Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 22:27

PRINTEMPS SUR

LE MONT KLAMOTT

 

Version française – PRINTEMPS SUR LE MONT KLAMOTT – Marco Valdo M.I. – 2014

d'après la version italienne de Riccardo Venturi

d'une

Chanson allemande – Frühling auf dem Mont Klamott – Wolf Biermann – 1967/1968

(http://www.antiwarsongs.org/canzone.php?lang=it&id=45284)

 

 

On rendait grâce à Marx et à Dieu

 

Sur le Mont Klamott.

 

 

 

 

L'hiver reposait dans sa mort, nous vivions encore,
Des casernes de location, un brouillard chaud suintait
Les cheminées vomissaient leur grasse fumée jaune,
Et des arrières-cours une légère bouffée de printemps montait.
Avec la Grosse, j'allais cueillir là les premiers chatons
En dépit des municipales interdictions

Sur le Mont Klamott

 

On se traînait dans la broussaille et on marchait sur l'herbe,
Pour nous étendre, les prés étaient encore trop morts et trop humides.
Le grand soleil orange rutilait dans le gris-bleu,
Là nous étions si puissants et nous étions si faibles.
On se sentait de nouvelles forces, la sève coulait abondamment,
Nous étions encore ardents

Sur le Mont Klamott.

 

On s'embrassait en marchant, on s'embrassait sans cesse,
On voyait un tas de gens et eux aussi nous voyaient
On se roulait avec ma belle sur les pentes abruptes,
Elle criait et je riais, elle tombait, je la rattrapais.
C'était délicieux et nos baisers avaient, oui, mon gars,
Le goût de la compote d'ananas,

Sur le Mont Klamott

 

Et quand on était en haut, la ville apparaissait lointaine et basse,
Là, on échappait à toute la puanteur allemande.
Je mettais mes mains sur son ventre content
Et je disais : « Douce Grosse, sens-tu aussi le printemps ? »
Les pigeons et les moineaux, les premiers bourgeons surgissaient
Des décombres et de la ferraille,

Sur le Mont Klamott.

Nous étions assis sur le terril de la dernière guerre.
Ma Grosse parlait de paix, j'écoutais et je me taisais.
Jusqu'à ce que dans le lac de maisons, le soleil s'enfonce, assis à deux,
On regardait l'Ouest absorber la couleur rouge.
Sur les églises et sur les cheminées, les mêmes pattes rouges,
On rendait grâce à Marx et à Dieu

 

Sur le Mont Klamott.

PRINTEMPS SUR  LE MONT KLAMOTT

Partager cet article

Repost 0
Marco Valdo M.I.
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : CANZONES
  • CANZONES
  • : Carnet de chansons contre la guerre en langue française ou de versions françaises de chansons du monde
  • Contact

Recherche