONVOI POLONAIS

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche